AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Echange risqué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 735

MessageSujet: Echange risqué   Lun 20 Oct 2014, 22:04
Intervention MJ : OuiDate :  Novembre 2199 RP Tout public
♦ J’ango Garnar ♦ Kori'Penyo Nar Tarek ♦
Échange risqué



Kori actionna la porte d’entrée via l’interrupteur placé sur le coté. Sans bruit, le battant métallique coulissa pour faire place un minuscule appartement. Minuscule, le terme n’était pas de trop ! Une pitoyable pièce unique faisait office de salon de par la petite table accolée au mur de gauche, de cuisine au vu du malheureux matériel de cuisson qui suivait, et enfin, de chambre, la pièce étant aménagée d’un lit double occupant une grande partie de l’espace. Kori rechignait à partager son lit avec sa soeur mais, en vue de circonstances, le choix n’était pas un luxe qu’ils pouvaient s’offrir.

Après avoir arpenté la Citadelle, ils purent dégoter cette cabane miteuse à un prix raisonnable, ou du moins, qui se rapprochait le plus de leurs revenus. C’est ainsi qu’ils avaient atterris dans les secteur. Loin de l’image que de rêve dont les avait bercés leur père, les secteur s’apparentaient plus à un taudis qu’à un lieu de vie rêvé sur un vaisseau spatiale à la réputation universelle. Lorsqu’ils étaient sur leur vaisseau mère au temps de la guerre, alors âgé de sept ans, les ravages de celle-ci leur paraissaient loin d’eux. A présent, au coeur de la Citadelle, toute la violence du combat leur sautait aux yeux, les écrasant de toute son ampleur.

En parcourant le chemin à la recherche de l’appartement, Kori et Naki avaient erré de longues minutes dans ces couloirs chaotiques, bercés de malheureux sans un sous, plus bas que terre, ceux à qui la guerre avait détruit plus qu’un foyer, une vie entière.
C’était trop en supporter pour Naki qui ne pouvait supporter le regard, parfois suppliant, parfois méprisant, des gens vivant ici. C’est pourquoi ils se hâtèrent et, dès leur arrivée, s’enfermèrent sans hésitation.

- Toute cette misère Kori...Annonça la jeune Quarienne dans un souffle. Comment peut-on en être réduit à ça ?

Elle s’installa lourdement sur le lit, jetant un regard vague à la pièce.

- J’espère qu’on aura pas à vivre longtemps dans cet endroit...

Kori s’approcha de sa soeur, une main sur son épaule.

- On savait que se serait dur. La rassura-t-il.

Et ils avaient discuté longuement, assis sur ce lit, au sujet de la Citadelle, au sujet de leur pèlerinage, au sujet de leur père qui leur avait tant raconté d’histoire et qui était parti depuis bien longtemps.

La soirée s’avançait tranquillement, et Naki sombra rapidement, le choc de l’attaque qu’ils avaient subis sur la station de carburant dès leur premier jour de voyage ainsi que la fatigue des évènements ayant raison de sa soeur. Le cerveau encore bouillonnant, Kori ne parvenait pas à trouver le sommeil, il allait de long en large à travers la pièce. Il ne put résister davantage au besoin de relire le message sur son omnitech. Ce message, étrange, incomplet, incompréhensible. Avant leur départ de Rannoch, Taal, un vieil ami de leur père et qui avait été présent lors de sa mort, mort suspecte selon toute vraisemblances, leur avait légué un message, écrit par leur père avant sa mort. Malheureusement, le texte en question ne comprenait rien d’autre qu’un mot : Jarod.

Kori ne comprenait pas, à vrai dire, il n’y avait rien à comprendre, ce nom (S’il s’agissait bien d’un nom ! Qu’en savait-il ?) ne lui disait absolument rien. Pire encore, aucun autre indice ne s’était présenté à eux. A la délivrance du message, Kori avait ressenti un besoin de tirer tout ça au clair, besoin de faire éclater la vérité qu’ils n’avaient jamais reçu, pour sa soeur, pour sa mère, mais également pour lui même. Mais ses espoirs s’étaient évaporés aussi vite qu’ils étaient parvenu lorsque le message fut enfin lu.

Las de ces réflexions, Kori préféra quitter les lieux en prenant soin de verrouiller la porte derrière lui. De nouveau dans les couloirs insalubres des secteurs, il se mit en quête de quelqu’un capable de l’aider, quelqu’un qui pourrait déceler ce qu’il se cachait derrière ces cinq lettres.

Il erra quelques temps dans les allées avant de trouver ce qu’il cherchait. Face à lui, placé dans un recoin étroit, se tenait un Quarien, la combinaison rouge sombre contrastant avec le bleu métallique des murs, caché de moitié par un comptoir emplit de carcasses électronique. Un mécanicien, voila ce qu’il lui fallait, même si le décodage ne serait pas forcément une spécialité pour cet homme, il serait sans doute le plus à même de l’aider, moyennant finance, cela allait sans dire dans ce genre de lieu. Sans hésitation, Kori s’approcha.


- Bonjour monsieur, s’annonça Kori.

Le Quarien le regarda, légèrement soupçonneux, il fallait avouer que la combinaison verte du jeune pèlerin ne passait pas inaperçue, la veste en jean offerte par son père ne le cachait pas davantage.

- Bonjour, cracha son interlocuteur. Il vous faut quelque chose ?

Kori hésita, observant les alentour, comme si quelqu’un pouvait être intéressé par ce message. Son imagination le travaillait trop. Il secoua la tête, amusé et dépité en même temps par ses réactions absurdes.

- En réalité, j’aurais plutôt besoin d’un service. Reprit Kori.

La Quarien en combinaison sombre ne lâchait pas son regard du jeune pèlerin. Il se doutait sûrement qu’il n’avait rien à craindre de ce bambin. Voyant que son interlocuteur ne réagissait pas, Kori poursuivi d’une voix incertaine.

- Et bien je me demandais...Enfin, j’aurais aimé, je...J’ai un message sur mon omnitech et je pense qu’il n’est pas entier. J’ai beau essayé je n’arrive pas à récupérer l’intégralité du texte. Vous pensez pouvoir m’aider.

Le vendeur Quarien croisa les bra sur son torse et regarda Kori de haut en bas avant de répondre.

- Et qu’est-ce qui vous fait croire qu’il n’et pas entier ce texte ?

- Je le pense c’est tout. Répondit le jeune Quarien.

Cela faisait plusieurs minutes qu’il était en face à face avec le vendeur et l’assurance commençait à venir.

- Vous pensez pouvoir m’aider ? Reprit le Quarien.

Les deux Quariens se toisèrent un instant. A vrai dire, Kori ne comprenait pas bien pourquoi le Quarien mettait autant de temps à se décider. Il n’avait jamais compris les gens qui tournaient autour du pot, du genre tête en l’air et déconcentré par le moindre mouvement, il peinait à suivre la conversation et à ne pas aller voir ailleurs tant le vendeur était suspicieux.

- Ca vous coûtera plusieurs crédit, annonça finalement le vendeur. Je peux toujours regarder mais je vous promet rien.

Sans rien ajouter de plus, Kori tandis son bras droit, celui de son omnitech et, dans un tintement musical, l’ouvrit  jusqu’à sa messagerie, puis sélectionna le courrier en question. Sur fond orange, le même message brillait sans se démonter. Jarod.
Le vendeur posa ses yeux sur l’omnitech. Pendant quelques instants, il resta bloqué sur les cinq lettres en surbrillance.

- Il va falloir que vous me le donniez quelques temps, je ne peux rien faire s’il est sur votre bras. Assura le vendeur d’une voix froide.

Kori le lui donna sans relever le temps aigri du vendeur. Il s’en fichait royalement, tous ce qu’il souhaitait, était que ce Quarien découvre quoique ce soit d’intéressant dans ce texte.
Plusieurs minutes passèrent pendant lesquelles le Quarien en combinaison sombre oeuvrait sur l’omnitech de Kori. Appuyé contre le mur adjacent à la boutique, ses pensées vagabondaient. Ils étaient à peine installer sur place que la Citadelle le lassait déjà, l’envie de partir vers d’autres horizons le tiraillait de toute part. Ils avaient tant d’endroit à découvrir, tout l’univers leur tendait les bras ! Bien sûr il ne voulait pas presser sa soeur bien plus posée que lui, malgré tout, il savait qu’il partageait la même curiosité maladive, le même besoin d’évasion, le même...

Un bruit sourd arracha Kori à ses songes et le fit sursauter. Il se tourna rapidement vers la source du bruit.

[color=#3399cc]- Je n’ai rien pu faire, annonça rapidement le vendeur. Je suis désolé je dois fermer maintenant. Reprenez votre omnitech.

Il parlait d’une voix empressée, comme s’il souhaitait se débarrasser le plus rapidement de pèlerin.

- Mais...Commença Kori qui s’approcha du vendeur. Vous êtes sûr que...

- J’en suis sûr, pesta le vendeur. Reprenez votre omnitech et laissez-moi tranquille.

Il balança littéralement l’omnitech en direction du jeune Quarien, sans plus d’égard pour cet objet. Kori était plus que surpris par ce revirement de comportement, certes il semblait réticent à l’aider depuis le début, mais il semblait différent à présent. Comme si ce message l’avait perturbé, comme s’il ne souhaitait pas trouvé ce qui ce cachait derrière ce texte, comme si...

- Vous mentez ! S’écria Kori sans plus de retenue. Vous avez trouvé quelque chose n’est-ce pas ?

Le vendeur se bornait à répéter qu’il ne pouvait rien faire pour l’aider. Kori était peut être tête en l’air, mais il était loin d’être dupe. Soudain, en regardant ce vendeur abîmé par le temps, une idée surgit du fin fond de son cerveau. Le temps qu’il réagisse, le vendeur abaissait le rideau de fer de sa boutique.

- Quel âge avez-vous ? Demanda le jeune Quarien. Est-ce que ce nom sur le message vous dit quelque chose ?

Le vendeur ne dit rien, le rideau protégeant de plus en plus le vieux Quarien dans son refuge.

- Je vous en prie, dîtes-moi si vous savez quelque chose à ce propos. Est-ce que vous connaissiez mon père ?? Il s’appelait Kanor ! Kanor’Penyo !

