AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 La certitude est le premier pas vers l'erreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Aucune
Rang : Entité divine
Voir le profil de l'utilisateur


Compte staff
Messages : 4183

MessageSujet: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Sam 11 Oct 2014, 23:21
Intervention MJ : OuiDate :  Octobre 2199 RP Violent
Kaijin'Thoras Nar Krashos ♦ Namida’Silke Nar Karasuh
La certitude est le premier pas vers l'erreur





La certitude est le premier pas vers l'erreur

"...Entre raison et déraison..."


Haratar, la plus jeune des trois soeurs. Une station encore balbutiante, signe d'espoir après des temps bien troubles. Signe d'ordre en plein dans les Systèmes Terminus, sorte d'incarnation du chaos dans sa forme la plus dépravée. Mais plus que ça, Haratar était surtout une figure importante de la réconciliation entre Quariens et Geths. La preuve la plus exemplaire que la cohabitation entre les Synthétiques et les Organiques était possible. Suite à la reconquête de Rannoch, la bonne volonté avait fusé des deux côtés et la station qui avait été le berceau des hérétiques Geths était devenue le symbole le plus brillant de leur liberté.

C'est dans ce lieu chargé d'histoire et de sens que, pourtant, de tragiques évènements allaient se dérouler. Car si une majorité peut construire un état, une paix, une minorité peut tout ravager en un instant. Namida'Silke Nar Karasuh et Kaijin'Thoras Nar Krashos allaient en faire l'amère expérience. Si Namida résidait à présent sur la station, si bien qu'il n'était pas si étonnant de la voir dans ce café, la présence de Kaijin semblait embrumée de mystères. Peut-être un contrat ? Ou une certaine mélancolie vis-à-vis de ses semblables l'avait-elle poussée à retourner auprès de ceux de son espèce, ne serait-ce que durant un court moment ? Lui seul pouvait le savoir. Plutôt grand, l'établissement entièrement couvert disposait de deux grandes baies vitrées blindées donnant sur une allée à l'extérieur. Le tout était entretenu avec merveille, si bien que les surfaces peintes en blanches brillaient d'un éclat qui donnait l'impression que le tout était encore frais. Les tables, les tabourets, les chaises, les fauteuils, tout était travaillé dans un style certain qui donnait un charme particulier à l'ensemble.

Un Quarien, accompagné de quelques amis, pénétra en ces lieux par la porte automatique au mécanisme silencieux. Il ne prêta pas attention à la musique qui passait en fond, trop concentré sur sa tâche. Plus qu'une tâche, un devoir même ! Pourquoi était-il le seul à voir la vérité en face ? Enfin, le seul. Ses amis partageaient son avis. Mais il était sûr d'être le seul à mesurer l'ampleur du problème. C'était pourtant évident, non ? Un Geth l'aborda, un serveur, alors qu'ils venaient de s'installer à une table. Il l'observa silencieusement durant un long moment, avant de pointer son canon sur lui et de tirer dans son globe oculaire, le tuant instantanément.

Panique.

Les sorties furent rapidement bloquées par les Quariens terroristes qui pointèrent leurs armes sur ceux présents dans le café tout en plaçant des charges explosives aux dites sorties.

- Ne paniquez pas ! Tentative ratée de notre ami agité. Il tira en l'air, appelant ainsi au calme. Pointant son arme sur le Quarien qui semblait tenir l'endroit, il lui ordonna : Baisse les rideaux des fenêtres ! Et ferme les sorties !

Le bonhomme s'exécuta sans souffler mot, tenant bien trop à sa vie.

- Amis Quariens, ne vous inquiétez pas. Il ne vous... Il ne vous sera fait aucun mal. Si vous ne tentez rien. Les seuls qui nous gênent sont ici. Il désigna d'un geste vague les Geths qui avaient été isolés dans un coin de la pièce et sur lesquels on semblait poser des charges explosives. D'où le poids des sacs sur les dos de nos preneurs d'otages. Ils nous ont trahi une fois et notre peuple l'a oublié bien trop rapidement ! Un jour, ils recommenceront ! Ils recommenceront...

Le tremblement de ses mains trahissait autant sa nervosité que sa prise de stimulants. Après tout, pour accomplir un tel exploit héroïque, il fallait se donner du courage, non ?

- Restez tranquille... Restez tranquille... répétait-il. Il avait bien fait. Il avait bien fait.

De toute évidence, il avait un gros problème, une fragilité mentale, et il avait craqué. La question étant : est-ce que les otages allaient attendre sagement les secours, en prenant le risque que leur preneur d'otages pète un plomb et ne les tue tous ? Allaient-ils se rebeller violemment ? Tenter de parler, de négocier, pour résoudre le problème d'une manière diplomatique ?
Allaient-ils pouvoir conserver la fragile paix qui s'était installée entre les Geths et les Quariens intacte ?




Feat. Kaijin'Thoras Nar Krashos et Namida’Silke Nar Karasuh



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 182
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Dim 12 Oct 2014, 16:00
Elle aimait bien cet endroit. Ce qu’elle préférait c’était les baies vitrées qui donnaient sur l’extérieur. C’est la seule chose qui lui avait vraiment manquée sur Rannoch. Certes, le ciel filtré par l’atmosphère était joli et fascinant, mais il n’avait pas cet infini rassurant qu’on les étoiles vue d’en haut. Le reste de l’établissement était très bien entretenu et joliment décoré, mais ce n’était rien en comparaison du panorama. Aussi, lorsqu’elle y venait, elle choisissait toujours une place qui lui permette de le voir.