Mais il était vain d’insister, face aux supplication de Kori ne répondait qu’un rideau froid. De rage, il frappa le mur métallique. Un coup d’oeil en arrière lui fit comprendre que plusieurs curieux jetaient des regards inquisiteurs à son encontre. D’un pas décidé, il quitta les lieux, en direction de son appartement où l’attendait sa soeur. La frustration battant à sa tempe.

Et il était à présent là, face à cette porte métallique qui coulissait sans bruit, donnant accès à son minuscule appartement qui lui semblait encore plus petit qu’auparavant. Naki était toujours étendue sur le lit, un léger sifflement montant de son casque. Kori referma la porte et s’installa à la table prêt collée au mur, les tête entre les mains. Cette histoire l’obnubilait de manière dangereuse. Il en était venu à hurler sur un pauvre vendeur de carcasse, qu’est-ce qu’il lui avait pris de croire qu’il pourrait savoir quelque chose à propos de son père. D’ailleurs, y avait-il seulement quelque chose à savoir ? Ou était-ce lui qui s’imaginait des aventures irréelles et insensées ? Fatigué par cette journée, il alla s’installer sur le lit près de sa soeur, ramena les draps sur son corps et, d’un geste fatigué, éteignit la lumière, se demandant si quelqu’un parviendrait à les mettre sur la voie.

Ce que Kori, à l’instant présent, doutait fortement.



Honneurs:
 


Dernière édition par Kori'Penyo Nar Tarek le Lun 03 Nov 2014, 20:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Mercenaire
Rang : Clone
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 334

MessageSujet: Re: Echange risqué   Mar 21 Oct 2014, 00:01
Sirotant leurs bières et leur alcool tous assis au bar, la tête dans le cul et les idées peu claires, les quelques membres des Serres présents ici achevaient lentement mais sûrement de se foutre en l'air faut d'avoir quelque chose d'autre a faire. Avec leurs peintures rouges et blanches sur la figure et le fait qu'ils appartenaient a des mercenaires, ils étaient pourtant ridiculement peu considérés par tout les clients qui les entouraient et nul doute que n'importe qui aurait le cran d'aller les envoyer se faire foutre a la première occasion. En même temps, depuis ces derniers temps, presque tout le monde suggérait que les Serres avaient été finis a la pisse et que leur époque était révolue. Le plus épais d'entre eux, krogan parmi le turien et les deux humains, leva mollement la tête de la table et inspecta ses camarades proches d'être raides défoncés. Triste spectacle. Il se pencha en arrière, bailla un grand coup et mit un coude sur la table.

« Putain. On est vraiment des larves. » lança t-il.
Une série de grognements tous plus inaudibles les uns que les autres montèrent.
« Allez ! Debout bordel ! C'est ça les Serres ? Une bande d'ivrognes a moitié K.O ? »
Les visages remontèrent les uns après les autres, l'air fatigué et dénué de tout intérêt pour la raison de leur présence ici.
« Avant, on était pas comme ça. On savait quoi faire au bon moment et on nous faisait pas chier. Plus que tout, on se tournait pas les pouces ici. »

Il était vrai que depuis que les Ravageurs étaient entrés dans la place, les Serres n'étaient plus que l'ombre d'elles même. Relayé au second plan, abandonné, en manque de travail et définitivement peu motivé, le gang avait vu ses effectifs fondre et se doutait quelque peu qu'ils finiraient pas disparaître un jour, omni-arc ou pas, surtout face a la concurrence qu'opposait les autres gangs de mercenaires comme les Berserkers ou les Soleils Bleus. Pour J'ango, il n'existait pas trente six solutions. Une bonne affaire ! Une putain d'activité a faire ! Enfin ! L'attente n'était jamais une bonne chose. Cela inquiétait, dérangeait, énervait... Et en l'état actuel des choses, les hommes des Serres n'avaient pas grand chose a faire sinon piquer du nez ou psychoter pour un rien. Saloperie d'inactivité.

« Super... T'as qu'a nous trouver un truc à faire alors ? On se tourne les pouces depuis des semaines. » gargouilla le turien.

Pas faux. J'ango ne fit rien pour le contredire. Il n'avait strictement aucun argument pour parer cette réalité. Faute d'avoir des réponses, le turien écrasa sa face sur la table dans un rot et reprit sa ronflette. Le krogan soupira amèrement et chercha un moyen de tuer le temps. Faute d'en trouver, il se leva et ronchonna.

« Bon ça suffit. On rentre. »



En rentrant dans les locaux des Serres, la première chose que J'ango eut le droit de trouver, ce fut une porte largement ouverte et Pâris qui beuglait comme un veau. Pâris  n'était pas a proprement parlé le chef des Serres puisqu'ils n'en avaient plus depuis un moment que les Ravageurs n'eurent guère jugé nécessaire pour l'heure d'en désigner un. C'était plutôt lui qu'on avait foutu a l'arrache par vote a la tête des affaires internes du gang. Ce turien semblait actuellement plutôt contrarié.
« Le fils de pute ! L'enfoiré ! Le salopard ! » répétait t-il en agitant le bras.
A coté de lui J'ango eut reconnu Conroy, un jeune humain.
« Qu'est ce qui t'arrive Pâris  ? Pourquoi tu râle ? »
« Tu te souviens de Ming ? Le contact qu'on avait foutu en récolte du blé auprès des commerçants dans le peu de territoire qu'il nous reste ? »
« Ce connard ? Carrément ouais. »
« Comme d'hab', j'envoie Conroy récupéré la monnaie auprès de Ming et ce dernier lui dit d'aller se faire foutre ! Il parait qu'il chante avec les Berserkers maintenant ! On vient de se faire baiser le secteur B parce que cet enfoiré a fait la girouette ! »

La nouvelle provoqua de nombreux grognements. Ce mec venait tout simplement de vendre le territoire Serres aux Berserkers. Pas étonnant. Les Serres ne pouvaient pas vraiment prétendre a récupérer ce territoire, surtout si Ming était désormais couvert par les Berserkers.
« Et donc ? On fait quoi ? »
« Qu'est ce que tu veux qu'on fasse ? On peut pas aller faire chier les Berserkers pour mendier notre terrain ! Ils se foutent déjà assez de notre gueule comme ça et les Ravageurs en ont rien a foutre de nos papiers. »
« Pétons la gueule de Ming ! »
« T'iras toi même le chercher chez les Berserks. J'ai pas envie qu'ils me tombent dessus. »
J'ango grogna.
« On sait où il est partit ? »
« Je crois qu'il se rendait voir deux trois de ses nouveaux amis sur la Citadelle. Enfin, du moins, il s'y rendra dans quelques jours. Pourquoi ? »
Le krogan haussa les épaules.
« Pour rien. Laisse tomber. Pas la peine d'aller gonfler les Berserkers. »



La Citadelle avait toujours grouillé de monde et c'était un fait. Dans tout ce joli petit monde, J'ango était parvenu assez aisément a se frayer un chemin vers l'axe principal qui était plus ou moins le lieu de rencontre de tout le monde avec tout le monde. Le krogan était venu seul et regardait a droite et à gauche, réfléchissant a sa prochaine action. Grmph... Décidément...
Il lui fallait quelqu'un. N'importe qui pouvait faire l'affaire.
Quand il croisa ce Quarien a l'air soucieux qui lui passa un peu a coté, il se demanda si il n'avait pas trouvé là pendant un instant la paire qui lui fallait. J'ango prit son temps et réfléchit grandement a son plan avant de faire quoique ce soit. Puis, enfin, il se décida. Il quitta son abri et se dirigea discrètement, de très loin, vers la position du Quarien. Quand ce dernier se mit après quelques temps a marteler le mur métallique, J'ango sût qu'il avait sans doute trouvé celui qui lui fallait.


Le soir, alors que ce même Quarien était rentré dans son appartement, quelqu'un devait frapper a sa porte.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 735

MessageSujet: Re: Echange risqué   Mar 21 Oct 2014, 21:04
Kori courait à perdre haleine dans les couloirs déserts et délabrés des secteurs de la Citadelle. Il était poursuivi, ou du moins, il semblait l’être. Une indomptable sensation d’angoisse le prenait au ventre, il sentait que quelqu’un en voulait à leur vie, bien que personne ne se trouvait derrière et qu’aucun bruit ne lui parvenait.

Naki l’interpella. Criant son nom à travers le silence. Il se tourna vers elle. Loi, au fond d’une allée encombrée des vestiges de la guerre, Naki lui faisait de grands signes. Comme elle avait l’air sereine comparée à son frère. Il couru aussi rapidement qu’il le put vers sa soeur. Rien y faisait, plus il avançait, plus sa soeur s’éloignait, ses grand signes s’apparentant de plus en plus à des adieux qu’à une invitation à la rejoindre. Il finit par s’arrêter, à bout de souffle.

Quelqu’un se tenait derrière sa soeur. Une ombre, plus qu’une personne. Indéterminée, imprécise, elle semblait voler derrière la Quarienne. Kori savait très bien ce qu’était cette ombre. Jarod. Ou du moins l’idée que le cerveau embrumé de Kori se faisait de ce mot. Il cria le nom de sa soeur, lui hurlant de prendre garde, persuadé qu’il était que ce nom était synonymes de danger, qu’il finirait tôt ou tard par leur créer des ennuis.

Epuisé, le Quarien s’agenouilla au sol, incapable de réagir, sa soeur fusionnant littéralement avec l’ombre auprès d’elle, l’emportant loin de lui, là où personne ne la retrouverai jamais. Là où se trouvait son père.

Un puissant choc implosa dans la poitrine de Kori. Dans un élan de panique, il se réveilla.
Le corps en sueur, de la buée emplissait son casque protecteur. Il faisait noir, seul la lumière légère de quelques appareils électronique emplissait l’air. Le nuit n’était pas encore terminé, mais il était certain que Kori ne parviendrait pas à se rendormir avant un moment. Aussi se leva-t-il, dégagea la buée grâce au dispositif de sa combinaison et entreprit de se servir quelque chose à boire dans le réfrigérateur. Quel rêve idiot, toute cette histoire pesait sur lui d’une manière très exagérée à son goût. Pourtant, la réaction du vendeur croisé dans la journée lui avait fait un drôle d’effet qui ne s’estompait toujours pas.

Réveillée par le bruit que faisait son frère, Naki se releva légèrement du lit. Les idées encore noyées dans son sommeil, elle tenta de savoir ce qu’il se passait.

- Rien...Débuta-t-il.

Naki se mit en position assise sur le lit puis s’étira silencieusement.

- On est jumeaux Kori, le coupa sa soeur. On a toujours eu les mêmes réactions donc ne me dis pas rien alors que t’es réveillé en pleine nuit. Tu m’as fait peur quand tu as sursauté en plus.

Kori soupira, elle avait raison, une fois de plus. Alors il lui raconta. Le vendeur, sa réaction, son rêve. Naki acquiesçait au fil de son récit, un regard attendri pour son frère.

- Tu penses qu’il savait quelque chose ce vendeur ? Demanda-t-elle calmement.

Kori sourit en son for intérieur. Ce qui rendait sa soeur différente de toutes les personnes qu’il avait pu rencontrer au cours de sa vie était cette faculté à ne jamais le prendre pour un dingue. Sûrement cela venait-il du fait qu’ils avaient partagé le même placenta pendant plusieurs mois, tout ça doit bien créer des liens !

- Ecoute, reprit Naki. Je veux bien te croire quand tu dis qu’il manque quelque chose à ce message.

Elle alla se servir un verre à son tour puis s’installa à coté de son frère.

- Mais si ce que tu dis est vrai, je veux parler de la réaction du vendeur, il vaudrait mieux éviter d’en parler à tout le monde. Je ne dis pas que ce message va retourner toute la Citadelle, mais ça serait bête de s’attirer des ennuis à cause de ça.

- Je sais bien...Mais ça m’obsède cette histoire !

Elle rit.

- Je me doute bien ! De toute façon dès qu’il y a ne serait-ce que l’ombre d’un mystère tu sautes partout ! On a tout le temps pour trouver d’autre indice ! Mais faisons attention c’est tout.

Elle se leva et fit quelques pas dans la petite pièce.

- J’ai pas spécialement envie qu’un fou vienne frapper à la por...


Trois coups, puissants mais retenus résonnèrent dans l’appartement, d’un geste commun, Kori et Naki regardèrent en direction de la porte d’entrée. Leur sang s’était glacé en un instant alors que quelqu’un frappa à une heure plus que tardive. Le frère et la soeur se regardèrent avec hésitation et inquiétude. Kori jeta un coup d’oeil à sa droite, sur le petit plan de travail de la cuisine trônait leurs deux Predator. Naki surprit son regard, elle ne l’empêcha pas d’attraper l’arme en question mais elle ne put se résoudre à empoigner la sienne, encore persuadée que personne ne pouvait leur vouloir du mal au point d’avoir à se servir d’une arme à feu en plein zone d’habitation.

Kori s’avança avec prudence. Lentement, il se plaça près de l’interrupteur, alluma la caméra qui leur servait d’oeilleton. Un Krogan. L’espèce que les deux Quariens s’attendait le moins à voir rappliquer et qui, faute aux préjugés, était associer dans leur esprit à la guerre, la violence, la méfiance...Kori fit signe à sa soeur et se plaqua contre le mur, l’arme parée à cracher ses balles si le besoin s’en faisait ressentir. Naki soupira afin de calmer sa respiration, puis annonça d’une voix forte.

- Qui est là ? Qu’est-ce que vous voulez ?



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Mercenaire
Rang : Clone
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 334

MessageSujet: Re: Echange risqué   Mer 22 Oct 2014, 01:45
Tout le savoir-faire de la manœuvre résistant dans le fait de ne pas effrayer les gens. D'autant plus que ce que préparait J'ango n'avait vraiment aucune raison de leur faire avoir peur. La tâche devait être simple. Les conséquences ? C'était lui qui allait s'en occuper. Il avait eut la présence d'esprit d'effacer ses marques de Serre. Pas la peine de paniquer ceux qui pouvaient être potentiellement des exécutants, d'autant plus que les Serres n'étaient pas l'organisme le plus « haut » de gamme dans la situation actuelle des choses. Non non, il se présentait simplement dans son habituelle armure, dans une position très solennelle, les mains jointes devant lui et droit comme un pic, tel un parfait garde du corps. Il leva le nez vers la caméra et ne fit qu'un mouvement de tête.

« Monsieur 'Penyo je présume ? Si je puis fournir un conseil, la prochaine fois que vous vous promenez dans un endroit aussi vaste et peuplé que la Citadelle, veillé a ne pas divulguer trop d'informations sur vous. Les murs ont des oreilles et tous ne sont pas bienveillants. » commença t-il.

Il fallait dire qu'en allant parler quelque peu au mécanicien en question après que le Quarien eut fait son cirque fut fort révélateur. D'autant plus qu'a brailler comme un veau, c'était facilement une demi-douzaine de personne qui avait entendu une partie de la discussion. J'ango en faisait parti. Aussi connaissait t-il déjà le nom de son interlocuteur et ce qu'il cherchait.

« Mais ce n'est pas ce qui m'amène ici. Voyez vous, je représente le dénommé Mr. De Paryn. Mon employeur est a la recherche d'une personne volontaire afin d'effectuer une tâche. Rien de très compliqué. Une simple tâche. Je suis venu sur la Citadelle pour trouver cette personne. En ayant vent de vos problèmes, comprenez que j'ai immédiatement pensé a vous. »

Il hocha la tête et se rapprocha un peu de la caméra en plissant les yeux avant de hausser les épaules, attendant visiblement qu'on daigne le faire rentrer ou du moins lui répondre. Il avait pour ainsi dire vider son sac et espérait que la proposition puisse être suffisamment intéressante.

« Il va s'en dire que vous serez récompensé pour ces efforts. Je crois savoir que vous cherchez quelque chose de particulier ? Je peux vous assurer que mon employeur sera vous trouver ce qu'il vous faut et qui vous satisfera. »

Aaah ! Bon sang ! Ca faisait mal a la langue de parler comme ça longtemps !

« Qu'en dites vous ? Pouvons nous conclure un marché ? A moins que vous ne souhaiteriez en savoir plus. »






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 735

MessageSujet: Re: Echange risqué   Jeu 23 Oct 2014, 13:11
D’une voix calme et forte, le Krogan répondit.

- Monsieur 'Penyo je présume ? Si je puis fournir un conseil, la prochaine fois que vous vous promenez dans un endroit aussi vaste et peuplé que la Citadelle, veillé a ne pas divulguer trop d'informations sur vous. Les murs ont des oreilles et tous ne sont pas bienveillants.

Naki se tourna vivement vers son frère, toujours adossé au mur.

- Comment est-ce qu’il connait ton nom ? Le gronda-t-elle tout bas.

Kori haussa les épaule.

- Qu’est-ce que j’en sais ?? Répliqua-t-il sur le même ton. T’étais avec moi non, si j’avais hurlé mon nom dans la Citadelle tu l’aurais su !

Elle leva les yeux aux ciel, exaspérée.

- Kori !

Le Quarien en question lui fit la grimace, indiquant clairement à sa soeur que la conversation était close.

- Ben dis-lui quelque chose ! Lança Kori au bout de quelques secondes.

- Et qu’est-ce que tu veux que je...

- Mais ce n'est pas ce qui m'amène ici, reprit le Krogan. Voyez vous, je représente le dénommé Mr. De Paryn. Mon employeur est a la recherche d'une personne volontaire afin d'effectuer une tâche. Rien de très compliqué. Une simple tâche. Je suis venu sur la Citadelle pour trouver cette personne. En ayant vent de vos problèmes, comprenez que j'ai immédiatement pensé a vous.

Kori tiqua à cette annonce. Ses problèmes ? Il ne pouvait parler que de sa discussion avec le vendeur, en même temps, rien d’autre de passionnant ne s’était passé depuis qu’ils avait atterris ici...Il observa sa soeur, tentant de voir sa réaction. A ce regard, Naki comprit où voulait en venir son frère. Elle luis fit non de la tête, ses yeux lui lançant des éclairs dans lesquels brillaient les mots erreur, ennuis, erreur, catastrophe mais surtout : ERREUR.

Kori lui annonça tout bas.

- Ouvre lui la porte, je reste ici pour te couvrir.

- C’est toi qu’il cherche Kori, il se doute certainement que tu es là ! Bonjour la surprise ! Il te plaquera par terre avant que t’es le temps de réagir, quant à moi, une pichenette et il m’envoie en quelques secondes sur Rannoch !

Visiblement, elle ne voulait pas ouvrir.

Sur l’écran de l’interphone, le colosse Krogan, du moins aux yeux de deux petits Quariens, haussa les épaules.

- Il va s'en dire que vous serez récompensé pour ces efforts. Je crois savoir que vous cherchez quelque chose de particulier ? Je peux vous assurer que mon employeur saura vous trouver ce qu'il vous faut et qui vous satisfera. Qu'en dites vous ? Pouvons nous conclure un marché ? A moins que vous ne souhaiteriez en savoir plus.

Naki tenta de s’exprimer avec toute l’assurance dont elle était capable.

- Très bien, on vous ouvre, bégaya-t-elle malgré elle. Mais je vous préviens que nous sommes deux et armés !

Kori la regarda médusé, le bras ballant le long de son corps.

- Et la couverture ?? Murmura à peine le Quarien.

Sa soeur leva les mains au ciel, le regard crispé en une mine surprise alors qu’elle venait de se rendre compte de son erreur, elle chuchota un pardon du bout des lèvres. Rien ne servait de tourner autour du pot plus longtemps. Kori se redressa du mur, Naki alla empoigner son arme et, d’un geste rapide et assuré, le Quarien ouvrit la porte.

- Bien, nous vous écoutons. Mais pas d’embrouilles.