Elle ne nota pas la venue du groupe qui s’installa à la table voisine. Trop absorbée par sa contemplation et ses pensées. Elle réfléchissait à l’amélioration sur laquelle elle travaillait. Il y avait dans le processeur un élément qu’elle n’arrivait pas à plier à son projet. Lorsque le coup de feu retentit, elle fut parmi ceux qui hurlèrent. Surtout que le corps du malheureux geth chuta non loin d’elle. Elle observa le corps et les derniers crépitements électroniques. Il était mort sur le coup, au moins. Ce fut sa première réflexion horrifiée. Il était vraiment mort, mince. Et c’est cette arme, dans la main de ce quarien qui avait commis l’irréparable.

Son esprit d’ingénieur après quelques instants de vide paniqué se remit à analyser la situation. Des explosifs à l’entrée, mince. Autant dire qu’il valait mieux que ça explose pas pour ceux qui étaient à l’intérieur. Passivement, elle regarda les fous rassembler les geth dans un coin de la salle. Si eux aussi étaient transformés en bombe vivante, ça allait finir en bouilli cette histoire. Elle nota dans les pauvres geths assemblés, un des collaborateurs de son équipe. Efficace, discret, c’était agréable de travailler avec lui. Elle s’étonnait chaque jour de la délicatesse et de la manière qu’il avait de traiter « la petite dernière ». C’était fascinant la manière qu’ils avaient de sembler… attachés, sentimentaux. Capable d’émotions. Cela l’avait achevé de la convaincre que la paix entre organique et synthétique était possible.

Namida savait qu’elle avait l’air de ce qu’elle était : une petite technicienne inoffensive. C’est le pari sur lequel elle se basa en se levant. Elle n’avait pas tout à fait réfléchit à quel acte, stupide c’est certain, elle allait commettre. Au final, quoiqu’il arrive, le mal était déjà fait. Même en sauvant ces geths, on parlerait de ces terroristes et de ceux qui ne veulent pas de la paix. Réveiller une peur endormie de cette trahison qui fit si mal. Qui causa tant de malheur.

- hum… je me présente Namida.
On tue moins facilement quelqu’un sur lequel on met un nom, non ? Vous m’intéressez, pouvons-nous échanger durant quelques instants ? Si le gouvernement étouffe votre coup, il n’aura pas d’impact. Je fais partie d’un réseau qui peut vous garantir que ce que vous faites ne sera pas ignoré de la population… ça vous intéresse ?

Mentir c’est mal, c’est vrai. Se faire passer pour une pro-organique qui travaille sur des réseaux clandestins qui luttent contre le pouvoir qui étouffe la vérité ? Ca pouvait le faire, non ? Au moins, ils gagneraient du temps. Et à part se lever doucement, elle n’avait rien fait contre eux… donc aucune raison qu’il ne tire sur elle ? Cela faisait partie du millier de réflexions qui embrouillaient son esprit. Gagner un peu de temps avant que la sécurité intervienne. Ou n'importe qui d'autre ici qui profiterai du détournement d'attention qu'elle avait créé. Cela semblait être un acte louable.

Elle avait cette manie curieuse de se mêler de tout ce qui ne la regardait pas, après tout. S’il lui hurlait de se taire ou quelque chose du genre, elle n’aurait qu’à se rassoir et se taire. Pourquoi n’avait-elle pas commencé par se taire ? Elle n'osait pas penser à d'autres options, elle avait horreur de la violence.

Faites que tout se termine bien, faites que tout se termine bien, faites que tout se termine bien, faites que tout se termine bien, faites que tout se termine bien, faites que tout se termine bien, faites que tout se termine bien, faites que tout se termine bien, faites que tout se termine bien…


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 92
Crédits : I.S.O.

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Lun 20 Oct 2014, 17:44
Le pèlerinage de Kaijin allait toucher à sa fin. D'ici quelques mois, il avait donc jugeait bon de visiter la station Haratar. Histoire de s'entretenir avec son futur capitaine, comme ça, même s'il revenait avec un cadeau assez décevant, il serait tout de même accepté au sein de ce vaisseau. Avant la récupération de Rannoch, les pèlerinages étaient plus simples, un petit vaisseau et la reconnaissance de toute la flotte en poche. Le quarien avait envie de ramener un beau cadeau, certes, mais si ça prenait trop de temps il laisserai tomber et reviendrait avec du ravitaillement.

Il avait déjà pensé à pas mal de possibilité. Des matériaux avancés pour Rannoch et Haratar auraient été un cadeau intéressant, mais, il avait eu beau retourner le problème dans tous les sens, il n'avait aucune fichue idée de comment s'y prendre pour ramener cela. L'option qui lui paraissait la plus simple et la moins risquée, c'était une cargaison d'engrais. Il avait également réfléchi à un moyen de faire ça sans que ça se sache. Sauf que, le goût de Kaijin pour les explosions éliminait cette éventualité de la liste.

Le quarien avait prit soin d'arriver deux jours avant son rendez-vous. Histoire de fêter un peu son premier retour. N'ayant cependant aucun ami dans les parages, il opta pour sympathiser avec les serveurs et barmans. Il rentra dans un bar un peu au hasard. Les couleurs de ce dernier avaient attiré le regard du plus si jeune pèlerin. De sa démarche lente et imprécise habituelle, il rentra dans l'établissement. Lorsqu'il arriva face au comptoir, il se tint bien droit et adopta une posture plus distinguée. Un geth se mit devant lui, près à recevoir la commande. Kaijin effectua une révérence.

- Bonjour aimable cyborg, selon vous, quelle boisson serait la plus susceptible de sustenter ma gorge sèche et de perturber mes pensées, tout en restant dans les limites de mes finances ?

Le cyborg se dressa de tout son long et parla, il dépassait d'une tête le quarien.

- Salutation et bienvenu dans notre humble établissement. La boisson la plus aimée de nos clients est le REGCPRT, le Retourne Estomac Grand Cru en Provenance de Rannoch et Tuchanka. Son prix s'élève à cinq crédits, la bouteille.

Le quarien s'avança, posant le double du montant sur la table.