Alors ils écoutèrent la proposition pour le moins inquiétante du Krogan.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Mercenaire
Rang : Clone
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 334

MessageSujet: Re: Echange risqué   Ven 24 Oct 2014, 01:34
Ils finirent par lui ouvrir après un bon moment en dépit du fait que J'ango eut a essuyé pas mal de méfiance et autres menaces qui manquaient presque de le faire rire. Ils avaient des flingues ? Super. Lui aussi. Et il était au moins certain que lui savait s'en servir. Enfin, ce fut finalement la voie de la curiosité ou de la raison qui l'emporta puisqu'on le laissa finalement entrer, sans doute alléchés ou du moins inquiets de ce qu'avait dit le krogan. Il se fraya un chemin sans s'essuyer les pieds et se contenta de hocher brièvement la tête. Ses yeux se permirent néanmoins d'inspecter son environnement. Rien de bien dangereux en vue et pas de renforts cachés. Ils étaient donc tranquilles pour parler concrètement.

« Sage décision. Mr. De Paryn aurait été fortement déçu de ne pas reçevoir de l'aide au plus vite. Je veillerais à ce que vous soyez dignement récompensé. Mais pour l'heure, abordons plutôt ce pourquoi je suis là, voulez vous ? Les affaires n'attendent pas. Cela tombe bien, je suis plutôt pressé. Je vais vous fournir tout les détails possibles. »

Il posa un œil sur les Quariens et nota a leur air plutôt inquiet et définitivement peu rassurés. Pauvre s types. Ils étaient effectivement loins d'imaginer ce qui se passait ici et, de toute évidence, n'avaient pas encore goûtés a ce que J'ango aimait appeler « les coups de pute de la vie ». Bien que généralement, cela arrivait dans des petits lieux dénommés « pustules sur le cul de l'univers ». Il se décida finalement a les rendre un peu moins nerveux.

« Ne me regardez pas comme ça. Je n'ai pas pour habitude de manger ceux qui ne font rien pour que cela se produise. Détendez vous, tenez votre part du marché et tout se passera bien. Tant que vous n'avez pas en tête de me faire tomber dans un piège ou me nuire, vous ne risquez rien en ma présence. Au contraire. Passons maintenant aux objectifs. »

Il se déplaça vers le milieu de la pièce et tripote son omnitech qui apparut sur son poignet, luisant d'une belle lumière orangée. Après quelques manipulations relativement précises et un petit temps de grognements, il finit enfin par obtenir ce qu'il voulait. Une projection holographique d'un homme d'un âge visiblement mature, chauve et visiblement « branché » vu sa tenue apparut devant leurs yeux. Ses traits laissaient apercevoir des origines asiatiques. J'ango toussa.

« Aujourd'hui, vers midi, un homme se présentera sur le spatioport de la Citadelle. Cette homme se nomme Ming Shen. C'est un homme qui est très présent dans des domaines peu fréquentables comme le trafic d'armes et de drogues ou encore les réseaux de prostitution. Il est dangereux et est censé venir ici afin de conclure un accord avec un contact dont l’identité m'est inconnue. »

Il passa a l'image suivante, ce qui révéla une carte de la Citadelle. J'ango fit un zoom sur le spatioport et illumina le quai numéro 3-B, qui recevait des transports en commun. De son autre main, il tira ce qui semblait être une sorte de petit cachet de la taille d'un ongle. Le krogan l'apporta dans les mains de Kori.

« Afin de lui mettre la main dessus et de le neutraliser pour des raisons qui tiennent du bon sens, nous avons besoin de quelqu'un de rapide, discret et surtout civil afin de lui poser cet émetteur. Débrouillez vous pour lui mettre mais évitez de paraître suspect. Il ne doit pas se douter de notre présence et encore moins de la possibilité que l'on puisse l'arrêter. Mr. De Paryn s'occupera du reste et une fois l'émetteur mit en place, nous le pisterons a la trace avant de l'attraper. »

Il coupa son omnitech.

« Nous aimerions que vous ne disiez un mot de cette histoire aux autorités locales. Mr. De Paryn tiens personnellement a mettre la main sur Ming Shen afin de rembourser une dette et de le remettre aux autorités compétentes. Il se trouve que celui que nous recherchons est partit en contrariant beaucoup mon employeur. »

Pour finir, J'ango hocha la tête.

« Une fois l'émetteur en place, éloignez vous. Nous nous occuperons du reste. Après quoi, Mr. De Paryn vous accordera ce que vous désirez. Et je serais là pour veiller personnellement à ce que vous trouviez satisfaction. »






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 735

MessageSujet: Re: Echange risqué   Dim 26 Oct 2014, 18:59
Installé sur un banc, compressé en sa soeur et une Turienne, Kori se demandait encore ce qu’il lui avait pris d’accepter la décision du Krogan. Comme l’avait dis Naki, le choix ne leur avait pas vraiment été donné. Du moins, les pauvres Quariens se doutaient bien qu’ils ne les laisseraient pas tranquille s’ils avaient refusé. Et ce serait sûrement bien pire s’ils venaient à échouer à leur tâches...
Kori soupira, au moins, on ne le reprendrait plus à crier à dans les couloirs. On ne le reprendrait plus à crier du tout d’ailleurs. Pour une fois qu’il s’exprimait et qu’il ne gardait pas ses questions pour lui...Ca lui apprendra ! Mieux valait rester renfermé, moins de problème.

À ses cotés, Naki lançait des regards perturbés autour d’elle. Elle tremblotait, la peur la gagnait. Non pas qu’elle ne soit pas courageuse, loin de là, mais voila à peine quelques jours qu’ils avaient quittés leur Rannoch et les mauvaises rencontres se succédaient ! Kori posa une main chaleureuse sur son bras. Du moins, le plus rassurant dont il fut capable, il serait inutile de lui dire qu’elle n’avait rien à craindre, lui-même étant littéralement mort de frousse.

Il devait être à peu près onze heures sur la Citadelle, le jour s’était levé depuis longtemps et ce fameux Ming Shen ne devrait pas tarder à faire son apparition.

- Et s’il est accompagné ? Finit par demander Naki.

Kori réfléchit quelques instants. En fait, il n’en savait rien du tout, il n’avait même aucune idée de la façon dont ils pourraient s’y prendre pour poser un émetteur sur un parfait inconnu et, qui plus est, n’était sûrement pas du genre à se balader seul à la Citadelle. C’est histoire sentait l’arnaque à plein nez, d’ailleurs, ce Krogan avait-il réellement une information valable à leur donner. Plus il y pensait, plus il sentait qu’ils se faisaient entuber jusqu’au bout. Qui savait même s’ils les laisseraient tranquilles après ça ? S’ils n’allaient pas les retrouver et les...Le Quarien secoua la tête. Inutile de se faire davantage peur, pour le moment, ils n’avaient pas le choix, mieux valait s’attarder sur leur situation actuelle.

- Il va bien falloir trouver quelque chose...Finit-il par annoncer. Il faudrait faire une diversion ? On est deux, autant en profiter.

- Et quelle genre de diversion ? T’attends pas à ce que j’aille draguer un humain !

- Je pensais à quelque chose d’un peu plus subtil...

Il observa les alentours, l’esprit ailleurs. A ce regard, Naki craignait le pire !

- Euh...Kori ? A quoi tu penses là ?

Elle n’eut pas l’occasion de connaître la réponse. Un annonce résonna à travers la hall. D’un bond, Kori se leva. Il arrivait. Le vaisseau pénétrait le hall d’embarquement. En quelques secondes, les lieux se retrouvèrent bondés, un amas indescriptible d’individus envahirent le hall. Naki se leva à son tour.

- Y a un soucis Kori...

Ses yeux volaient de personnes en personnes sans trop savoir ce qu’elle devait trouver.

- Comment est-ce qu’on retrouve un humain là dedans ? Ils se ressemblent tous !

Kori avait noté quelques traits spécifique à l’homme qu’ils recherchaient, seulement il se retrouvait bien incapable de faire le rapprochement entre l’image qu’ils avaient vu de leur cible et le nombre incalculable d’humain traversant le hall !

Au bout d’un certain temps, un groupe d’Homme apparurent dans l’encadrement de la porte métallique . Cinq hommes, vêtus de ces costumes dont les humains s’habillaient parfois.
Cinq hommes au regard inquiétant, à la carrure imposante et à l’aspect parfaitement innacueillant. Quatre de ces humains entouraient une personne de petite taille, du moins, par rapport à ses gardes du corps.
Les deux Quariens se regardèrent, désemparé. C’était lui, ça ne faisait aucun doute, il ressemblait à l’hologramme que leur avait montré le Krogan, et les quatre mastodontes qui l’entouraient confirmait le tableau. Naki attrapa le bras de son frère.

- On devrait attendre qu’il soit seul. Proposa Naki.

- Et quand crois-tu qu’on le trouvera seul ? On ne sait même pas ce qu’il vient faire à la Citadelle ! C’est peut être notre seule chance ! Ecoute...J’ai une proposition...[/color]

Ils allaient devoir faire preuve d’ingéniosité, mais, dans la petite tête du Quarien, un plan se dessinait, un plan qui, à coup sûr, ne serait pas une bonne idée...


***


Quelques instants plus tard, Le frère et la soeur étaient adossés près d’un dès comptoir, Kori, alors plaqué contre le mur pouvait apercevoir le reste du hall et surtout, la partie où les gardes du corps de l’Homme se trouvaient. Le comptoir sur lequel leur cible s’enregistrait se trouvait à l’extrémité gauche du hall qui comprenait deux comptoir, au plus loin, celui de leur cible, au plus près, les deux Quariens. Pour accéder à la Citadelle, les cinq Homme devraient obligatoirement passer face au comptoir où se cachaient Kori et Naki. Le plan était simple, ce qui inquiétait la jeune Quarienne au plus haut point.

- Je suis pas sûre Kori, ça me paraît un peu flagrant comme tactique...

Discrètement, Kori observait le groupe l’individu entouré de ses barbares patienter le temps de s’enregistrer. Il se tourna un moment vers sa soeur.

- Tout ce que tu as à faire c’est de me pousser au moment où il arrive, expliqua à nouveau son frère. Tu laisses les deux premier gros passer et tu me balances sur la cible !

Naki était repliée sur elle-même à la manière d’une enfant qui attend de se faire trouver. Leur position devait être parfaitement ridicule pour tous les occupants de l’autre partie du hall, et certaines personnes leur lançaient des regards inquisiteurs. Deux personnes tentant de se cacher apparaissait déjà comme louche, alors deux Quariens spécifiquement...

- Je pense sincèrement que ça n’est pas une bonne idée...S’appitoya Naki.

Le Quarien reporta son attention sur leur cible, le temps n’était plus aux explications, même s’il devait avouer que son plan ressemblait plus à un plan de gamins voulant tendre un piège à un ami plutôt qu’à une tentative d’approche concrète. Mais que pouvaient-ils faire d’autre ? Ni lui ni elle n’était expert en filature, ils n’étaient que deux pauvres Quariens dont la chance ne semblait pas vouloir être de leur coté.

- Les voila ! Annonça soudainement Kori alors que le groupe d’individus dangereux se dirigeait vers eux pour accéder à la porte. Pousse-moi quand ils seront...

Et elle le poussa, violemment. Si violemment qu’il eut du mal à garder son équilibre. Si soudainement qu’il ne put éviter le mastodonte qui lui arrivait en pleine face et qui, sous la surprise, l’empoigna jusqu’à l’en faire décoller du sol. Son regard noir transperça le casque du Quarien, sentant sa respiration devenir haletante sous la pression. Et le garde du corps ne démordait pas, il continuait à serrer, agresseur ou pas, le Quarien finirait à l’hôpital. Aucun des quatre autres hommes ne leva le petit doigt, et il semblait même que leur cible s’ennuyait de cet incident.

Une voix stridente retentit derrière eux. Naki, qui, jusque là, était restée pétrifié devant le spectacle, invisible aux yeux de leurs agresseurs.

- Toi ! Hurla-t-elle.

Elle s’approcha du mastodonte qui étranglait Kori et, dans un geste de rage, envoya un gifle monumentale en plein visage de son frère. La claque résonné dans le hall, si fort qu’elle en eut mal à la main malgré sa combinaison. Elle n’en démordit pas pour autant. Poursuivant ses assauts sous le regard à présent amusé des cinq hommes. Elle criait de plus belle.

- Je t’ai cherché espèce de lâche !

Nouvelle gifle, l’étau sur le cou de Kori diminuait, son agresseur tendant presque les bras pour permettre à la Quarienne de laisser éclater sa colère.

- Si tu crois pouvoir m’échapper comme ça ! Viens régler tes comptes comme une vrai Quarien espèce de...De...De salaud !

A nouveau un son sec résonna dans la salle. Elle poursuivit sa tirade, tentant vaillamment de cacher les tremblements de son corps et espérant de tout son être que le monstre qui empoignait son frère finisse par croire qu’il ne s’agissait que d’un Quarien en fuite. Alors qu’elle criait à en perdre haleine, deux agents du SSC firent leur apparition. D’un geste subtil, Ming Shen qui ne se souciait que peu du spectacle, intima à ses hommes de partir. Sans sommation, la brute envoya valser Kori au sol et, jetant un dernier coup d’oeil aux agents du SSC, ils partirent au plus vite. Alors qu’ils partaient, Naki aurait juré qu’ils l’avaient regardé. Ils avaient compris que tout ça n’était que du vent. Personne ne serait dupe.

Les choses se compliquait fortement et Kori, toujours allongé au sol, ne desserrait pas la main de l’émetteur qu’il n’avait pas réussi à placer. Lorsque le SSC arriva à eux, Naki s’effondra au sol, ses jambes ne la supportant plus. Que se soit dû à ce Ming Shen ou au Krogan rencontré plutôt, leur séjour à la Citadelle risquait d’être dangereux.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Mercenaire
Rang : Clone
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 334

MessageSujet: Re: Echange risqué   Lun 27 Oct 2014, 16:57
Le SSC s'assura que les Quariens allaient bien. Nul doute qu'ils allaient probablement embarquer l'un des deux pour quelques vérifications. Ces foutus flics se mêlaient vraiment de tout et n'importe quoi. Ce qui n'était pas pour faciliter la tâche de J'ango. Car non seulement le SSC commençait a ouvrir l’œil, mais en plus, les Quariens n'avaient pas été foutus de placer l'émetteur comme convenu, quand bien même ils avaient été à deux pas de Ming. Voilà qui agaça profondément J'ango dont le plan reposait partiellement sur la capture de ce type. Non pas qu'il était dénué d'empathie et qu'il prenait un malin plaisir à jouer avec ce Quarien mais plutôt que son boulot, en revanche, avait une place toute comprise dans sa personnalité. Et il était hors de question que le krogan laisse échapper sa chance de grimer un peu tout ça a cause de l'incompétence d'un civil !

Alors que le SSC emmenait déjà Naki pour l'aider a se remettre de ses émotions, J'ango apparut d'un seul coup dans le coin de la place et se dirigea d'un pas pressé vers Kori. Il l'attrapa par le bras et le souleva, le fronçant ainsi à se révéler. Les agents du SSC haussèrent des sourcils.
« C'est pas possible ! Tu t'es encore frotté aux passants ? Je t'ai déjà dit cent fois de ne pas boucher la rue et d'embêter les gens. C'est pas croyable. Tu sais bien que les passants n'aiment pas être emmerdés ! » aboya t-il en arrivant.
L'un des hommes du SSC croisa les bras.
« Vous le connaissez ? »
« Et comment ! Je suis son employeur ! Ce gars était chargé de faire un peu de promotion dans les rues de la Citadelle. Évidemment, il a encore réussi a énerver les gens. Ce n'est pas la première fois que ça arrive. »
Les conciliens semblaient sceptiques. Le regarde de J'ango heurta un instant celui de Kori, et ce regard disait « Si tu me laisse tomber maintenant, petit enfoiré, je t'arrache la tête et de la carre dans le cul. ».
« Sauf votre respect, c'est de votre responsabilité que tiens la santé de votre employé. Si il lui arrive malheur, croyez bien que c'est sur vous que cela va retomber. »
J'ango s'esclaffa.
« Je sais. Je lui avais pourtant donné quelques conditions. Cela ne se reproduira plus. J'y veillerais personnellement. »
« Nous emportons tout de même l'autre personne, si vous le voulez bien. Elle me semble encore sous le choc. Il va s'en dire que cela équivaut a un rendez-vous au bureau du SSC. Ce soir. »

J'ango hocha la tête.
« Et j'y serrais. Puis-je juste dire deux mots a mon employé ? Cela ne prendra pas longtemps. »
« Faites donc. Nous allons quitter les lieux. Merci de ne pas perturber la circulation. Nous enverrons des adjoints s'occuper des agresseurs si votre employé et cette femme portent plainte. Encore une fois, rejoignez le bureau. »
Ils firent demi-tour en emmenant avec eux Noki. Le sourire de J'ango se dégrada et il commença a tirer non sans une certaine force le Quarien qu'il tenait prisonnier. Il le força a se rendre dans un coin de la salle, entre deux boutiques fermées.
« D'accord. D'accord. Tu as raté la première fois. Très bien. Ce n'est pas grave. Mais nous avons un accord et il n'est pas trop tard pour te rattraper. Comprend bien que j'insiste sur le fait qu'il est nécessaire de poser cet émetteur, pigé ? »
Finit la rigidité. J'ango avait perdu tout l'aspect formel qui l'habitait lors de sa première rencontre avec le Quarien. Ici, il s'agissait de bien lui faire rentrer le message dans le crâne. J'ango agite le doigt devant Kori.
« Et j'ai aussi précisé qu'il ne fallait pas que le SSC soit au courant. Je ne suis pas là pour nuire a l'ordre public. Cependant, ce Ming est un escroc a qui mon employeur présente quelques remontrances. Et il est crucial qu'on le récupére. Je vais te laisser une seconde chance de poser cet émétteur. »

Il finit par le lâcher, grimaça, hausse les épaules et libéra la voie en agitant les bras.

« Recommencez, « Je vous prie » ! » exprima t-il avec un air faussement poli.






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 735

MessageSujet: Re: Echange risqué   Sam 01 Nov 2014, 13:08
Kori se tenait la tête, les coudes posés sur le comptoir. Il réfléchissait. Ce que ça pouvait être compliqué de réfléchir ! Et Naki qui séjournait au poste du SSC, c’était elle qui réfléchissait, lui, il menait à bien toutes les actions dont sa soeur n’osait pas s’occuper. Et voila qu’il se retrouvait seul, un Krogan en colère sur le dos et un émetteur dans la main. Il lui avait donné une autre chance...La bonne blague ! Une autre chance pour quoi ? Pour se faire exploser le casque ? Si le gros balourd de garde du corps le revoyait, il lui fracasserait le crâne avant même que Kori n’ait le temps de s’en rendre compte.

Il frappa le comptoir du poing, sur le coté, le serveur l’observa d’un air mécontent.

Quelle idées aussi d’avoir accepté l’offre du Krogan ! Bon, c’était pas comme s’ils avaient eu le choix, mais malgré tout, il ne pouvait arrêter de se dire que c’était de sa faute si le mastodonte avait déboulé dans leur appartement. Et voila qu’il était en colère à présent.

Il frappa une nouvelle fois sur le comptoir. Instantanément, le serveur vint à lui.

- Il va falloir consommer quelque chose si vous voulez rester là monsieur.

Kori leva la tête vers l’humain qui le dévisageait derrière sa console. Un humain vieux, au regard hautain et, Kori en était sûr, radin et cupide au possible. En même temps, au vu des gens qui squattait cet endroit, de leur style et de leur genre branchés et ennuyeux à mourir aux yeux du Quarien, il semblait évident qu’il se trouvait dans un bar plutôt prisé par la populace disons...Haute gamme selon leurs critères. L’électron libre d’après ce qu’avait lu Kori à l’entrée.

- Je suis encore un peu incertain, laissez-moi quelques minutes pour réfléchir. Annonça Kori innocemment, totalement conscient que le Quarien n’avait pas sa place à cet endroit et que le serveur ne risquait pas de le lâcher de si tôt. Kori se plongea à nouveau dans la carte des cocktails et autres boissons qui ornait la table. Malgré tout les efforts qu’il fournissait pour paraître crédible, l’humain n’en démordait pas, il maintenait son regard fixe et hautain sur Kori. D’un geste brusque, le Quarien finit par se lever, plantant son regard dans celui du serveur.

- De toute manière, lança-t-il en prenant son air le plus hautain. Air qui sonnait totalement faux soit dit en passant. Je sais pas pourquoi je reste dans cet endroit pitoyable, tant pis ! j’irai dépenser mes crédit chez quelqu’un d’autre !