- Me ferez-vous l'honneur de partager ce breuvage avec moi ?

Le geth posa deux verres et une bouteille sur la table.

- Ce ne sera que par pure politesse.

La soirée continua. Le geth et lui se racontaient divers histoire. Le verre de Kaijin se vidait puis se remplissait, tandis que celui du Geth conservait son niveau de liquide. La discussion tourna à l'énumération de blagues vaseuses. La machine tentait de simuler un rire équivalent à celui de Kaijin. Un autre quarien vint se joindre à eux, allégeant un peu la note de Kaijin. Pendant que les quariens dilués leurs sangs dans l'alcool et que le Geth les faisait rire avec diverses anecdotes et danses robotiques, les clients affluaient, allant de l'ingénieur quarienne au groupe anti-synthétique terroriste.

Groupe qui décida de prendre en otage les synthétiques tout en plaçant des explosifs sur chaque sortie du bar puis à abattre un Geth sans grande raison. Ma foi, c'était de bien joyeux margoulins.

D'ailleurs, lorsque la détonation retentit, les deux ivrognes sursautèrent, ils se jetèrent tout deux au dessus du comptoir, s'enlaçant de frayeur. La minute d'après, ils étaient derrière le Geth qui se dressait toujours de toute sa hauteur. On ordonna à ce dernier de rejoindre les siens, agglutinés dans un coin de la salle, il s'exécuta. Les deux quariens baissèrent la tête et suivirent leur nouvel ami. Chose qu'aucun des quariens ne remarqua, ils étaient trop occupés par la ''fausse'' journaliste que représentait l'une des clientes du bar, Namida. Pendant que cette dernière négociait avec les terroristes, l'autre quarien dont le nom était House et Kaijin avaient tout deux agrippés un bras du Geth, ils jouaient la peur avec un talent incroyablement époustouflant. Vraiment.

C'est du sarcasme.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 182
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Mar 28 Oct 2014, 00:06
Il y eu un moment de flottement incroyablement désagréable. Durant ces secondes où l’homme semblait réfléchir derrière son regard fou… Namida énumérait les manières tragiques de finir sa vie ici. Ou de passer un sale moment. Très sale. Elle avait du mal à classer les probabilités. Elle espérait que celle de rester en vie surpasse la seconde. Sa cervelle réduite en bouille comme celle du pauvre geth l’effrayait au plus haut point. Toutefois, il n’y eu pas d’effusion de violence, ni de mots. Le chef de file lui adressa un mouvement de tête qui signifie « approche-toi ». D’une démarche plutôt raide, elle s’exécuta.

Sa petite taille lui semblait devenir un fait écrasant. Comme si elle pouvait rétrécir plus encore. Au moins, désarmée et si fluette, elle ne provoqua aucune méfiance exagérée de l’individu déjà paniqué. Comment pouvait-on exécuter un pareil plan sans aucune préparation ? Ou vraiment sommaire. Ils avaient pensé à l’explosif et les armes, c’était un début. Leur leader semblait totalement dépassé... et nota-t-elle. Elle remarqua également que le dispositif des explosifs n’était pas très sophistiqué. Si elle pouvait accéder à son omnitech, elle aurait peut-être une chance d’interférer et rendre inoffensives les charges placées.

- Hm. Si des quariens venaient à être blessés, les personnes contre nos convictions en profiteraient pour retourner cet évènement symbolique contre nous…

- Ouais, ouais… j’ai dit, on ne fera aucun mal aux quariens…

Lesdits quariens qui commençaient à s’agiter. Aucun d’entre eux n’osa protester à voix haute contre ce qui leur semblait anormal. S’il n’était pas pour les geths, il était au moins certains que ce genre de violence n’irait pas dans leur sens. La moralité de ce genre d’acte relevait simplement du barbarisme. Dommage que certains ait la faiblesse d’esprit de penser le contraire.

- Alors comment les évacue-t-on ?

La question sembla gêner car l’individu se mit à faire les cents pas et manipuler nerveusement son arme. L’établissement était trop petit pour permettre un recule salvateur, pas d’issue viable autre que de mettre tout le monde à la porte. Il n’eut pas le temps de se mettre en colère car un de ses acolytes apporta une réponse toute trouvée.

- On les évacue par la porte. La petite filmera, pas besoin de s’encombrer de tous ceux là…

Un hochement de tête plus tard, les complices s’organisaient pour faire sortir les malheureux otages. Deux d’entre eux pointaient les geth et le chef de fil avait dans sa main un détonateur qu’il agitait. « Si qui que ce soit tente un seul geste déplacé, tout le monde saute. » Le message avait été assez clair. Les quariens furent évacués à la file indienne par la porte d’entrée. Il y eu quelques bousculades mais rien qui n’alarma les criminels. Les portes se refermèrent avec un claquement sourd. Pourquoi je suis toujours là, moi ? ah qu’elle se détestait avec ses idées brillantes. Au moins, avec ça l’alerte serait donnée assez rapidement, ils ne s’en sortiraient pas. Ou alors, à présent les choses allaient aller très vite. C’est-à-dire, explosion, fin des geth et fuite des vilains. En bonus sa survie… Une sorte de cauchemar se profila à son horizon… soit : interrogée et cataloguée comme une pro-organique criminelle… complice… ! ou alors… embrigadée de force par le groupuscule terroriste.

Elle sentit le régulateur de température de sa combinaison s’activer. Elle suait et le scaphandre compensait cet excès pour éviter l’inconfort. Comment pouvait-on vivre sans ce confort ? Un mystère à résoudre. Elle secoua la tête et activa son omnitech en mode vidéo. Elle fit mine de se placer pour filmer le tout. Elle avait besoin d’une diversion pour ouvrir le panel qui lui permettrait d’interférer entre le détonateur et les charges.

Une diversion… une diversion…

- Bosh'Tet ! Qu’est-ce… ?