Et il partit, abusant gravement sa démarche en imitant les gens qui l’entouraient. Tous ces gens crédités à n’en plus savoir quoi faire les faisaient mourir de rire ! Du moins, quand il leur accordait un tant soit peu d’attention durant les rares moment où ses pensées se maintenaient à la réalité et ne divaguaient pas en tout sens. Alors qu’il se dirigeait vers la sortie, sous le regard moqueur des gens présent, sa démarche se raidit subitement. Perdant tout son flegme en un instant, il se retourna rapidement cherchant désespérément un endroit ou passer inaperçu. Lieu difficile à trouver dans ce genre d’endroit...Aussi, sur un coup de tête, il s’en retourna en courant vers le comptoir, s’assoyant bruyamment à l’endroit qu’il avait quitté avec tant de dédain il y avait à peine cinq minutes. La tête plongée au possible dans le datapad, tentant de se cacher derrière la carte alors que le serveur s’approchait à nouveau de lui dans l’unique but de le faire sortir de force.

Kori lança un regard discret en arrière, prêt de l’entrée, observant la salle avec un désintéressement froid et hostile, quatre hommes avaient fait leur apparition. En leur centre, un humain, de taille relativement petite pour un humain, que Kori reconnut immédiatement. Ming Shen.

Malgré lui, le pèlerin sentait la sueur lui couler sur le front. S’ils le voyait...Kori ne donnait pas cher de sa peau. D’un autre coté, le Krogan lui avait accordé une deuxième chance, et voila qu’elle entrait par la porte principale ! Suffisait de demander ! Mais comment faire ? Il ne fallait même pas penser à s’approcher de lui, ses quatre Varens lui sauteraient dessus avant qu’il ai eu le temps de faire un pas...Peut être le prendre à part ? Un moment où il serait seul, un moment où...

- Monsieur, s’écria le serveur. Je vous le répète une dernière fois! Soit vous consommer soit je vous fait...

- Mais vous pouvez pas la fermer vous ? S’écria Kori le dos toujours recourbé sur le datapad.

Rapidement, il utilisa un peu de ses maigres crédits pour acheter la boisson qui lui sembla la moins cher, bien qu’en temps normal, il n’aurait jamais considéré ce prix comme étant “peu cher“.

- Allez faire joujou avec vos boissons maintenant vous voyez pas que je suis occupé ?

Sa voix basse tintée d’énervement et d’un agacement non feint avait un aspect étrangement comique, une voix pincée, naturellement donnait l’impression qu’il parlait le nez pincé. Crédibilité zéro en somme, mais le serveur s’en alla néanmoins. Le Quarien tenta un coup d’oeil. Son sang se glaça. L’un des mastodonte regardait vaguement dans sa direction. Quant à savoir s’il le regardait lui, Kori espérait bien que non ! Il observa discrètement de gauche à droite. Seul au comptoir, il poussa un plainte inaudible. Quels choix lui restait-il ? Se faire lyncher par ces gars et tenter une dernière fois de placer cet émetteur ? Ou partir l’air de rien et se faire lyncher par un Krogan deux fois plus gros que lui ? Sans compter que leur employeur d’un jour pouvait sans doute faire du mal à Naki une fois qu’il se serait occupé du Quarien...Cette idée réussit finalement à le convaincre. C’était décidé, il tenterait le tout pour le tout, restait toujours la même question : Comment s’en approcher ?

Le serveur lui apporta sa boisson, il en bu la moitié d’une traite. Le liquide froid lui brûla la gorge. Un des gardes du corps s’approcha du comptoir pour commander quelques boissons à son patron, les deux autres observaient les alentours, il avait là une unique chance de l’approcher. Son verre à la main, il se leva et s’approcha d’un pas rapide vers l’Humain. La sueur suintait par tous ses pores et son verre sautillait au rythme des tremblement de sa main. D’ici quelques instant, un des mastodontes le verrait et viendrait le réduire en poussières en moins de deux. Et pourtant, il s’approchait toujours, traçant un chemin passant derrière l’humain assis à sa table et, ne contrôlant plus ses mouvement, il vit, impuissant, son bras se propulser vers l’homme assis, le liquide contenu dans son verre s’envolant vers le costume propre. La boisson éclaboussa le mafieux sur tout son long, dans un cri de surprise, il lança un regard assassin au Quarien. Les garde du corps se retournèrent, Kori n’aurait qu’un infime laps de temps pour agir. Rapidement, il tomba à genoux devant l’Humain, attrapant au passage une serviette qui traînait sur la table, l’émetteur toujours dans son autre main et, jetant à la poubelle toute fierté qu’il pouvait avoir de lui, entreprit d’essuyer le costume en se confondant en excuse, comme un pauvre Quarien misérable.

- Encore toi ? Rugit Ming Shen.

- Je suis vraiment désolé monsieur je ne voulais pas...S’excusa Kori.

Il parlait rapidement, pour le coup, le stress et la peur qui le tiraillait le rendait particulièrement crédible. D’un signe de la main, Ming Shen, les yeux en flamme, fit signe à ses gardes. Kori eut à peine le temps de lever les yeux, un poing, au moins aussi gros que sa tête, s’abattit violemment sur son épaule. Dans un cri de douleur, le Quarien vola en arrière, la main sur son épaule écrasée. Une douleur explosa dans le creux de son ventre alors qu’un des mastodontes lui lança un coup de pied sans sommation. Le balourd s’approcha, attrappa les épaules du Quarien, s’appuyant sans remord sur celle qui le faisait à présent souffrir, le visage collé au sien, des postillons couvrant peu à peu le casque de Kori. Il chuchota, la voix pleine de danger.

- Ecoute-moi petit con, si tu t’approches encore je te tue, toi et ta petite copine est-ce que tu m’a compris ?

Il secoua le Quarien, le cognant au sol alors qu’il acquiesçait précipitamment. Un ultime coup alors que le garde du corps se relevait, le laissant au sol, tordu par la douleur. Il entendit plus qu’il ne vit les cinq hommes s’en aller. Doucement, il ouvrit la main, l’émetteur ne s’y trouvait plus, voyageant à présent dans la poche de Ming Shen. Kori s’allongea difficilement sur le dos. Il rit sous l’effet du stress se dissipant avant de se prendre le ventre tant la douleur le faisait souffrir.

Il n’avait plus qu’à aller rechercher sa soeur au SSC. Mais pour le moment, il resterait allongé au sol quelques minutes encore...Juste le temps que ses os se remettent en place.



Honneurs:
 


Dernière édition par Kori'Penyo Nar Tarek le Lun 03 Nov 2014, 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Mercenaire
Rang : Clone
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 334

MessageSujet: Re: Echange risqué   Dim 02 Nov 2014, 22:33
Dans l'un des recoins des Quais de la Citadelle, J'ango inspectait un peu frustré son datapad. Autour de lui, les quelques camarades qu'il avait réussi à rallier semblaient de plus en plus bouillants et ennuyés. Forcément, le krogan leur avait annoncé qu'il allait y avoir un coup à faire ce soir. Plus particulièrement quelques diversions a faire. C'était en les harcelant littéralement qu'il était finalement parvenu a les faire décoller de leurs sièges pour les amener ici. Sauf qu'en l'état actuel, les choses prenaient beaucoup plus de temps que prévu.

« Putain J'ango ! Tu nous fais perdre notre temps ! » aboya un humain chauve au visage taillé a la serpe.
Le krogan grogna.
« Nan... J'te jure... Tu verras, on aura un signal d'ici quelques temps... » gargouilla t-il.
« J'attends encore cinq minutes... Après quoi, moi et les gars on se tire... »
Un bip sonore commença à se faire entendre sur l'omni-tech du krogan. Les Serres se penchèrent en avant pour inspecter.
« C'est bon ! Je l'ai ! Il est au niveau des bars du secteur C ! C'est assez étroit pour nous laisser la marge. On fonce les gars ! »



Quelques minutes après que Kori fut victime de son manque de discrétion et de chance et que Ming Shen et ses quelques gorilles aient tournés les talons, s'installant a proximité afin de mettre au point leurs derniers plans et attendant sans doute la venue de son « contact ». Au bout de quelques instants supplémentaires, l'ombre d'un épais krogan apparut. Avec son armure frappée par l'emblème des Berserker. Bien entendu, il ne portait pas d'armes, elles avaient été préalablement confisquées dans les contrôles d'entrée, sans doute. Mais nul doute qu'il n'en avait guère besoin pour fracasser quelques crânes. Il rejoignit l'humain et échangèrent quelques mots en inspectant un peu les passants. Les gardes du corps de Shen s'étaient d'ailleurs quelques peu décalés et assuraient un minimum syndical de distance entre leur commanditaire et son contact. Alors qu'ils s'apprêtaient a quitter les lieux pour rejoindre une place plus « sûre », ils aperçurent dans le coin de la rue quelques « indésirables ».
Deux humains et un turien tatoués ou peints aux couleurs des Serres attendaient tranquillement dans le premier boyau de rue qui conduisait vers les autres couloirs. Le groupe décida alors d'emprunter la seconde voie, derrière eux. Perdu. Un krogan, un autre humain et un autre turien attendaient ici. Quand ces derniers se levèrent de leur position pour commencer a avancer vers le groupe, Shen haussa les sourcils alors que ses « amis » se retournaient vers lui. Il glissa une main dans sa poche et...

Et merde...

« On se les faits les gars ! Mais je veux récupérer le bridé intact ! » aboya J'ango.

Et tout commença a basculer dans ce qui semblait être ni plus ni moins qu'un de ces éternels règlement de compte devant un bar, souvent après une soirée arrosée. Sauf que cette fois-ci, les protagonistes de l'action étaient parfaitement sobres. Les gardes du corps de Ming eurent très largement a faire. N'étant guère préparés pour un choc aussi soudain, la moitié d'entre eux se firent casser le nez avant de réaliser ce qui se passait. Et les deux derniers, désormais en sous-nombres, promettaient de ne pas tenir bien longtemps. Quand a J'ango ? Il était en proie avec son congénère des Berserkers. Les deux passaient leurs temps a se bombarder d'insultes tout en poussant chacun de son coté pour tenter de prendre le dessus sur l'autre. La lutte s'éternisa quelque peu, la sueur commença a se faire sentir et les veines qui palpaient sur leurs cous désignait largement qu'aucun n'avait réellement envie d'abandonner. Ming Shen, quand à lui, rampait au sol après avoir reçu un mandale un peu trop efficace a son goût et cherchait désormais a fuir plutôt qu'autre chose. Dans sa lutte, J'ango finit par se décaler un peu sur la droite, lui laissant l'opportunité de déplacer son adversaire. Il fracassa ainsi allégrement la figure du Berserker contre le mur a proximité et ce jusqu'à ce qu'il faiblisse. Une fois que le krogan adverse posa le genou au sol en soufflant, J'ango put se permettre de lever le pied et de lui écraser sur l'arrière du crâne, l'écrasant encore une fois contre la paroi, laissant sonné le Berserker. J'ango fit volte-face et inspecta Ming qui commençait a courir à toute jambe pour s'enfuir.

« Il se barre ! » hurla J'ango en commençant a courir dans sa direction, laissant le Berserker a moitié assommé reprendre ses esprits.

Ming Shen sentit la poigne du krogan lui agripper le col par arrière et il fut coupé net dans son élan quand il le tira violemment en arrière, menaçant ensuite de lui rompre le cou. Shen leva les mains devant lui en signe d'abandon. J'ango le redressa et tourna la tête. Les Serres et les derniers gardes du corps continuaient de se distribuer des châtaignes, bien que les coups commençaient a gagner en sévérité au fil du temps. D'autres hommes déboulèrent en courant. Le SSC, évidemment. L'humain chauve compagnon de J'ango leva le nez, essuya les quelques traces de sang qui lui parsemaient la tempe et hurla.

« Merde ! Les flics ! On se casse ! »

Tous commencèrent a se disperser, Serres comme gardes. Le SSC plaqua au sol l'un des agents de Ming et ils faillirent en faire autant avec un Serre un peu trop lent qui eut heureusement la présence d'esprit de se décaller sur le coté avant de partir a toute jambe. Le krogan Berserker fut retourné sur le dos, une arme collée a l'arrière du crâne, le forçant a garder les mains là où elles étaient pendant qu'on lui passait les menottes. J'ango profita de la confusion générale pour trimballer Ming dans le bar. Là-bas, il y récupéra Kori qu'il tira par le col avant de se mettre à courir dans les rues pour semer les agents du SSC.



Retour a l'appartement des Quariens. Kori avait été déposé tranquillement sur la banquette du salon là où il allait enfin pouvoir se réveiller de cette rude journée. Encore qu'elle n'était pas entièrement terminée. Effectivement, si il aurait put un instant croire à un rêve. La vision d'un krogan et d'un humain contrait a rester assis sur une chaise l'en dissuada. J'ango avait le poing levé face a un Ming légèrement couvert d'ecchymoses et de traces de coups. Il avait les mains levées devant lui.

« Alors on joue a la girouette Shen ? » martela J'ango.
« Va chier ! Dit a Parîs que je l'emmerde ! J'ai des amis hauts-placés ! Ils vous buteront ! »
Un autre pain de la part du krogan. La tête de Ming roula amplement sur ses épaules, ses yeux se perdant au plafond alors que son crâne commençait à sérieusement souffrir du traitement.
« Une seconde, tu veux ? » dit J'ango alors qu'il se rendit compte que Kori était en train de se reprendre conscience. « Je t'ai emprunté ton appart', ça te dérange pas ? Je me casse dès que j'ai terminé, je vais essayé de pas trop saloper ta baraque. » déclara t-il avant de s'en retourner vers sa cible.

Il agrippa l'humain par l'épaule, le força a se lever de sa chaise et le dirigea avec force droit sur le plan de travail de la cuisine. Là, J'ango activa tout simplement le broyeur a ordure intégré au plan avant de commencer a lentement diriger la tête de Shen vers l'engin de recyclage. Ming s'agita sérieusement.
« Qu'est ce que t'en dit, Ming ? J'ai un ami qui veux t'offrir des nouilles ! Tu es sûr de pas vouloir accepter ? »
« Vous êtes tarés ! Tous autant que vous êtes ! Lâche moi ! Lâche moi ! »
Son crâne manquait désormais de passer par les pâles de l'engin.
« Ca va faire de la jolie bouillie mon pote ! »
« Stop... STOP ! Arrête ! D'accord ! D'accord ! J'abandonne le contrat ! Je retournerais voir Parîs ! »
J'ango le lâcha et le projeta au sol.
« Bien évidemment, Ming. Tu sais qu'on est bienveillant envers les amis. »
« Bordel... « 
« On dirait que tu t'es pissé dessus. Mais t'inquiète pas, ça arrivera plus si t'es sage. Notre porte est grande ouverte Ming. »
« Je... Je vais rentrer avec toi... On ira voir Parîs... Je reprendrais mes liens avec lui... Mais putain... M'approche plus...»
« Entendu, Shen. Tu es un « bon ami » pas vrai ? »

Il l'aida a se relever tout en gardant une bonne poigne. Le krogan tourna ensuite le regard vers Kori.
« Bon. Désolé, je crois que j'ai foutu un peu de sang sur ton parquet. Mais bon, t'as tenu ta part du contrat, a moi de tenir la mienne. Qu'est ce qu'il te faut, précisément ? Oh et bien sûr... C'est une offre d'ami. Pas d'embrouilles, n'est-ce pas ? »






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 735

MessageSujet: Re: Echange risqué   Lun 03 Nov 2014, 20:30
Les yeux embrumés, une douleur lancinante lui tiraillant la poitrine et plusieurs endroits du corps à des intensités plus ou moins élevées. Kori avait vaguement conscience qu’on le tirait par le col de sa combinaison. Ses pieds trainaient au sol sans aucune force. Il ne savait même pas qui se servait de lui comme d’une simple serpillère. Sûrement les hommes de Ming Shen qui, après réflexion, auraient jugé plus sympathique d’en finir avec lui. Ou peut être que quelqu’un essayait de le tirer d’affaire ? Alors qu’il était encore allongé sur le sol de l’électron libre, il avait vaguement eu la sensation de pagaille non loin de lui, comme si plusieurs personnes réglaient leurs compte. Quel crétin ! Il allait finir écraser comme une mouche au deuxième jour de son pèlerinage...Pour qui il se prenait ce stupide Kori ? À croire qu’il pouvait entrer dans la cour des grands et tremper dans des histoires pas très net pour obtenir ce qu’il veut ? À croire qu’il s’était pris pour un dur et pas pour une espèce qui risque de mourir au moindre coup de froid... Il était fatigué, avait mal, et n’était en aucun cas capable de s’opposer à qui que se soit, aussi se laissa-t-il glisser sur le sol, l’esprit ailleurs, difficilement connecté à la réalité.

Il rouvrit les yeux, juste quelques secondes, des sons lui parvenaient, des paroles...Une voix lui annonçant qu’on lui avait emprunté son appartement, une histoire de girouette et de nouilles...Kori rit intérieurement, des nouilles dans son appartement. Peut être que c’étaient des nouilles terroristes qui l’avaient emmené ici, et comptaient bien le faire répondre de ses actes face à leur grand chef la Girouette ! " Je suis désolé je ne voulais pas manger toutes ces nouilles, je ne le referai plus !“. Il rit à nouveau, mais aucun son ne sortit de sa bouche, il tressaillit légèrement lorsque la douleur dans sa poitrine se rappela à lui. Puis vint un bruit déchirant, métallique et agressif. Kori se réveilla en sursaut, face à lui, le Krogan maintenait la tête de Ming Shen près du broyeur à ordure. Kori gardait la bouche pendante face à se spectacle alors que l’Humain continuait de se débattre sans succès. Pendant un temps, Kori eut un aperçu inquiétant de ce qui aurait pu lui arriver s’il n’avait finalement pas réussi à poser l’émetteur sur Ming Shen...Finalement, se faire ruer de coup par un garde du corps n’était pas si mal.

- Stop... STOP ! Hurlait l’Humain aux yeux bridés. Arrête ! D'accord ! D'accord ! J'abandonne le contrat ! Je retournerais voir Parîs !

Kori avait du mal à suivre la conversation, à vrai dire, elle ne le regardait pas vraiment et puis, il n’avait aucune envie de rencontrer ce Parîs ni même d’avoir à nouveau à faire avec ce Krogan et toute ça clique, à moins bien sûr que ses informations ne s’avèrent utiles...

Le tapage cessa soudain, le Krogan, dont il ne connaissais d’ailleurs toujours pas le nom, aidait sa victime (Ou plutôt son complice à présent) à se relever puis, alors que le Quarien pensait ne plus exister pour ces deux hommes, le Krogan se tourna vers lui.

- Bon. Désolé, annonça-t-il. Je crois que j'ai foutu un peu de sang sur ton parquet. Mais bon, t'as tenu ta part du contrat, a moi de tenir la mienne. Qu'est ce qu'il te faut, précisément ? Oh et bien sûr... C'est une offre d'ami. Pas d'embrouilles, n'est-ce pas ?

Kori ouvrit la bouche, aucun son n’en sortit pour commencer, puis vint un bafouillage inaudible, une bouillis incompréhensible de mots sans aucun sens. Qu’avait-il besoin comme information au juste ? Le Krogan lui avait assuré que son employeur trouverait ce dont il avait besoin, mais comment le pourrait-il alors que lui même n’en savait rien ?

- Euh...Je...Bégaya-t-il.

Face à lui, les deux hommes le regardait fixement, attendant sûrement une réponse plus explicite.

- Je...Je cherche des informations sur un certain Jarod...

Ming Shen leva les yeux au ciel plein de dédain pour ce stupide Quarien, il ne manquait pas d’air, lui qui, quelques minutes à peine, pleurait pour ne pas se faire broyer ! Son camarade Krogan lui, continuait à le fixer, impassible. Kori se redressa sur son siège, cherchant à rassembler toutes ce qu’il savait et qui pourrait leur être utile.

- Ce...Jarod, s’est probablement retrouvé sur Haratar en 2195 quand e GIP l’a prise aux Berserker.