Une diversion ! Elle en aurait pleuré de soulagement.

Les deux misérables quariens agrippés à leur ami geth venaient d’être découvert au milieu du tas de future victime. Alors que tous les criminels se précipitèrent vers eux, Namida en retrait pianotait frénétiquement sur son omnitech. Il fallait vraiment qu’elle découvre une faille dans le système. Son cerveau boosté par l’adrénaline semblait fonctionné plus vite que jamais. Elle isola rapidement les composants et leur mode de transmission. Il s’agissait simplement d’émettre par la suite un contre-champ qui annihilerait le signal du détonateur. Enfantin. La difficulté était de trouver la fréquence exact et surtout dans un délai bref.

Le ton semblait monter à côté et la situation sérieusement s’envenimer. Au fond d’elle, elle en était certaine, cette situation quelque soit son dénouement allait changer sa manière de faire. Elle ne s’était jamais trouvée dans une situation aussi périlleuse. Être confronté à sa mort était une expérience déplaisante. Elle était certaine que cela allait se terminé mal pour certain d’entre eux. Les terroristes semblaient prêts à ouvrir le feu à tout instant.


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 92
Crédits : I.S.O.

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Sam 01 Nov 2014, 15:26
La situation était peu enviable pour n'importe quel Geth, sauf celui qui formait un trio avec House et Kaijin. Ces deux quariens le faisait rire, mais d'une autre manière il avait peur. La mort n'était pas quelque chose auquel on pouvait se résoudre aussi facilement. Pendant que les autres quariens se faisaient évacuer. Les deux quariens donnèrent au Geth le rôle d'un Papa adoptif de deux quariens orphelins suite à l'attaque des moissonneurs. D'autres silhouettes synthétiques les cachaient, ainsi ils pouvaient se permettre de bouger dans tous les sens, tant qu'ils ne criaient pas tout irait bien. Le Geth avait tenté d'expliquer ça aux deux quariens, ils avaient compris apparemment.

Les deux être de chairs s'étaient placés à genoux, le crâne contre les puissantes jambes robotiques. Ils parlaient tout deux avec un ton assez enfantin et innocent. Posant des questions sur leurs existences, sur leur possible survie, la vie, la mort et toutes ces conneries. Le Geth lança LA réplique.

-Mon devoir est de vous protéger, considérez que c'est chose faîte.

Les deux quariens se relevèrent d'un seul coup, poussant ensemble un cri de joie.

-Wouaaaaah ! Tu connais Pèlerinage et Mercenariat ?
-Tu as regardé l'intégralité de la saison ?

Le Geth acquiesça. Pèlerinage et Mercenariat c'était une série télévisée réalisée par un humain, fasciné de quariens. Il avait décidé de leur rendre hommage en faisant de son héros un quarien. Le pèlerin Kaal'Zorah. Très original comme nom. Ce quarien était un modèle pour le bipolaire, à la différence que Kaijin était beaucoup plus violent et bien moins respectable. Mais passons, Kaal, c'était le genre de héros, pas très fort, mais malin, voir mesquin. La réplique qui venait d'être énnoncée était celle du dernier épisode qui érigeait ce pèlerin en héros, la fin de la saison s'était soldée par la mort de ce personnage si apprécié. Et quelle mort ! Il aurait été difficile de faire plus héroïque. Rien que d'y penser Kaijin en avait les larmes aux yeux.

Le gros problème, c'est que ces trois fans oublièrent un instant qu'ils étaient en pleine prise d'otages. Si bien que les répliques qu'ils lançaient attirèrent la curiosité des quariens racistes.

- Bosh'Tet ! Qu'est-ce... ?

C'est cette phrase qui poussa les deux quariens à se retourner, le geth recula, apeuré. Quatre quariens les encerclèrent, armés de fusil à pompe, de fusil d'assaut, mitraillette et pistolet lourd. Mais, malgré toutes leurs armes, rien n'aurait put arrêter des fans Kaal'Zorah avec plus d'alcool que de sang dans les veines. House et Kaijin échangèrent un regard complice, puis ils regardèrent le Geth, collait au mur. Les deux quariens lui firent un signe de tête signifiant quelque chose comme : « Bouges pas on gère. ». Kaijin s'avança vers eux.

- Salut résidus dégénérés de fientes d'Elcor, un problème ?

Quinze secondes plus tard, Kaijin était à terre, se tenant le ventre, il gérait, c'était sûr. Il avait oublié une chose, l'armement. Dans la série, Kaal possédait un fusil à pompe, deux Carnifex et un lance-flamme. Le bipolaire n'avait même pas de pistolet. Il tenta de se redresser, mais on lui faucha les jambes. House tenta de dégainer son fusil d'assaut, mais deux canons furent pointés vers lui. Le Geth s'avança, celui qui semblait cuisiner Kaijin tendit son Phalanx sur le robot, prêt à tirer. Une chose l'en empêcha, une Omnilame dirigée droit vers son entre-jambe.

- Héhé, ce serait bête qu'on crève tous ici, pas vrai ?

Kaijin avait réussi à déplier son Omnilame et à la placer juste en dessous de la virilité de son agresseur sans que ce dernier en soit alerté. L'intégralité de son poids reposait sur son bras gauche, c'était très inconfortable. Vraiment très inconfortable.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 182
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Sam 29 Nov 2014, 19:07
Heureusement qu'elle était une technicienne douée. Elle regrettait tout de même de ne pas avoir été plus curieuse sur le piratage en tous genres. Si elle avait le temps, ce serait un chapitre qu'elle se devait de traiter sans tarder. Pendant que le groupe se battait et débattait, elle avait réussi sa manipulation de base. Elle avait analysé la fréquence d'onde utilisée entre le détonateur et sa commande. Un système très basique que sa banque de donnée avait pu identifier rapidement. Il apparaissait très clairement que ces individus étaient des fous et surtout des amateurs. Un véritable terroriste aurait protégé son système avec un minimum de sécurité ou alors aurait investi dans du matériel de pointe. Elle allait cependant devoir s'approcher des bombes pour les court-circuiter. Elle n'eut aucun mal à désamorcer les explosifs situés sur les murs et les portes. Personne ne faisait attention à elle. Être petite et insignifiante était à l'heure actuelle une qualité vitale.

Ce qui faisait la fierté de ses parents était également sa vivacité d'esprit. Elle trouvait leurs compliments exagérés et gênants. Mais à l'instant où elle se trouva nez à nez avec une grille d'aération alors qu'elle carapatait à quatre pattes derrière les tables, elle eut un éclair de génie. Le conduit visiblement montait jusqu'au plafond de la salle et lui permettrait d'être suffisamment proche du tas de bombes vivantes qu'étaient les geths.
Dévisser la grille ne fut pas compliquer. Se glisser dans le conduit non plus. Lorsqu'il fallut par contre monter pour atteindre le coude du plafond... ah ! Quelle galère. Sans compter qu'elle ne devait faire aucun bruit et que ces parois étaient aussi lisses que lisses. Les doigts crispés sur de pauvres boulons, elle priait les ancêtres pour ne pas glisser et parvenir à atteindre l'horizontale. Il n'y avait que trois à quatre mètre à gravir... mais c'était les plus long de sa vie.

Un petit bip l'informa que son scaphandre avait dû passer à un niveau supérieur sa régulation. Visiblement son taux d'humidité interne semblait s'écouler par chacun de ses pores sans autre raison qu'un peu d'escalade. Les secondes où elle avait ressenti la gloire d'un génie ou d'une super-je-ne-sais-quoi... étaient bien loin ! Essoufflée et toujours sèche par la grâce de la technique, elle arriva finalement à se hisser dans le conduit du plafond. Ramper fut plus aisé. Elle n'avait qu'à se traîner. Si son chef de laboratoire la voyait, il la taquinerait vilainement c'est sûr. Pour une fois qu'elle faisait quelque chose d'un peu sportif...

Après ce qu'il lui sembla une éternité elle parvint à une grille qui lui donnait depuis le plafond une vue tout à fait plongeante sur la situation. Visiblement c'était la panique et la majorité des terroristes avaient reculé mis à part un qui semblait en fâcheuse position. Namida après un instant contemplatif activa son omnitech et reprit ses manipulations. Le tout étant désactivé, il ne fallait plus qu'attendre la sécurité.

Cela aurait pu être idéal si... justement, en bas la situation dégénéra complètement. Quasiment simultanément la porte d'entrée explosa et la salle fut envahie de fumigène et l'individu mal pris faisait feu... le chef de file qui hurla ça ne marche pas ! Kov' tu as mal branché les fils ! clic, clic, clic faisait le détonateur dans le vide. Il y eut plusieurs coups de feu qui s'échangèrent. Geths et terroristes ne faisaient qu'une masse confuse dans cet océan brouillardeux. La plupart des geth avaient pu se réfugier au sol ou derrière le bar lors de la confusion.

Namida pleurait, pas de soulagement que sa manipulation ait fonctionné. Sa jambe avait été touchée par un tir perdu, entre les bouts de métal de l'aération plantée dans sa chair et la blessure elle-même... c'était insupportable. Elle activa la protection et verrouilla les anneaux concernés, isolant sa cuisse gauche du circuit protégé de son scaphandre. Une petite injection en prévision...

Et serrer les dents.

Ce serait bête de crever ici, en effet. Heureusement que la technologie lui offrait une combinaison utile et permettait un premier secours efficace. Elle n'avait pas connu de situation plus terrifiante et douloureuse que celle-là. Même la guerre lui semblait un souvenir paisible face à ce chaos. Il fallait que la sécurité de la station fasse vite tout de même, elle ne pourrait pas tenir indéfiniment ainsi, recroquevillée dans cet endroit sombre, froid et ventilé. Principe du conduit de ventilation, faire circuler l'air. Sa jambe exposée faisait les frais de cette expérience inédite.

Pourvu qu'un autre tir ne la touche pas... elle n'avait jamais prié si fort qu'à cet instant.


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 92
Crédits : I.S.O.

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Mer 10 Déc 2014, 12:33
La situation actuelle était vraiment tendue. Kaijin n'avait pas envie de plomber l'ambiance en embrochant les parties d'un de ses congénère et aucun des terroristes n'avaient envie de voir un de leur ami mourir de manière si incongrue. L'ensemble des quariens se mirent d'accord pour baisser leurs armes. Kaijin rétracta son Omnilame, roula sur lui-même et se releva. Il s'épousseta le corps et releva sa tête en sautillant.

-Alors ! Qui paye sa tournée ?

Apparemment personne. Tous se regardèrent, sans comprendre. Le leader brisa le silence en passant à travers ses équipiers. Il attrapa Kaijin par le col et le souleva pour le plaquer violemment contre le mur. Il fit un signe de tête pour désigner House. Deux quariens s'emparèrent de lui, le geth s'avança encore une fois décider à défendre ses amis d'un soir. Un autre quarien le plaqua contre un mur, le canon d'un carnifex pointé droit sur son globe oculaire. House se démena, il finit par s'extirper de l'étreinte de ses tortionnaires. Il en déséquilibra un avec un coup d'épaule, l'autre reçu un coup de coude dans la gorge. Le cyborg menaçait put profiter de ce moment pour désarmer celui qui le menaçait, faire passer son bras puis tout son corps au-dessus de son épaule pour enfin l'écraser au sol. House dégaina son arme, mais avant qu'il ne puisse mettre en joue qui que ce soit, quatre balles le transpercèrent, le responsable, c'était le leader des terroristes, au bout de son bras tendu se trouvait un canon fumant.

Un puissant rugissement résonna.

- NAN !

La haine avait pris possession de l'esprit de Kaijin. Il avait frappé dans le bras qui lui tenait la gorge et avait à son tour attrapé le col de son nouvel adversaire, il lui fit traverser toute la pièce. Le dos du deuxième quarien heurta violemment le mur, il fut ensuite lancé contre le bar. Des coups de feu résonnèrent, mais Kaijin n'en avait que faire, ce qui comptait c'était tuer ce quarien.

Après l'avoir plaqué contre le bar, il joignit ses deux mains et frappa son ventre de toutes ses forces, le leader se tordit de douleur jusqu'à en tomber. Du côté des autres quariens, les geths avaient commencés à se rebeller. L'ami de Kaijin et du défunt quarien était en train de se battre contre deux quariens désarmés. Il conservait un avantage au niveau de la technique et de la force, mais ils étaient en supériorité numérique et ça, ce n'était pas bon du tout.

Les cris de Kaijin et de son adversaire résonnaient dans tout le bar. Le quarien-terroriste était parvenu à se relever, il était essoufflé et avait plaqué son avant-bras contre son ventre. Kaijin haletait autant que lui. Le crissement d'une lame se fit entendre, le terroriste avait peut-être perdu son arme de poing dans la mêlée, mais il lui restait une lame, caché dans sa botte, Kaijin redéploya son Omnilame. Ce fut une balle qui se dirigea vers le plafond qui déclencha leur affrontement.

Les deux corps s'élancèrent, les deux lames fendirent l'air avec une rapidité conséquente pour s'arrêter brusquement l'une contre l'autre. L'anti-synthétique recula de deux pas, Kaijin avança et tenta une attaque horizontale, l'autre dû se cambrer pour l'esquiver, il fut alors facile à déséquilibrer. Un petit coup de pied et ce fut réglé. Malheureusement, Kaijin fut trop lent, son adversaire roula sur lui-même et attrapa le comptoir pour se relever. Kaijin s'avança et frappa avec une rage sans nom en direction de son adversaire, ce dernier tenta de parer les coups, jusqu'à ce que son arme se brise.

L'Omnilame de Kaijin disparue à cet instant précis. Le leader ne semblait pas comprendre, pourtant, c'était simple. Kaijin avait besoin de le voir souffrir. Le combat continua, mais à mains nues. Les deux combattants se jetèrent l'un et l'autre contre le sol, des chaises, des tables et j'en passe. Leurs blessures étaient très semblables. Ils avaient tous deux une main inutilisable. Le combat allait prendre fin. Le terroriste sauta sur table puis en direction de Kaijin, ce dernier se saisit d'une chaise, et l'élança de toute sa force contre son adversaire le menant au sol. Le bipolaire haletait, les bruits de lutte résonnaient dans son dos et il avait cru entendre à plusieurs reprises des bruits, venant du plafond. Le terroriste attendrait sa sentence, Kaijin se désintéressa totalement de lui.

Après cela, il se saisit d'une chaise et balaya la pièce du regard. Ça tirait dans tous les sens, il fallait agir vite. Le quarien s'accroupit puis activa son camouflage tactique. Il avait repéré non loin de là, une grille de conduit qui gisait au sol, il s'y rendu, invisible et à couvert. Il se redressa pour tendre sa chaise et frapper les parois. Il redevint visible.

- Tout le monde descend, j'ai besoin d'un otage ...

Ça donnait envie.

- Meuuuuuh non, je déconne. Allez viens, parce que ça tire dans tous les sens ici. Tes copains ont peut-être besoin d'aide.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 182
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Mer 18 Fév 2015, 16:56
- J’ai pas de copains…

Elle était quand même soulagée de voir que c’était le drôle de quarien qui avait été pris en otage avec elle. Son sang avait rendu les conduits glissant et redescendre n’avait pas été dur. Pas discret, non plus, mais c’était tant mieux. Elle allait avoir besoin d’aide pour sortir de là et sans une jambe c’était un peu périlleux. Déjà qu’avec deux, elle aurait peiné. Namida n’avait vraiment rien d’une sportive, même amatrice. Elle agrippa les mains tendues à elle. Heureusement que le quarien qui la réceptionna avait la force de la porter, car elle se laissa tomber comme une masse. Ce n’était pas très élégant.

Elle ne regarda pas sa jambe. Bien lui en prit, car la blessure était vilaine. Sa simple vue aurait pu lui faire tourner de l’œil. Elle n’échapperait pas à l’opération. Au milieu des chairs arrachées et broyées, on devinait l’os. La combinaison l’avait sommairement protégée et sans le garrot elle se serait vidée de son sang. Elle savait pourquoi elle adorait tant cet objet indispensable.

- Il faut que nous allions vers les charges explosives… j’ai créé un brouilleur de signal, mais ils ne sont pas désamorcé. Cet imbécile ayant appuyé sur le détonateur, si je coupe mon signal ou m’éloigne, la zone fait boum. Onde courte.

Elle inclina la tête pour estimer si son interlocuteur comprenait ce qu’elle disait.

- Oui… bon, on y va !

En avant, bras tendu elle désigna la première charge. Dans la salle, des membres de la sécurité étaient entrés et s’occupaient de manière musclée des terroristes qui s’étaient retranché derrière le bar. Chaque détonation la faisait sursauter, fermant les yeux, elle se laissa porter par son sauveur. Il serait temps de s’effondrer plus tard, son cerveau faisait barrage à la douleur et mis à part sa jambe qu’elle ne contrôlait plus, elle se sentait presque bien. Son omnitech à son bras bipait de manière rassurante. Bip. Bip. Et chaque bip était l’assurance que les explosifs resteraient muets. Sans l’aide de Kaijin, elle n’aurait pas pu faire le chemin. Elle s’appuyait de tout son poids sur son épaule.

- Je m’appelle Namida…

Sa voix, un peu chevrotante se sentit obligée de le préciser à sa nouvelle béquille. Elle s’était déjà présentée, mais son cerveau avait enclenché le fonctionnement de survie. Penser au strict minimum, ne pas s’encombrer d’information, zapper celles qui dérangent. Un vrai petit automate, un peu déréglé au niveau de la motricité.

Une fois parvenu à l’un des explosifs, elle le lâcha pour pianoter habilement et dessouder quelques fils. Cela semblait si simple entre ses doigts. Elle se sentait dans son élément quand il s’agissait d’informatique et de technique. Oh, elle n’avait fait que lire des théories de déminage, mais sa mémoire photographique et son intellect lui permettaient de mettre en pratique sans erreur. Il faut dire que les bombes étaient simplistes et facile à désamorcer. Ces gens étaient vraiment des amateurs, heureusement pour elle.

Elle rattrapa sa béquille par le bras. Au suivant ! Dans un état second, elle enjambait les cadavres, quariens ou geths, c’était tout aussi dégoûtant. Elle allait devoir solliciter la cellule psychologique en plus de se faire recoudre, nota-t-elle distraitement. Elle comprit aussi qu’elle avait bien eu raison de choisir sa voie ainsi. Elle ne supportait pas ce que pouvaient faire toutes ces armes. Elle admirait la confection technique, mais l’idée de leur usage était répugnante. Le résultat était répugnant. Son pied glissa dans une marre de sang, elle manqua de s’étaler de tout son long. C’est avec surprise qu’elle se sentit revenir à une position stable. Merci, ma béquille.

- C’est vraiment triste de faire tout cela au nom de la haine et de je ne sais quoi. On ne devrait jamais tuer.


Elle ne serait plus jamais la même après tout ces évènements. Elle en ferait certainement des cauchemars remplis de cris et de bruits sourds. Sans parler de ces affreuses lumières et du sang. Le sang partout qui ruisselait. Ou bien, était-ce un véritable cauchemar ? L'espoir fait vivre.


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 92
Crédits : I.S.O.

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Sam 21 Fév 2015, 15:40
Une petite voix faiblarde et féminine répondit. La raison de cette faible voix était une blessure. Kaijin le devina pendant qu'il regardait le conduit, une goutte poisseuse s'était écrasée sur son casque. Il avait peiné à essuyer parfaitement son casque, ce qui l'avait mené à la certitude que c'était du sang. Le quarien leva ses mains en l'air pour que la demoiselle puisse les attraper. Elle se laissa tomber comme un sac à patate. Les bras du casqué se creusèrent pour pouvoir la réceptionnait. Ses genoux fléchirent. Il décida d'en poser un à terre, le temps de caler la quarienne contre le mur et ainsi de se mettre à couvert. Une blessure, c'était déjà trop pour elle.

Le mercenaire lui administra une petite dose de médi-gel et lui fit un garrot. Pendant qu'elle parlait de brouilleur et d'explosif. L'idée de désamorcer les explosifs n'enjouait pas Kaijin. Il avait toujours été fasciné par les explosions, même si ça risquait de le tuer. En même temps, il était attendri par cette pauvre blessée. Il fit une croix sur cet amour inconditionnel porté aux explosifs pour cette fois. Il fit mine d'avoir compris et passa le bras de sa protégée au-dessus de son épaule. Il se redressa difficilement et tenta de marcher le plus vite possible pour poser la demoiselle contre le mur au plus vite. Et aussi parce qu'ils traversaient la zone de tir et que se prendre une balle, ça ne lui disait pas trop.

Des membres de la sécurité avaient déverrouillé les portes. Le brouilleur de Namida avait empêché les charges d'exploser à ce moment-là ? Ce serait une question à poser après. Déjà poser la demoiselle contre le mur. Elle se présenta pendant qu'ils échappaient aux tirs. C'était beau de voir que même dans les tirs, la douleur et la violence, elle gardait sa politesse. C'était aussi, un petit peu marrant. Kaijin s'empressa de répondre

- Kaijin, pour vous servir ! Si vous voulez me payer un verre après ça, volonti... HEY OH ! Vous ! Faîtes gaffes où vous tirez !

Une balle venait d'érafler son casque et de faire tomber sa blague à l'eau. Il jura et emmena Namida au premier explosif. Il la posa contre le mur et attrapa une table pour s'en servir de bouclier. Dès qu'elle eut fini, elle et Kaijin se remirent en route avec une synchronisation qui forçait le respect. Le corps de Kaijin commençait à fatiguer. La demoiselle n'était pas très légère quand même, loin de lui l'idée de sous-entendre qu'elle avait un problème de poids, c'est juste qu'un corps de quarien blessé, c'est lourd, quoiqu'il arrive.

En plus, son propre corps était affaibli par son dernier combat. D'ailleurs, il devenait quoi l'autre ? Le quarien commença à balayer du regard la salle, il ne le trouvait pas, il marmonna quelques injures dans sa barbe, avant de voir la demoiselle glisser sur une flaque de sang. Il banda tout ses muscles pour la retenir.

- Hey, fais gaffe, si on tombe, je ne me relève pas.

Un nouveau tir siffla, Kaijin se surpassa pour accélérer la cadence.

- C'est vraiment triste de faire tout cela au nom de la haine et de je ne sais quoi. On ne devrait jamais tuer.

Il la posa à ce moment-là et prit place à ses côtés, il tendit son bras pour attraper un fusil d'assaut sur un cadavre à quelques mètres d'eux.

- Ouais ouais, je suis totalement d'accord ! Sauf dans certains cas, genre, l'autre fils de pute ... QUI EST ICI !

Le leader des terroristes venait de se redresser, encore un peu dans les vapes. Kaijin cala l'arme entre son bras et son ventre et tira, vidant tout le chargeur. L'arme se mit à trembler, les tirs avaient déchiquetait l'autre et avait même atteint le plafond. Kaijin jeta l'arme, en paniquant comme il fallait. Il souffla un grand cou et tourna sa tête vers la demoiselle.

- Pfiou. On repart ?




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : GIP
Rang : Chercheuse
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida
http://www.masseffect-reborn.fr/t2926-memo-d-ingenieur-namida


Messages : 182
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   Jeu 05 Mar 2015, 16:45
Noir.

Elle flotte.

La gravité n’a pas de prise sur elle. Il n’y a aucune lumière.

Rien.

Puis, une sensation de chaleur suivie d’une lueur diffuse.

Au loin, des étoiles s’illuminent.

Namida oscille, tangue et tourne sur elle-même.

L’inertie l’empêche d’être immobile et la voilà condamnée à onduler.

L’espace est beau.

Terrifiant.

Elle remarque ensuite quelle voit sa peau. Elle n’a pas de combinaison.

Que fait-elle nue dans l’espace ?

Pourquoi peut-elle respirer ?

L’angoisse la prend, mais elle ne cesse pourtant pas de respirer.

La sensation de chaud continue, délicieuse. C’est ça de vivre sans combinaison. Chaud, moite.
Ah. Une lueur bleutée. Un nuage qui la traverse. Etrange. Il faudrait faire un prélèvement ! Quelle frustration de nager dans de la poudre d’étoile ainsi. L’ezo, il y en a peut-être… il faudrait faire des tests.

Ah.

C’est étourdissant cette sensation de flotter.

Bip.

Hm ? Elle tourne la tête, il n’y a rien que des étoiles. A perte de vue, aucun vaisseau. Elle a envie de revoir le Karasuh. Ce serait bien d’y retourner. Il n’y aurait aucun souci, aucun autre impératif que d’étudier.

Bip.

La poudre bleutée continue d’onduler autour d’elle. Elle sourit comme un enfant. C’est chaud et agréable. La Luminaissance proviendrait-elle d’un élément radioactif ? Certainement.

Bip.

Ce bruit est agaçant ! Pourtant, aucun moyen de savoir d’où il vient.
Il faudrait ouvrir les yeux. Pourquoi ? Ils sont déjà ouverts !

Bip.

Ce qui bipait, en réalité, c’était une machine, un peu moche, à côté de mon lit. Un beau lit blanc d’hôpital je suppose. Ma cervelle peine à remettre les pièces du puzzle en place.

Je me souvenais… d’une attaque terroriste. Finalement, je ne sais pas ce qui était le plus improbable entre ma flottaison dans l’espace.

Bip.


Après plusieurs instants de réflexion, elle réussit à départager plus ou moins ce qu’il s’était passé. Elle était en compagnie d’un dénommé Kaijin. Elle démêlait aléatoirement ce qu’il était passé. Il y avait eu trop de violence et de douleur. Sans la dose de Médi-gel, elle serait certainement morte.

Oui, parce qu’elle se souvenait vaguement avoir perdu connaissance. Elle avait perdu beaucoup de sang. Le médecin lui dit que cela s’était passé hier. C’était un gentil docteur qui lui expliqua qu’elle avait été blessée durant l’assaut. Il lui expliqua ce que la sécurité avait appris en interrogeant tous les protagonistes et la vidéo surveillance. Il lui parla surtout de sa jambe. Elle avait eu beaucoup de chance que les premiers soins lui aient été administrés rapidement. L’opération avait achevé de lui réparer les dégâts. Pas de séquelles autres qu’une belle cicatrice.

Un homme de la sécurité était passé ensuite. Il avait enregistré son témoignage lacunaire. Elle avait reçu une lettre de remerciement pour le désamorçage des explosifs. Cela ne lui avait pas réellement fait plaisir. Beaucoup étaient morts, d’autres blessés dans leur chair et âme. Malgré qu’ils aient échoués, les terroristes avaient fait parler d’eux. Mis à mal la cohabitation entre Quariens et Geths. La suspicion était un poison dont on ne se débarrassait pas si facilement. Demain à qui cela sera-t-il le tour ? La surveillance accrue n’aiderait pas à calmer les esprits. Il faudrait du temps afin de calmer les esprits.

Elle n’irait plus boire de café là-bas. Elle en ferait des cauchemars, mais la vie continuera. Oui, la vie continuera. Elle envoya un message à ses parents pour les rassurer. Un autre au chef de son laboratoire, pour lui dire qu’elle serait de retour au travail le lendemain. Il n’y avait aucune raison qu’elle reste plus longtemps dans ce lit.

L’immobilité était nuisible, car elle la faisait penser à trop de choses.

Elle n’avait même pas eu l’occasion de remercier son compagnon d’infortune. Il aurait pu la laisser tomber, mais il avait veillé à sa prise en charge. Il l’avait aidé à marcher, il l’avait sortie des tuyaux d’aération… un inconnu à qui elle devait tant.

Elle essayerait de demander à son chef de projet un voyage. Aller chercher des prélèvements, sortir d’Haratar un moment. Reprendre la route à bord d’un vaisseau. Laisser derrière elle ce lui devenu angoissant. Loin d’elle cette étrange folie.

Pourquoi fallait-il encore se déchirer après tant de souffrance ?
Epuisée, elle se rendormit. Elle espérait retrouver le vide de l’espace, y flotter avait été une sensation grisante. Elle voulait encore rêver de ce vide bienheureux. Loin de tout.

Seule.

Et heureuse de l’être.

Bip.


- Fiche - Journal de bord - Terminal extranet -
Récompenses:
 

Namida sans scaphandre:
 

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La certitude est le premier pas vers l'erreur   
Revenir en haut Aller en bas
 

La certitude est le premier pas vers l'erreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: Systèmes Terminus :: L'Amas du Phénix :: Haratar-