En même temps qu’il énonçait ces informations, Kori réfléchissait rapidement.

- Peut être même qu’il fait partie des Berserker.

Il se leva, il constatait à présent qu’il avait une piste à explorer, face à ces mercenaires, il venait de soulever un détail qui ne l’avait pas frapper sur le moment. La station Haratar avait été prise des mains des Berserker, c’était donc contre eux que son père et son ami avait combattu, il y avait donc de fortes chance que son père est succombé par eux...

- Je cherche également quelqu’un d’assez doué pour décrypter un message sans poser de question.

A des lieux de ce qu’il venait de se passer, des risques qu’il avait dû prendre aujourd’hui, Kori était reparti dans ses déductions, dans ses réflexions parmi lesquelles il se perdait régulièrement. La présence des deux mercenaires, bien qu’imposante, ne le perturbait même plus, cette inconscience du danger avec laquelle il avait grandi ne cessait de se mettre en marche lorsqu’il sentait qu’il avançait dans ses recherches. Il avait beau s’être fait tabasser par une bande de mastodonte et englué dans une histoire de mercenaire, si c’était ce qu’il fallait faire pour obtenir les réponses qu’il cherchait, il n’hésiterait plus.

- Alors ? Reprit-il, droit face aux mercenaires. Vous savez où je peux trouver ça ?



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Mercenaire
Rang : Clone
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 334

MessageSujet: Re: Echange risqué   Jeu 06 Nov 2014, 20:36
J'ango avait légèrement envie de dire au Quarien de se presser dans son choix plutôt que de bégayer bêtement. Même Ming semblait ennuyé malgré la punition qu'il venait de se prendre. Pour quelqu'un qui venait de se pisser dessus, son moral remontait très vite. Bon bon, laissons lui le temps de s'exprimer.

D'accord. Un certain Jarod.
D'accord. Un berserker.
D'accord. Il lui faut un hacker.

Bon, au moins, la réponse n'allait pas être bien difficile à trouver. Dans le milieu difficile des organisations mercenaires, on avait très régulièrement besoin des services de types dans leurs genres. Le plus compliqué était d'en trouver qui acceptaient les jobs sans faire d'histoire. Et cela tombait bien, J'ango en connaissait un particulièrement efficace.

« J'ai ce qu'il te faut alors, mon pote. Je vais te présenter un ami a moi. T'as pas un truc pour noter ? Tiens, démarre ton omni-tech, je vais te faire un topo de qui il est et d'où tu peux le trouver. Je te préviens par contre. Ce que tu demande, c'est pas des trucs très légaux légaux. Donc motus et bouche cousu. Tu m'as jamais vu, pigé ? Bon, ouvre tes oreilles. »

Il ouvrit lui même son propre omni-tech qui déploya un hologramme d'un jeune homme blondinet imberbe. Vu sa dégaine, nul doute que sa priorité était d'abord de rentrer dans le lot et de se fondre dans la masse de la population.

« Tu peux l'appeler « Zap », j'ai pas le droit de te dire son vrai nom. C'est un professionnel. Il fait des boulots rapide et propre. Hacking, détournement de systèmes, transcription et traduction de données. Rien ne peux lui résister. »

J'ango fit de gros yeux et grimaça.

« Je présume que tu te doute bien que je ne suis pas vraiment celui que je prétends être, hein ? De fait. Mon employeur n'a jamais existé. Je suppose aussi que tu sais maintenant que je suis un Serre vu ce qu'il s'est passé au bar. Bon, je te le répète par mesure de sécurité, tu m'as jamais vu dans les parages, pigé ? J'ai pas que ça a foutre de revenir sur mes pas pour briser les os d'un mouchard. »

Au moins, c'était clair. Le krogan n'avait VRAIMENT pas que ça a foutre. Et cela l'arrangeait si il n'avait pas à se soucier des représailles de la loi pour le petit incident de ce soir. Autrement dit... Il désirait être tranquille pour la suite des événements.

« Tiens. Je te file ses coordonnées par Omni-tech. Attention, il répond pas aux demandes comme ça. Laisse lui un message et dit que c'est J'ango qui t'envoie. Il acceptera alors ta requête. Pour ce qui est de son payement... Dit lui directement de s'adresser à moi. Ça devrait te tirer d'affaire. Et au cas où il veut tout de même pas de faire confiance et qu'il veut une preuve en avance... Je vais faire basculer « quelques » crédits de ton coté immédiatement. Si tu ne t'en sers finalement pas... »

J'ango haussa les épaules.

« Alors ce sera pour nettoyer ton appart, m'excuser du dérangement et ça t'offrira un ou deux meubles supplémentaires je suppose. Bon. Je dois y aller pour l'heure. Si tu veux faire affaire avec moi dans le futur, voit sur Oméga. Mais n'oublie pas. Y'a que deux mots qui comptent chez nous : Loyalité et Discrétion. Tu me balançe pas, je te pète pas la gueule. C'est aussi simple que ça, c'est une relation de confiance. »

J'ango et Ming s'avançèrent vers la porte.

« On se tire. Au plaisir de te revoir. »






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction :
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2862-journal-de-bord-de-kori-penyo-nar-tarek#37021


Inspiration Divine
Messages : 735

MessageSujet: Re: Echange risqué   Dim 09 Nov 2014, 14:37
Le Quarien resta planté sur place.Le Krogan, J’ango; et Ming Shen venait de quitter son appartement depuis quelques minutes déjà et il n’avait absolument pas bougé. La proposition de J’ango tournait et retournait dans sa tête.
Zap...
Oméga...
Il avait beau n’avoir quitté Rannoch que depuis un peu plus d’un mois, il connaissait bien la sinistre réputation d’Oméga, et les informations qu’il avait pu entendre sur la Citadelle ne démentaient pas les racontars. Est-ce qu’ils étaient vraiment capables de parcourir un tel lieu ? Il est vrai que leur père les avait préparé à leur pèlerinage et que leurs omnitechs bénéficiaient de drones d’attaque et de défense, mais les danger qui régnaient sur cette station s’annonçaient bien au delà de leurs capacités...Kori alluma son omnitech et repassa en vue les informations données par le Krogan. De toute manière, l’important à l’heure actuelle était d’aller chercher Naki au SSC, Kori espérait que sa soeur n’ait pas eu trop de problème, sûrement moins que lui ça, il en était sûr. Avant de se diriger vers l’entrée, il jeta un coup d’oeil à l’appartement, le plan de travail était en vrac et de nombreux objets traînaient au sol. Tant pis, ils auraient tout le temps de nettoyer ça plus tard.
Il actionna l’interrupteur et la porte coulissa sur les couloirs froids des secteurs.


***


- Oméga ? S’horrifia Naki.

Kori avait atteint le SSC avec difficultés. Ne connaissant pas encore très bien l’immense station, il dû à de nombreuses reprises demander son chemin en essuyant parfois une superbe ignorance à son égard. Au final, Kori dû s’expliquer face aux agents du SSC, par chance, sa soeur était resté évasive sur le sujet et il n’eut pas trop de mal à baragouiner une excuse qui pouvait tenir la route. Les agents du SSC n’avaient sûrement rien gobé, néanmoins, ils les laissèrent partir. Les voila donc sur le retour, traversant les long couloirs de la Citadelle en direction des secteurs.

- Je sais que c’est dangereux Naki mais le Krogan m’a assuré qu’on y trouverait quelqu’un qui nous aidera !

- Et ce...J’ango, il nous a aidé au final ? On était censé obtenir des information et au final on se retrouve à devoir demander à quelqu’un d’autre qui, sûrement, nous enverra vers quelqu’un d’autre, puis quelqu’un d’autre...

Ils se turent le reste du chemin, Kori ressassant les propos de sa soeur, propos pour le moins censé.

Une fois à l’appartement, Naki fut stupéfaite de l’état des lieux. Dans un soupir, elle entreprit de ranger les quelques affaires éparpillées au sol.

- Et toi ? S’inquiéta Naki. Ca va ? T’as l’air d’avoir passé un sale moment avec eux...

Et Kori lui raconta l’intégralité des dernières heures. Sans omettre un détail.

- Tu te rend compte à quel point c’était dangereux ? Le sermonna sa soeur.

- Oh arrête Naki ! Je te connais, t’es pareille que moi.

Il sourit à sa soeur, l’aidant à remettre un peu d’ordre.

- Va pas me faire croire que t’étais pas excitée quand on a tenté de mettre l’émetteur près des quais !

Il s’arrêtèrent, Naki face à son frère, son visage tiraillé entre une intense inquiétude, et la sensation inquiétante que son frère disait vrai. Elle s’assit sur le lit dans un bruyant soupir de résignation.

- Bon ! Admettons...Mais Oméga Kori ! Ca n’a rien à voir avec la Citadelle ! On pourrait vraiment avoir des ennuis !

Kori s’installa près de sa soeur, un grand sourire aux lèvres.

- Et ?

Ils se regardèrent, discutant sans échanger un mot, comme deux jumeaux ayant passé toute leur existence ensemble. Naki inspira profondément, elle souriait également, consciente de la bêtise qu’ils allaient commettre et pourtant terriblement attirée par elle. Elle balaya le piteux appartement.

- De toute manière, je n’aimais pas du tout cet appartement...

Ils rirent tous deux. Rapidement, ils rassemblèrent leurs maigres affaires ainsi que quelques crédits qu’ils avaient réussit à obtenir en travaillant de ci de là à travers la Citadelle.

Le lendemain, le petit appartement était désert, des restes de rixe dispatchés à l’intérieur. Pour le SSC, les Quariens auraient quittés les lieux suite à un problème entre gang, ou encore une rencontre malchanceuse qui se serait finit mal. Qui sait s’ils n’étaient pas mort à l’heure actuelle. Quoiqu’il en soit, un mois plus tard, l’appartement était dégagé et loué à de nouvelles personnes, d’autres pauvres espèces bas de gamme qui rencontreront d’autre espèces dangereuses qui les embarqueront dans d’autres histoires peu légales.

Mais pour Kori et Naki, la Citadelle serait déjà loin et leur histoire mal chanceuse et peu légale ne faisait que commencer.



Honneurs:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Echange risqué   
Revenir en haut Aller en bas
 

Echange risqué

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle-