AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez
 

 Un jour comme les autres.

Anonymous
Invité
Invité

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitimeDim 14 Sep 2014, 15:45
Intervention MJ : LibreDate : 2199 RP Tout public
Caitlyn Carter ♦ Urdnot Krusk ♦ Emplacement libre
Un jour comme les autres.


Une musique d'ambiance est disponible

L'ambassadrice était cette fois-ci seule dans l'ascenseur, de quoi lui laisser le temps de bailler de manière grotesque bouche pleinement ouverte. Ce signe venait de trahir sa courte nuit qui fut rude en raison de son arrivée retardé à cause d'un ridicule protocole de sécurité sur Terra Nova, ce dernier l'ayant empêché de décoller à l'heure. Malgré son envie de rester au lit ses principes moraux furent sa seule motivation d'où le fait qu'elle était présente.

Elle observa son Omni-Tech bleu, couleur s'alliant parfaitement avec sa faction et les flammes interactives de sa veste qui luisaient timidement en raison du calme et de la fatigue de sa propriétaire. Elle grogna en observant l'heure constatant qu'elle était en retard, chose rare chez elle. Caitlyn leva la tête en observant son reflet dans le miroir rayonnant placé sur une des façades de l'ascenseur, elle replaça sa mèche de cheveux rebelle avant de vérifier que son état était comme à son habitude impeccable.


- Vous êtes arrivée à : Ambassade humaine. fit l'I.V de l'ascenseur, ouvrant ainsi les doubles portes faisant place au bruit de l'agitation des personnes.

Caitlyn prit une profonde inspiration avant de dessiner sur son visage un sourire artificiel cette fois-ci, la fatigue l'ayant emportée sur son air naturel. Elle se dirigea en direction de l'entrée, ignorant ainsi l'accueil bombée de personnes qui n'avaient rien d'autre à faire que de parler afin de passer l'interminable attente qui faisait face. Elle salua deux-trois personnes sur son chemin d'un air amical et ce par leur prénom, ces interactions firent l'effet d'un coup de fouet à son moral effaçant son sourire artificiel pour être remplacé par sa joie et sa bonne humeur. Arrivée enfin face à l'entrée un volus qu'elle connaissait l'attendait patiemment aux côtés du garde humain. Elle s'approcha de lui avant d'entamer une discussion qu'elle espérait courte.

- Ambassadeur Borad, contente de vous revoir! Vous souhaitez prendre rendez-vous? lui dit-elle d'un air faussement amical

Le volus était sceptique et Caitlyn le savait, c'était d'ailleurs la race qu'elle craignait le plus. Les volus étaient certainement les meilleurs en affaires, cachés derrière leur respirateur et leur combinaison, ils étaient intouchables et cela empêchait Caitlyn d'analyser leur comportement.

- Ambassadrice Carter *shh* je voulais m'entretenir *shh* à propos *shh* de notre affaire concernant *shh* les taxations sur *shh* Elkoss Combine *shh* leur représentant souhaite *shh* avoir un entretien *shh* avec vous.

Enfin la pauvre ambassadrice en avait finie avec ce supplice interminable. Imaginez juste à quel point c'était insoutenable pour elle lorsqu'elle négociait avec eux. D'où le fait qu'une réunion avec des volus durait parfois 4 fois plus longtemps qu'une reunion lambda, le fait qu'ils soient exigeants et très lents à parler n'arrangeait pas les choses. Elle lui répondit avant de partir ouvrir la porte, pressée d'en finir avec lui.

- Très bien, contactez ma secrétaire afin qu'il prenne rendez-vous, je serai ravie de m'entretenir avec lui dans les plus brefs délais, transmettez-lui mes sincères salutations ambassadeur. fit-elle d'un air pressée et souriante avant de s'éclipser sans prendre compte de sa réponse

Dès lors qu'elle fut isolée du bruit interminable dehors, elle poursuivit d'un pas rapide sa progression en direction du bout du couloir où était placé son bureau, elle passa à côté du bureau de sa secrétaire en prenant le temps de la saluer rapidement sans prendre le temps de s'arrêter.

- Bonjour Jennifer, comment allez-vous?

- Bien et vous madame l'ambassadrice? Vous avez reçue un message urgent de la part du gouverneur de Thérum, j'ai aussi pris le soin de transmettre votre nouvel emploi du temps sur votre moniteur dans votre bureau. répondit Jennifer de son air accueillant et chaleureux

*Au moins elle a passée une bonne nuit, elle.* pensa Caitlyn alors qu'elle était déjà arrivée face à l'entrée de son bureau

L'ambassadrice bailla une nouvelle fois discrètement avant de poser la paume de sa main sur le pavé holographique de la porte afin de la déverrouiller redonnant un nouveau coup de fouet à son moral qui commençait à retomber. Elle était rassurée, son retard n'était pas suffisamment important pour rater quoi que ce soit mais elle avait du pain sur la planche.

- Bienvenue : Caitlyn Carter. fit l'I.V de la porte en ouvrant cette dernière

La jeune femme entra dans son bureau avant de constater la jolie vue habituelle sur le présidium à travers la baie vitrée qui lui faisait face, elle s'approcha de son bureau en faisant résonner ses talons dans la salle avant de remettre parfaitement en place les deux sièges destinés aux invités. Elle passa de l'autre côté avant de s'installer face à son moniteur mais dos à la baie vitrée.

- Allons-y! dit Caitlyn à haute voix sur un ton parfaitement sarcastique

Elle alluma son moniteur avant d'entrer ses identifiants pour ensuite consulter et répondre à ses messages. Une nouvelle journée venait de commencer.

Balise HRP à lire:
 


Dernière édition par Caitlyn Carter le Mer 24 Sep 2014, 13:21, édité 1 fois
Urdnot Krusk
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Urdnot
Rang : Diplomate
Fils de Kalros
Messages : 216

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Re: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitimeLun 15 Sep 2014, 02:59
Le lac du Presidium ne regorgeait toujours pas de poissons. Il demeurait bêtement et tristement vide de toute cette magnifique faune qui aurait tant intéressé ce peuple si pressé d’accomplir sa prochaine action alors-même que la présente n’était pas encore terminée. La surface de l’eau restait affreusement plane, à l’exception des alentours de fontaines disséminées ici et là de façon un peu anarchique semblait-il, et dont la présence renforçait l’aspect fadasse de cette étendue liquide.

Soudain l’eau se mit à frémir, brusquement. Puis tels les flots s’extirpant des profondeurs, la tête d’un Krogan suivie de son torse émergea de la surface en éclaboussant au passage les personnels traversant en hâte l’axe piéton inondé. Krusk regarda la scène d’un air amusé pendant que les « victimes » de sa farce s’apprêtaient à rouvrir les yeux pour déblatérer une grande variété de grossièreté. Cet élan fut coupé net lorsque leurs yeux se posèrent sur l’instigateur de cette galéjade. Sans s’attarder davantage ils reprirent le cours de leur progression tout en maugréant quelques paroles sans nul doute peu flatteuses vis-à-vis des Krogans.

Mais Krusk s’en foutait. Un paradoxe pour un ambassadeur, mais il savait que Wrex l’avait aussi choisi pour certains traits de personnalité bien particuliers rares chez son espèce. Pour le moment ce qui comptait était le fait d’avoir réussi à tromper l’ennui, et à vérifier la présence ou non de cette poiscaille tant souhaitée. Krusk n’avait jamais eu l’intention d’en manger s’il en avait trouvé, loin de lui l’idée de représenter un Krogan de 400 kg et plus vaincu par un carassin de quelques centaines de grammes à cause d’une intoxication stupide, sans compter le fait qu’il appréciait tout particulièrement son existence. En revanche il était curieux, et surtout, surtout, il s’ennuyait. L’un de ses deux gorilles, alors en charge de lui signaler l’arrivée du représentant sur lequel il avait décidé de jeter son dévolu, restait pour le moment sans aucun visuel sur la « cible ». Trente-huit heures déjà qu’il l’avait mis en place, et toujours rien. Par Kalros, Krusk l’aurait-il loupé ?

Sa façon de procéder aurait pu paraître quelque peu brouillonne. En effet, Krusk disposait des accès diplomatiques nécessaires pour demander un rendez-vous avec un interlocuteur souhaité afin de se faire réceptionner par ce dernier. Un procédé commun, simple et rapide au mérite appréciable d’éviter toutes pertes de temps inutiles dans la mesure où chacune des parties savait où et quand se rencontrer. Mais justement ! Krusk aimait « s’imposer ». Quoi de plus déstabilisant dans une négociation qu’une négociation non prévue ? Alors certes, le risque de se faire diplomatiquement reconduire à la sortie constituait un fait relativement important, mais dans le cas contraire, Krusk s’assurait une première main gagnante. Et puis qui serait assez inconscient pour refouler un représentant Krogan quand tout le monde s’accorde à dire, implicitement ou explicitement, qu’il faudra compter sur eux à l’avenir ? Krusk sourit intérieurement à cette pensée. La guérison du génophage avait été un si grand cadeau. Que le conseil se soit autorisé à offrir un siège aux Krogans durant le génophage que cela aurait eu moins d’impact ! Ah, Shepard, par Tyrannosaurus Wrex ! S’il y avait bien un bout de viande flasque qui méritait une statue sur Tuchanka et le respect des Krogans ad vitam aeternam, c’était bien lui.

« -Monsieur, nous vous prions de sortir de ce lac sans plus tarder. De plus, je veux voir…. »

Krusk n’entendit pas la fin de la phrase. Ou plutôt ne voulut pas l’entendre. Il leva lentement la tête afin d’apercevoir son interlocuteur. C’est à ce moment-ci qu’il s’aperçut de la présence d’un trinôme portant le signe et les couleurs distinctifs du SSC. Perdu dans ses pensées, Krusk en avait presque oublié son environnement. Il s’empara de la grosse corde à nœuds qui pendait de l’axe routier et dont l’autre extrémité baignait dans la flotte quelques mètres plus bas, avant de se hisser d’un air détaché sur le sol ferme. Les deux membres du SSC, alors en train de commencer à réciter bêtement les règles concernant les sujets en relation avec le lac, furent pris d’un hoquet de surprise. Dans le même temps leur expression se décomposa à une vitesse record.
Et pour cause. Krusk n’avait pas simplement ôté le haut de son armure et des différentes sous-couches protectrices qu’il glissait entre elle et sa peau. Non. Cela aurait été par trop peu commun. Soit on le fait en entier, soit on ne le fait pas du tout, là était l’une de ses doctrines.

Krusk était cul nu. Complétement. Voir un Krogan torse nu émerger de quelque part constituait déjà une excuse valable pour mouiller et aromatiser son pantalon, mais le voir émerger de là vêtu dans le plus simple appareil… Il y avait non seulement de quoi vous déstabiliser tout-à-fait, mais aussi de quoi vous provoquer les pires cauchemars (ou les plus heureux des rêves à l’égard des plus cinglés) jamais imaginés. Sans compter que ce genre d’image fait partie de celles qui vous accompagnent jusqu’à votre tombe. Il semblerait que le terme « marqué à vie » ait été pensé exclusivement pour ce traumatisme précisément et nul autre.

Krusk se laissa aller à un rire franc qu’il ne put réfréner. Ce genre d’hilarité d’une telle puissance sonore parmi les tons graves comme seuls les Krogans savent le faire. Krusk était content. Oui, il l’était. La situation, la tronche que tirait les trois représentants de la loi, et surtout, surtout, Ô récompense suprême, la présence d’une Asari dans ce trinôme. Sa teinte avait viré de turquoise à un bleu particulièrement coloré. En résumé, elle rougissait à s’en péter les veines et à en tomber dans les vapes.

Tout en retrouvant son calme, Krusk attrapa les différents composants de son armure que lui tendait son deuxième gorille attitré dont la mission jusque-là avait été de garder les habits de son chef, quand son collègue faisait le poireau à proximité immédiate des ambassades depuis trente-huit heures maintenant. En somme, il n’avait pas à s’en plaindre. Et puis quand il racontera à son binôme cet événement… Pour sûr, Krusk avait un sacré carré de burnes ! Même si en pratique il ne lui en restait que trois, c’était les trois plus grosses de tous les Krogans présents dans cette Citadelle au moins ! Et de loin. On ne s’ennuyait que très rarement avec lui, et s’il vous confiait une mission barbante pour un temps, vous pouviez être assuré que la prochaine dans ce goût-là relèverait de la responsabilité de votre binôme. En somme il prenait soin des personnels mis à sa disposition.
Une fois revêtu de son armure, à l’exception du casque tenu dans sa main droite d’une telle façon qu’on aurait pu croire qu’il s’apprêtait à l’encastrer dans la trogne de quelqu’un, il sembla à nouveau remarquer la présence du trinôme. Trinôme qui n’avait pas fait un pet de travers durant tout ce temps. L’un deux esquissa un geste timide. Il scannait Krusk. Ce dernier ne loupa pas le coche.

« -Oh ! Turien ! Mais tu es complément azimuté par Kalros ! Tu me scannes pour quoi faire ? J’étais à poil devant toi ! »

Le Turien termina son scan courageusement puis tourna les talons. Ses collègues, semble-t-il encore dans un état semi-pétrifié sursautèrent sur place puis lui emboitèrent le pas.

« -Eh, petite, s’adressa Krusk en direction de l’Asari qui tourna la tête vers la gauche pour le regarder du bord de l’œil, avant qu’il ne lui décoche une œillade pleine de malice. On s'appelle et on se paye une tranche de Varren. »

La pauvre petite Asari s’empourpra encore davantage. Sa gêne atteignit un tel paroxysme qu’elle en oublia presque comment marcher et tituba à plusieurs reprises. Krusk savoura ce moment. Ces instants précieux où il avait l’occasion si délectable d’humilier une Asari. Il envoya une bourrade complice à son gorille qui dans ce moment récréatif faillit le lui rendre. Il stoppa son geste à mi-parcours. Krusk pouvait se montrer taquin, farceur, provoquer gentiment, mais des limites se devaient d’être respectées. Il le savait, Krusk avait subi bon nombre d’épreuves auxquelles peu de Krogans pouvaient se vanter d’avoir fait face.

« -Encore une recrue qui prend soudain conscience de la réalité de son métier, lâcha Krusk sur un ton ironique. »

Il attacha consciencieusement son casque à la taille puis les deux « compères » se mirent en marche, sous le regard discret, plus ou moins, de certains passants ayant fait halte pour contempler la scène inédite qui s’était offerte à eux. On pouvait lire sur les différents visages bien des expressions : indignée, amusée, résignée, ainsi de suite. Sans intérêt pour le Krogan. Krusk n’eut guère le loisir d’aller bien loin. En effet, quelques foulées plus tard son Omnitech émit un bruit chantant qui suscita par la même occasion un soupir d’approbation de son propriétaire. Enfin la raison de sa venue sur cette station de collets montés venait-elle d’accéder à son bureau. Il était temps. Krusk avait épuisé grand nombre de ses options pour tuer l’ennui. D’un pas menaçant et pressé il se dirigea, quoique fonça fut-il un terme plus adéquat, vers l’ambassade Humaine. Certains gardes du SSC portèrent la main à leur arme, croyant l’espace d’un instant voir un Krogan charger. Mais cela n’alla pas plus loin, et ils expiraient un bon coup une fois Krusk éloigné.

Dès son gorille de planton rejoint, et la confirmation du motif de l’appel, il congédia les deux gardes-du-corps.

« -Je m’occupe de cette affaire. On se retrouve à l’hôtel à l’issue. Soyez prêt à recevoir des enquêteurs du SSC. Notre petit événement peut ne pas avoir été à leur goût. »

Comme le Krogan de faction regarda son collègue d’un air interrogateur, celui-ci hocha la tête d’un air de dire t’en fais pas vieux, je te raconterai.
 
« -Restez faussement aimable, faites preuve d’inventivité. Amusez-vous gentiment, mais ne leur donnez aucune raison de vous embarquer. A mon retour je réglerai la situation si nécessaire. »

Sur ces paroles il franchit les dernières dizaines de mètres le séparant de sa destination avant de se planter bien en face du planton Humain responsable du filtrage. Krusk, le dominant de toute sa hauteur, se pencha doucement avec ce sourire chaleureux qu’il avait dès à présent figé sur son visage. Il était temps de retirer le costume de la détente pour endosser celui d’un représentant en partie responsable des intérêts de la grande majorité de son peuple. Le garde, visiblement indécis quant à l’attitude à adopter resta muet.

« -Son Excellence Mademoiselle l’Ambassadrice des relations commerciales attend ma visite. Comme prévu je viens me présenter à elle en tant qu’Urdnot Krusk, mandaté par notre chef de Clan Urdnot Wrex, Chef Eclairé des Krogans véritables. Je parle en son nom et en celui de l’Ambassadeur du Clan Urdnot, porte-parole Incontesté des Krogans véritables. »

Le garde écarquilla ses yeux de surprise. Soit il n’avait rien compris, soit il paniquait intérieurement ne sachant que faire. Ou les deux à la fois. Krusk laissa au garde quelques secondes pour réagir, mais comme rien ne se décidait à franchir la muraille de ses lèvres fragiles, Krusk fit mine de s’impatienter.

« -Vous voyez ça, dit-il sur un ton agacé. C’est ma main. Et ça c’est mon œil. Le tout forme mes données biométriques qui me donnent accès au Presidium dans le but de conclure des affaires de premières importances pour votre peuple et le mien. Ah, et puis ça ce sont mes jambes, rajouta-t-il en haussant le ton. Elles me servent, notamment, à me porter vers le conseil pour déposer les plaintes que je juge nécessaires si quelqu’un refuse de me laisser négocier une affaire prévue de longue date (ce qui était un mensonge puisque seuls Wrex et l’ambassadeur Urdnot étaient habilités à rencontrer le conseil).

Le garde semblait totalement désemparé. Il bredouillait des phrases inintelligibles. J’ai pas signé pour ça putain, j’ai pas signé pour ça putain. J’suis sensé avoir affaire qu’à des putains d’diplomates à la con puant le fric et l’hypocrisie à des parsecs à la ronde moi merde ! Pas à me faire gueuler dessus par un Krogan bordel. Pourquoi ?! Mais pourquoi merde ! Pourquoi il pouvait pas venir à la relève suivante ce putain de sac de muscles. Y va m’bouffer, oh putain y va m’bouffer. J’veux pas qu’i’m’bouffe, j’veux pas qu’i’m’bouffe, ah non, non, non. Fait chier quoi ! Merde !  

Tout à son désarroi il ne s’aperçut pas de la manœuvre de Krusk qui s’engagea dans le couloir avant de se retourner pour tapoter doucement l’épaule du garde et de lâcher d’une voie compatissante :

« -Allons donc jeune homme, ne vous mettez pas dans des états pareils, je suis bien conscient du niveau de stress que vous subissez au quotidien dans cette atmosphère de suspicion. »

Le garde sembla reprendre conscience de son environnement et se retourna d’un bloc, surprit de voir Krusk derrière lui.

« -Je vous transmets mes excuses, mais comprenez mon impatience. Des affaires urgentes attendent mon intervention, et Son Excellence Mademoiselle l’Ambassadrice des relations commerciales Caitlyn Carter risque fort de désapprouver mon retard, surtout si elle en apprend la raison, n’est-ce-pas ? »

Sans vraiment en prendre conscience, le garde fit un signe de la tête pour affirmer les propos de Krusk. Ce dernier l’encouragea d’un geste à lui présenter (même s’il l’avait déjà repéré) la personne qu’il devait contacter. Deux bonnes minutes plus tard Urdnot Krusk atteignit le bureau de la secrétaire de l’Ambassadrice Caitlyn Carter, prénommée Jennifer. Cette dernière avait suivi la scène depuis son bureau, s’en était même levée pour avoir un meilleur visuel de la scène, puis s’était précipitamment rassise lorsque Krusk s’engouffra dans le couloir.

« -Bonjour Jennifer, lâcha Krusk d’un ton guilleret, avec cet éternel sourire chaleureux. Figurez-vous que j’ai des propositions de tout premier plan à soumettre à l’analyse de Son Excellence Mademoiselle l’Ambassadrice des relations commerciales Caitlyn Carter. Auriez-vous l’amabilité extrême de la contacter afin que nous puissions travailler de concert à l’élaboration d’un partenariat mutuellement profitable ? »

Le regard ahurit de la secrétaire à la venue du Krogan disparut lorsqu’elle papillonna des yeux pour reprendre ses esprits.

« -Oui… Oui bien entendu je l’appelle présentement. Vous êtes Monsieur ? »

« -Urdnot Krusk, mandaté par notre chef de Clan Urdnot Wrex, Chef Eclairé des Krogans véritables. Je parle en son nom et en celui de l’Ambassadeur du Clan Urdnot, porte-parole Incontesté des Krogans véritables. »

Jennifer dut se repasser la phrase mentalement car il s’écoula une bonne dizaine de secondes avant qu’elle ne se décide à contacter sa patronne.

« -Mademoiselle Carter ? J’ai un Krogan du nom de…, elle marqua une pause, du nom d’Urdnot Krusk représentant le Clan Urdnot. »

Jennifer leva la tête vers Krusk avec dans le regard une expression qui semblait demander C’est bien ça, je n’ai pas fait de fautes ? Son invité lui décocha un magnifique sourire approbateur afin de la rassurer. Une petite minute s’écoula. Krusk remarqua que la jambe droite de la secrétaire sautillait frénétiquement.

« -Entendu Mademoiselle Carter. Monsieur Urdnot Krusk, deux gardes vont vous escorter. Si en vous voyant Mademoiselle l’ambassadrice Caitlyn Carter accepte d’entamer les négociations ils ne vous importuneront pas davantage, et ceci afin de vous donner l’intimité nécessaire à la conduite de vos actions diplomatiques. »

« -Merci Jennifer, vous fûtes particulièrement aimable. Je vous souhaite une excellente journée. »

Cette phrase choqua presque autant la secrétaire que la scène à laquelle elle avait assisté à l’entrée de l’Ambassade entre Krusk et le garde. Un Krogan, poli à ce point ? Elle avait bien entendu ce qu’elle avait entendu ?

Krusk ne perdit pas plus de temps. Une fois les gardes à ses côtés il se laissa docilement diriger vers le bout du couloir. Sans même que l’un des membres de son escorte ait eu à appuyer sur le pavé holographique vert de la porte, celle-ci s’ouvrit élégamment pour donner vue sur une femme distinguée. Le sourire figé de Krusk s’élargit l’espace d’une seconde. Voilà donc son nouveau terrain de jeu. Une femelle superficielle de premier ordre.


Si vous avez compris tout ce que je viens de vous dire, c'est que j'ai dû faire une erreur quelque part.
-Fiche Krusk-

Un jour comme les autres. C7929d12


Un jour comme les autres. 15010509115911408112852410
Un jour comme les autres. 15010509120211408112852419
ça vous la coupe, hein? Bah moi aussi figurez-vous.


Dernière édition par Urdnot Krusk le Mer 17 Sep 2014, 23:16, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Re: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitimeMar 16 Sep 2014, 13:10
Caitlyn commença à peine à pianoter sur son Omni-Tech que son attention se porta en direction de l'extérieur. En effet un petit groupe de Krogan semblait se "détendre" dans les eaux du Présidium. Elle retourna son fauteuil pivotable avant de s'approcher d'avantage de la baie vitrée qui donnait un bel aperçu sur ce spectacle fort intéressant. La plupart de ses connaissances furent éclaboussés par l'un des leur, elle ne put s'empêcher de sourire face à cette scène plutôt marrante. Dès lors les choses se corsèrent lorsque le SSC arriva augmentant d'un cran le suspense. Attendant avec impatience que le Krogan se montre, elle déchanta rapidement en observant l'allure de ce dernier. En effet ce n'était pas l'un de ses fantasmes de voir un Krogan totalement nu, par réflexe elle hocha la tête de gauche à droite en souriant bêtement pour ensuite se retourner afin de se reconcentrer dans son travail qui fut à nouveau coupé par un appel en provenance de la Terre. Elle accepta avant de constater qu'il s'agissait d'un de ses nombreux amis qui cette fois-ci était le responsable de la division des renseignements de l'Alliance. A l'époque où ils n'étaient que de simples analystes, Caitlyn et David s'étaient entraidés avant d'être séparés quand elle quitta son poste.

- David Woodson, contente de te revoir! C'est à propos de l'accord avec Malaya Tech et les antennes de communication c'est ça?

- Bien vue Cait. T'as pas perdue ton sens de l'observation à ce que je vois. répondit David en ricanant légèrement

- Au contraire je l'ai aiguisée. Du coup pour en revenir à notre histoire ils sont d'accord pour apporter leurs modifications sans frais supplémentaires, mais il va falloir que tu fasse vérifier le matériel afin de voir si le boulot est bien fait. Tu connais les asari hein? dit Caitlyn en taquinant David qui lui-même était fiancé avec l'une d'elles

L'ambassadrice fut coupée lorsqu'un appel de Jennifer retentit.

« -Mademoiselle Carter ? J’ai un Krogan du nom de…, elle marqua une pause, du nom d’Urdnot Krusk représentant le Clan Urdnot. »

Caitlyn soupira avant de donner son accord pour le rencontrer d'un air suspicieux. C'était un représentant Krogan! Le premier à ce poste qu'elle vit de toute sa vie! Et le fait qu'il vienne à l'improviste n'arrangeait pas les choses, de quoi faire perdre son sourire naturel à l'ambassadrice mais néanmoins elle avait un atout non négligeable avec elle. Le directeur des services de renseignement de l'Alliance!

- David tu peux m'aider s'il te plais avant que je raccroche? Envois-moi tout ce que vous avez sur un certain Urdnot Krusk il semblerait que j'ai un invité surprise.

- C'est comme si c'était fait ! répondit David avant de raccrocher quelques secondes avant l'entrée du Krogan.

Ce dernier fit son entrée en compagnie d'une escorte redonnant le sourire à Caitlyn qui commença l'accueil de son invité surprise qui lui semblait familier avant de se rendre compte de qui s'était. Sur le coup elle se retint d'éclater de rire laissant place à un déglutissement lui faisant reprendre son sérieux sans effacer sa bonne humeur.

- Vous pouvez laisser monsieur Urdnot je vous prie? Ce dernier est quelqu'un de civilisé comme les autres races, n'est-ce pas monsieur l'ambassadeur? elle observa le krogan qui souriait également avant d'entendre sa réponse pour ensuite l'inviter à s'installer sur l'une des deux chaises.

- N'hésitez pas à vous asseoir, rassurez-vous ces chaises sont capables de résister à plusieurs tonnes de pression. ajouta Caitlyn avec humour afin de tester son invité

Dès lors elle commença son petit discours de présentation sans être impressionnée par la masse de muscle qui lui faisait face, elle en avait vue des costauds certes mais cette fois-ci c'était autre chose. Sa réaction face à Krusk n'était pas la même que d'être face à un soldat Krogan, c'était différent. Si il était là c'était pour discuter d'un accord et si c'était les krogans ce dernier devait être d'une importance capitale, il faut dire que ce n'est pas le genre de la maison de passer des partenariats avec les autres races.

- Monsieur Urdnot, je vous passe ma présentation, si vous êtes là c'est que vous me connaissez déjà. Donc j'imagine que si c'est moi qui ai l'honneur de vous accueillir, j'imagine que vous souhaitez discuter d'un possible accord entre nos deux races. Soyons francs passons directement aux conditions, je vous écoute.

Caitlyn avait gardée son sérieux et son sourire, elle n'était pas pragmatique, enfin pas encore. Mais elle avait déjà son sang froid habituel un bel avantage. A moins que son interlocuteur ne lui propose une offre alléchante , elle pouvait refuser tout simplement. Après tout l'humanité se portait très bien, elle se reconstruisait doucement sans  l'aide de personne. Mais refuser la proposition d'un représentant de toute une race n'était pas comme appuyer sur un bouton, cela pouvait avoir d'énormes répercussions diplomatiques ce qui la rendait un peu plus ouverte aux négociations, mais si vraiment le krogan se montrait coriace et renfermé, elle n'hésiterait pas une seconde à le renvoyer vers la sortie. Elle l'observa les avant-bras sur le bureau et ses doigts entrelacés comme si elle était la banquière qui attendait ce que voulait son client.
Urdnot Krusk
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Urdnot
Rang : Diplomate
Fils de Kalros
Messages : 216

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Re: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitimeMer 17 Sep 2014, 19:24
La chaise sur laquelle l’ambassadrice lui donna l’occasion de s’asseoir ne lui inspirait nullement confiance. Non pas que le style, par ailleurs visuellement fort agréable à contempler, ne lui déplaise, mais plutôt parce qu’à son approche il lui sembla le trouver soudainement très fragile. Aussi vulnérable qu’un château de carte subissant soudain la flatulence libératrice d’un constipé de première. Néanmoins il accepta l’offre d’un hochement de tête en guise de remerciement, puis posa son arrière-train sur l’assise. L’ambassadrice Carter passa rapidement sur sa présentation tout en pressant Krusk de mettre cartes sur table.

« - Monsieur Urdnot, je vous passe ma présentation, si vous êtes là c'est que vous me connaissez déjà. Donc j'imagine que si c'est moi qui ai l'honneur de vous accueillir, j'imagine que vous souhaitez discuter d'un possible accord entre nos deux races. Soyons francs passons directement aux conditions, je vous écoute. »


Krusk se fit la réflexion suivante face à la présentation succincte de la diplomate : Cette femme imaginait beaucoup de chose. L’ambassadrice Carter adopta alors une position d’attente qui surprit le Krogan. Avant-bras posés sur le bureau, doigts entrelacés, sourire polit mais expression assurée. Cette femme voulait se manifester sous un aspect confiant, assurée de ses convictions et des pouvoirs qu’elles détenaient au nom de son peuple. Pour Krusk cette attitude ne faisait aucun doute quant à la philosophie présente de son interlocutrice. Elle adoptait une position de prédominance. Cette même attitude prise par tous ces matérialistes qui concluaient des affaires avec leurs clients, bien souvent aux dépends de ces derniers. Clients se faisant tantôt flouer, tantôt moquer, tantôt escamoter. Il n’avait pas l’habitude de se faire scruter de la sorte. Mal-à-l’aise ? Non, mais quelque peu froissé, oui. Cette Humaine ne devait pas encore avoir eu à faire avec l’un de ces congénères, et au vu de son attitude, Krusk devina de quel milieu elle était issue.

Krusk devait représenter pour elle une toute première expérience, et quoi qu’elle puisse adopter comme physionomie, ce genre « d’épreuve » ne laissait pas de marbre. Il suffisait à Krusk d’envoyer valser son bureau, pour transformer l’être apparemment serein et emplit d’un sentiment de sécurité inébranlable en face de lui en une petite chose tremblante perdant jusqu’à la dernière once de sa superbe. Il lâcha une courte expiration par les narines en s’imaginant la scène. Ce serait tellement facile. Mais tellement stupide également. Et puis après tout, son interlocutrice n’était pas une Asari, mais une Humaine, la seule race hors Kroganne qu’il appréciait réellement. D’ailleurs ce fait était l’unique raison de sa motivation pour venir ici, avec comme objectif de négocier des accords potentiellement bénéfiques pour les deux parties. Mais avant il lui fallait déstabiliser cette femme dont il subodorait qu’elle avait rompu depuis longtemps avec le quotidien de tout ceux ne disposant pas de sa condition. Encore un collet monté isolé dans sa bulle de confort, complétement à côté de la plaque au sujet de ses concitoyens.

Krusk essaya de s’engoncer davantage dans son siège qu’il trouvait par ailleurs particulièrement inconfortable en raison de sa constitution. Finalement il se décida à se lever, fit tomber une main lourde sur le dossier d’une seconde chaise qu’il ramena vers lui dans un raclement sonore assez incommodant. Une fois accolée à la première il s’assit dessus.

« -Me voilà le cul entre deux chaises, lâcha-t-il dans un rire amusé, manifestement fier de sa blague et du sous-entendu qui en découlait. »

Le visage de Carter semblait passer par différentes émotions, mais impossible de dire lesquelles véritablement, c'était beaucoup trop instantané pour être saisi. Krusk n’y fit de toute façon pas plus attention. Maintenant que les bases étaient posées, il convenait d’entamer la négociation en tant que telle, à savoir par le dialogue. Il se leva brusquement. Si les deux représentants de leur espèce s’étaient retrouvés dehors et que le soleil avait donné dans le dos de Krusk, l’ambassadrice Carter ainsi que son bureau tout entier auraient soudain été obscurcis par la masse gigantesque et étoffée du Krogan. Il leva les bras dans un signe d’exaspération avant de les laisser retomber, manquant au passage de décoiffer Carter par l’air qu’il brassa. Puis il adopta un air compréhensif, presque compatissant.

« -Point de Monsieur avec nous allons bon. Avez-vous l’intention de me chatouiller l’estomac ? Ne vous encombrez donc point de ces fumisteries de politesse avec notre race, gardez les pour les autres espèces. Appelez-moi simplement Krusk, mais par Kalros, surtout, surtout, évitez de m’appeler simplement Urdnot. Ce serait une faute protocolaire de premier ordre. »

Sur ces mots le Krogan longea le bureau, ce qui, au regard des foulées immenses de ses pas, fut conclu en un battement de cils. Il refit le chemin en sens inverse, en donnant l’impression d’avoir oublié qu’il n’était pas seul dans la pièce. Puis sans crier gare il fit volte-face dans le but de poursuivre son discours.

« -Je vous appellerai votre Excellence selon la coutume diplomatique de votre peuple. Quant à moi, Krusk fera parfaitement l’affaire, comme il est de coutume chez notre peuple de s’interpeller ainsi, quel que soit le poste occupé. Respectons la culture de chacun et les choses se passeront aussi bien qu’elles le peuvent à l’égard de nos relations. Maintenant que ceci a été précisé, je vais vous présenter la raison de ma venue entre vos quatre murs aseptisés afin que vous puissiez prendre en compte les différents éléments dont je souhaite discuter avec vous et votre peuple, cette race Humaine que, tout comme Wrex, j’apprécie particulièrement. »

Krusk pianota rapidement sur son Omnitech afin de poursuivre son discours en ne laissant pas le soin à l’ambassadrice Carter d’initier la moindre réponse. Un holo de Shepard surgit alors entre les deux parties. L’image se stabilisa bientôt pour permettre de distinguer la véritable nature de cette représentation. Une statue du commandant Shepard s’élevant au beau milieu d’un désert.


Si vous avez compris tout ce que je viens de vous dire, c'est que j'ai dû faire une erreur quelque part.
-Fiche Krusk-

Un jour comme les autres. C7929d12


Un jour comme les autres. 15010509115911408112852410
Un jour comme les autres. 15010509120211408112852419
ça vous la coupe, hein? Bah moi aussi figurez-vous.
Anonymous
Invité
Invité

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Re: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitimeSam 20 Sep 2014, 17:34
L'ambassadrice avait la situation sous contrôle, elle attendait une réponse depuis sa position superficiellement supérieure. Elle misait gros sur sa démarche, jouer les gros bras avec un krogan était plus de l'ordre de la folie que de la raison. Mais elle avait la main droite qui restait toujours à une vingtaine de centimètres de son bouton d'alarme remplaçant le bouton de manchette de on poignet gauche, une simple pression suffisait à appeler la sécurité et à activer son camouflage tactique qui entre nous n'allait servir à rien. Le temps que l'ambassadrice ne comprenne que son invité ait perdu la raison elle serait déjà étalée contre la baie vitrée derrière elle comme un pyjak s'étant fait roulé dessus par un Mako. Mais elle fut rapidement inquiétée lorsque son "invité" se leva, son coeur se mit à accélérer lui rappelant qu'elle n'était pas si intouchable et forte que ça, après tout c'était la première fois qu'elle négociait avec cette race qu'elle respectait pour leur force mémorable.

« -Me voilà le cul entre deux chaises, lâcha-t-il dans un rire amusé, manifestement fier de sa blague et du sous-entendu qui en découlait. »

Caitlyn fut rassurée avant d'ajouter en soupirant légèrement afin de cacher son manque de sang froid passager:

- Je vous en prie monsieur Urdnot. Mettez-vous à l'aise comme il se doit.

Elle espérait que son intervention vocale allait "amadouer" l'ambassadeur krogan, mais en vu de sa réflexion elle venait de faire une grossière erreur qu'elle souhaitait corriger dès que possible mais il fallait croire qu'il était du genre pressé au point de ne pas lui laisser placer un mot. Tant mieux pensa-t-elle aux premiers abords, plus vite c'était fini mieux c'était. Mais l'hologramme qui s'afficha sur son bureau lui fit oublier cette envie pressante de mettre à terme leur "rencontre". Elle se redressa avant de mettre ses bras sur ses genoux afin de contempler l'hologramme dont la couleur se reflétait dans ses yeux gris.

- Lumières tamisées. dit-elle à l'I.V sans quitter des yeux cet hologramme qui l'intriguait beaucoup visiblement.

La couleur de l'hologramme orangé remplaça la lumière blanche et naturelle qui passait auparavant par la baie vitrée qui venait de se ternir afin de plonger la salle dans une légère obscurité, de quoi permettre aux deux occupants de se voir parfaitement mais aussi d'apercevoir avec minutie l'hologramme. Il lui fallut quelques secondes pour remarquer Shepard, du moins un monument de lui-même.

- Une statue du commandant Shepard en plein désert? C'est sur Tuchanka je suppose. fit-elle en gardant son sérieux et son sourire intrigué

Sa dernière réaction la trahit, elle avait perdue son impartialité pour laisser place à sa grande envie d'en savoir plus, de quoi mettre Krusk en confiance, si elle voulait des infos seul lui étant en mesure de lui en fournir. Pendant ce temps elle se devait de rester calme, souriante et attentive à ses moindres faits et gestes.
Urdnot Krusk
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Urdnot
Rang : Diplomate
Fils de Kalros
Messages : 216

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Re: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitimeDim 21 Sep 2014, 19:53
Lorsque la pièce fut plongée dans la pénombre, toute relative certes, Krusk haussa le bout de peau recouvrant son arcade sourcilière gauche, légèrement intrigué par ce changement d’atmosphère saugrenu. Une pensée traversa alors l’esprit du Krogan, dont la réflexion manqua d’un poil de déborder de ses lèvres. Par toutes les couilles molles de cette galaxie, que ce passait-il à l’intérieur de la caboche de l’ambassadrice Humaine ?! Cette ambiance ne pouvait tout-de-même pas être une mise en condition érotique. Ce serait tellement…. Déplacé. Cette Carter avait-elle la moindre idée du résultat dévastateur qu’une interaction charnelle avec lui aurait comme effet sur elle ?! Une Humaine n’a pas les hanches adéquates enfin ! Cela reviendrait à lui exploser tout le bassin dès la première incursion. Elle n’aurait même pas le temps de monter aux rideaux que déjà sa vie l’abandonnerait. Allons bon ! Quel est donc ce foutu quiproquo ?

Krusk s’éveilla de son état semi-végétatif avant de reporter son attention sur le visage de Carter d’un air complétement incrédule. Il l’a vit penchée en avant le regard fixé vers sa taille. Un coup de chaud monta immédiatement à la tête du Krogan qui remarqua, gêne suprême, l’absence des mains de son interlocutrice qui étaient passées sous le bureau. Ô Kalros, mais qui est cette cinglée ?! Non, par les Ancêtres, ses mains ne faisaient pas ce qu’il pensait, et ses yeux ne regardaient pas ce qu’il croyait. Krusk se sentait très mal tout d’un coup. Si Carter laissait sa libido prendre le dessus, il ne pourrait plus faire grand-chose au sujet des négociations. Il lui faudrait rabrouer l’ambassadrice, et cette dernière, vexée, romprait tout négoce avec lui. Cela ne correspondait pas vraiment avec l’idée qu’il s’était fait du déroulement de son affaire. Et pour ne rien arranger, il sentit le « sergent » se mettre en position de combat. Tout ça allait très mal finir. Ça sentait le sapin.

« - Une statue du commandant Shepard en plein désert? C'est sur Tuchanka je suppose. »


La phrase saisit Krusk au vol, le ramenant brutalement à la réalité. A peine lâchés, ces mots permirent au Krogan de réaliser la véritable nature de ce changement d’ambiance ainsi que de la position adoptée par Carter. Son soulagement fut si grand qu’il se laissa choir sur les deux fauteuils rapprochés par ses soins quelques petites minutes plus tôt et qu’il n’avait que légèrement écarté en se levant brusquement. Krusk manqua d’aller faire causette avec le sol, ses deux assises acceptant moyennement le choc qu’il leur fit subir.

« -Prévenez avant, prévenez bon sang, lâcha-t-il dans un souffle. »


Il ferma les yeux, inspira une longue et profonde bouffée d’air puis l’expira lentement. Krusk renouvela le procédé trois fois pour retrouver son calme et calmer le « sergent » qui lui ne semblait toujours pas avoir compris ce qu’il se passait. Bon, on y va ou pas là ? Je suis prêt à décharger oh ! Tu vas pas me faire le coup de la fausse alerte, ça s’fait pas. Le Krogan se redressa, éteignit son Omnitech, fit un pas en arrière, de façon à se trouver le moins proche possible de cette ambassadrice, et enfin lui lâcha son discours. Il était grand temps de négocier rapidement cette affaire pour aller au plus vite se prendre une douche froide. La question était : Quelle tournure allait prendre la tractation ? Carter acceptera-t-elle son projet et ses conditions ?

« -Inutile d’en voir davantage, ce Holo n’est que la simulation d’une ébauche dont le dessein est bien plus vaste. En effet, sachez que Wrex a décidé de créer une toute nouvelle ville, en plein désert et sur le territoire Urdnot dont la place centrale se verra ornée d’une statue de 93 mètres à l’image du commandant Shepard, héros de la galaxie et premier frère d’arme de Wrex. Un autre monument, d’une hauteur de 50 mètres, semblable aux arcs de triomphe de votre planète, enjambera l’avenue principale de cette nouvelle ville et sera orné exclusivement de sculptures représentant les exploits de mon peuple. Cet arc de triomphe sera surmonté d’une représentation de Wrex chevauchant un Kaklisaure. »

Krusk fit une pause de quelques secondes, il était bon de ménager son auditrice. Elle avait sans nul doute besoin de digérer ces informations pour le moins originales. Quand il prit conscience que Carter comprenait bien ce qu’il venait de lui expliquer, au vu de son expression lorsqu’elle leva les yeux vers lui avec cet air de demander la suite, le Krogan tendit le bras vers l’ambassadrice des relations commerciales, pas trop prêt quand même, il ne s’était pas tout-à-fait remis de « l’incident », la paume dirigée vers le haut comme s’il s’apprêtait à lui offrir un cadeau.

« -Cette ville, capable d’accueillir plusieurs millions de Krogans, doit constituer la toute première cité post-moderne de notre civilisation votre Excellence. Nos ressources sont plutôt limitée, mais notre force et nos conviction sont on ne peut plus énergiques. C’est pourquoi je me présente à vous, Krusk haussa soudain le ton, dans le seul but d’entériner un partenariat avec la race Humaine. Nous recevrons vos ingénieurs, vos scientifiques, vos corporations et vos instructeurs afin que vous donniez aux Krogans les moyens de se bâtir cette Cité sur Tuchanka. Tuchanka, cette planète qui vous a généreusement offert les sauveurs sans lesquelles les Reines Rachnis vous élèveraient tel du bétail pour subvenir à leur besoin alimentaire ! »


Krusk retira sa main pour écarter ses bras dans un signe d’amitié envers Carter. Son faciès adopta une expression bienheureuse avant qu’il ne renchérisse, toujours avec ce même ton à deux doigts de faire trembler les murs et à en défriser les caniches :

« -Acceptez ce partenariat, et Wrex vous offrira en échange l’appui de plusieurs troupes Kroganes pour vos éventuelles opérations militaires, ainsi que le droit aux représentants officiels Humains de venir prélever un pourcentage de 2 à 3% des ressources minières que nous extrairons annuellement de nos différentes colonies, présentes ou à venir, pour une durée de 60 mois, et ce dès la signature apposée aux différents documents de notre partenariat. De plus vos scientifiques auront libre accès, sous la condition d’être escortés par des membres du Clan, au territoire Urdnot s’ils souhaitent étudier quoique ce soit, autre qu’un Krogan lui-même cela va de soi. Sans compter qu’un tel partenariat renforcerait de manière considérable le rapprochement entre nos deux races, et donnerait ainsi à chacune le poids nécessaire pour peser dans certaines décisions galactiques grâce à l’appui de l’autre partie. »


Krusk croisa les bras sur son torse. Il adopta son large sourire chaleureux dans le but d’encourager Carter à répondre en toute quiétude. La balle était désormais dans le camp de l’Humaine, et si elle refusait de la jouer, le Krogan lui ferait bien comprendre à quel point une proposition pareille, en mesure d’amener des répercussions bénéfiques énormes pour le devenir de leur deux espèces sur la scène galactique, ne se reproduirait guère de sitôt. Carter avait entre ses mains, peut-être, l’avenir de son espèce.


Si vous avez compris tout ce que je viens de vous dire, c'est que j'ai dû faire une erreur quelque part.
-Fiche Krusk-

Un jour comme les autres. C7929d12


Un jour comme les autres. 15010509115911408112852410
Un jour comme les autres. 15010509120211408112852419
ça vous la coupe, hein? Bah moi aussi figurez-vous.
Anonymous
Invité
Invité

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Re: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitimeVen 26 Sep 2014, 20:25
L'ambassadrice revint à elle lorsqu'elle constata la réaction démesurée de son confrère qui s'affala littéralement derrière son bureau.

"Oh mon dieu, éclairage optimal."

Dès lors Caitlyn eu la réaction de se lever afin de basculer son regard en direction de Krusk afin de vérifier si tout allait bien. Enfin elle se rappela très rapidement qu'il s'agissait d'un Krogan ce qui lui corrigea aussitôt sa réaction consistant à prendre des nouvelles de l'état de l'invité.

« -Prévenez avant, prévenez bon sang, lâcha-t-il dans un souffle. »

La luminosité était à nouveau pleinement présente dans la salle, l'ambassadrice commença à se questionner sur la réaction du diplomate pendant que ce dernier exécutait un exercice d'aérobie. De quoi laisser Carter dans l'indifférence la plus totale.

*Qu'est-ce qui lui arrive? Il ne se sent pas bien? On dirait que quelque chose le tracasse...*

L'ambassadrice reprit dès lors son costume de femme d'affaire, relançant à nouveau son fameux et fort contact visuel pendant que le krogan faisait son long et intéressant discours. Chaque terme, chaque mot, chaque articulation, chaque geste était analysé par la femme qui trônait dans son fauteuil. Mais son impartialité légendaire ne dura pas très longtemps, laissant place à un sourire d'étonnement face au projet titanesque de cette race. Elle avait déjà anticipée sa demande, les krogans allaient avoir besoin des humains pour leur talent de bâtisseur. A vrai dire ils n'étaient pas les seuls à s'y connaître, mais une succession de raisons plus farfelues les unes que les autres emmenait le choix des krogans tout droit vers l'Alliance. Les Asari? Trop fermées sur elles et trop occupées à se reconstruire de leur côté. Les Turiens? Les tension sont encore trop fortes, ils sont surement fermés à toute négociation. Les Galariens? Intéressant. Dommage que leur gouvernement est trop instable. Enfin bref ils partageaient tous un point commun. Ils ne voulaient pas entendre parler des Krogans.

Mais nous sommes loin de l'utopie des humains qui vont accepter gaiement d'aider les krogans main dans la main, l'humanité avait pratiquement terminée la reconstruction mais elle devait se concentrer sur d'autres choses et aider une race extraterrestre n'était clairement pas en haut de la liste. Mais néanmoins les conditions étaient alléchantes, "se mettre dans la poche" les krogans allait apporter un soutien considérable en logistique. Mais surtout les voir ouvrir leurs portes pouvait être très lucratif pour les recherches humaines, avoir enfin et pleinement l'accès aux artefacts donc les krogans n'ont pas les moyens ni l'intelligence de les étudier de la même manière que les humains et enfin un léger tribu sur les exploitations minières qui regorgent de minerais rares.

Accepter une telle décision était impossible pour elle, un partenariat avec une société oui mais avec toute une race... Cela dépassait son pouvoir d'ambassadrice des relations commerciales. Cependant elle pouvait faire la différence même si cela allait passer par le conseiller Hackett, l'état-major et les ministres. Caitlyn se leva purement et simplement avant de se diriger en direction de la baie vitrée les mains dans le dos. Il lui fallut plusieurs secondes avant de réagir face à Krusk, finalement elle se résigna pour ensuite se retourner avec un sourire en direction de Krusk qui était pratiquement à l'autre bout de la pièce.


"Je suis pleinement d'accord avec vous. Laissez-moi le temps de soumettre votre requête à mes supérieurs avec un appui de ma part mais vous pouvez considérer ça comme une affaire classée. Cependant sachez que je vais devoir revoir un certain point dans vos conditions."

Caitlyn se tut tout simplement pendant un bref instant afin de laisser planer le doute dans la pièce tout en se rapprochant en direction de son bureau, elle reprit ensuite sa tirade en observant la réaction de Krusk.

"Rassurez-vous cela ne risque pas d'affecter pleinement notre accord. Seulement nous jugeons nécessaire de revoir votre offre concernant le tribut prélevé de vos exploitations. Nous pouvons évidemment vous prêter aussi main forte augmentant le rendement de vos travaux miniers, mais vous vous doutez que nous reviendrons sur le pourcentage qui risque d'évoluer en fonction de votre bénéfice et de la valeur de la marchandise extraite. Mais d'après mes premières estimations je pencherai sur 6 à 8%. Soyez en sur Krusk, nous établirons une nouvelle rencontre entre nos deux dirigeants afin de sceller notre accord par un contrat aussi détaillé que votre force et votre sens du respect. Nous sommes honorés que vous vous rapprochiez de nous afin d'ériger votre civilisation en notre compagnie. Je propose qu'en attendant nous prenons rendez-vous pour la semaine prochaine afin que j'étudie votre dossier et les ressources que nous pouvons vous attribuer afin quelles soient dignes de votre générosité. Ainsi avec votre approbation je pourrais soumettre à nouveau le dossier à notre chef ainsi qu'à vous afin que nous puissions tous deux nous rapprocher d'eux dans le but d'organiser une rencontre afin de sceller définitivement cet accord historique. En attendant évitez de vous balader nu dans la fontaine du présidium, d'accord?" termina-t-elle avec un soupçon d'humour tout en désignant la baie vitrée qui donnait une jolie vue sur la fontaine où Krusk s'y était aventuré.

C'est ainsi qu'elle termina sa tirade elle se tenait debout les mains dans le dos en souriant à Krusk à son tour dans l'attente d'une réponse plus ou moins positive. Organiser une nouvelle rencontre lui permettait de monter un dossier, de se renseigner afin que l'accord profite au maximum à son camp sans que ce dernier ne pénalise celui d'en face. Il était clair que 2% était trop peu et encore 6% l'était probablement aussi mais elle ne pouvait pas se permettre d'en ajouter d'avantage au risque de compromettre la position amicale de Krusk.
Urdnot Krusk
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage RP
Faction : Urdnot
Rang : Diplomate
Fils de Kalros
Messages : 216

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Re: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitimeDim 28 Sep 2014, 17:56
Un jour comme les autres
« Fin des négociations / Ce qui va sans le dire va encore mieux en le disant. »

-
-
-
La négociation venait donc de prendre fin, il n’était pas nécessaire d’en rajouter davantage. Ce bref échange avait permis à Krusk d’exposer comme il le désirait son plan tout comme l’offre qu’il acceptait de présenter aux Humains en échange d’une future collaboration Humano-Krogane en faveur de l’expansion et du renouveau de son espèce. Si cette ville venait à être construite, le Clan Urdnot pourra disposer d’une base unique sur Tuchanka, en mesure d’apporter à elle seule l’élan nécessaire à une croissance exponentielle économico-industrielle de premier ordre. Krusk se prenait souvent à rêver en se représentant Tuchanka à l’image des grandes métropoles Terriennes d’avant la Grande Guerre de 2187, mais en plus énormes encore. Le Krogan en était convaincu : Seul un partenariat solide avec une espèce disposant de l’expérience et du talent nécessaire à l’édification de mégalopoles serait en mesure de donner aux Krogans la chance d’initier un élan salvateur à même de leur apporter la crédibilité nécessaire pour s’imposer sur la scène galactique aux côtés des races Conciliennes, et mettre ainsi en branle une multitude de partenariats amenant à l’essor de la race Krogane.

Dans plusieurs décennies, les Turiens pourraient même perdre complétement leur ascendant militaire au bénéfice des Krogans. En somme, ce que voyait Krusk tenait en un mot : Concentration. La concentration des efforts financiers des plus ambitieuses corporations de la galaxie sur le théâtre Krogan, qui se devra de représenter pour eux un nouvel Eldorado propice à des débouchés économiques de tout premier ordre, apte à créer une nouvelle branche de milliardaires qui ne devront leur richesse qu’au seul développement expansif Krogan. Cette perspective réjouissait au plus haut point Krusk à chaque fois que ces différentes pensées effleuraient son esprit fiévreux d’enthousiasme.

Il ne releva pas le petit amusement de Carter à son sujet lorsqu’elle lui avoua l’avoir vu par sa grande baie vitrée. Les négociations s’étaient plutôt bien passées, inutile d’envenimer les choses à cause d’un orgueil mal placé. Le Krogan fit un signe de tête bref et sec en direction de l’ambassadrice Carter avant de faire un demi-tour quasi-militaire. Alors que la porte s’ouvrit, il stoppa sa marche en retournant sa tête vers Caitlyn. Avec un sourire complice il lâcha d’un ton amusé :

« -Votre Excellence, je me doute bien à quel point votre poste d’Ambassadrice des relations commerciales Humaines constitue l’aboutissement d’une ambition mûrit de longue date. Et qu’un tel poste n’est donné ni à un novice, ni à une personne dénuée de solides relations. Vous devez avoir un réseau de toute première qualité. Des contacts au sein de l’appareil économico-industriel de votre race, et peut-être même au sein d’autres races. Vous avez ce pouvoir. Ce pouvoir de soumettre notre proposition à vos plus hautes instances, mais aussi le pourvoir de mener votre barque seule grâce à ces relations. Oui, votre Excellence, vous disposez d’une influence nécessaire pour mener des affaires officieuses, en parallèle de votre fonction. Nul besoin de vous préciser à quel point ce double-jeu serait en mesure de servir, non seulement votre peuple, mais aussi votre intérêt propre. »


Après ces sous-entendus particulièrement appuyés, Krusk franchit le seuil de la porte. Il passa devant Jennifer, la secrétaire de Carter, lui fit un petit signe de la main, choquant celle-ci aux yeux qu’elle fit. Des yeux de Hiboux. Puis Krusk arriva au niveau du planton Humain responsable du filtrage des invités et des officiels de l’ambassade, celui-là même qui s’était pratiquement pissé dessus à l’arrivée du Krogan. L’Humain sembla recevoir un choc électrique. Sans vraiment le vouloir son corps se raidit brutalement. Il était quasiment au garde-à-vous lorsque Krusk le dépassa d’un pas rapide sans daigner lui accorder le moindre regard. Le passage du Krogan fit passer un coup de vent sur la chevelure très étudiée de l’Humain qui se retrouva ainsi décoiffé. Néanmoins il ne s’en aperçut pas tout de suite, tout ébranlé qu’il était de revoir son Némésis du moment. Ce n’est qu’à la relève qu’on lui en fit la remarque. Mais il s’en fichait. Quelques jours plus tard cet homme posait une demande de mutation.

Krusk arriva sans encombre à sa chambre d’Hôtel située dans les secteurs, à quelques dizaines de minutes en Taxi et un bon trois-quarts d’heure à pied. Il y monta directement, mettant un vent magistral à la réceptionniste Asari qui tenta de lui dire quelque chose. Le Krogan s’arrêta net devant la porte ouverte de sa chambre. A l’intérieur plusieurs voix s’élevaient. Il n’était guère difficile de comprendre la situation. Deux trinômes, rien que cela, parlaient à vive voix entre eux tandis que les deux gorilles de Krusk, casqués, attendaient patiemment debout côte à côté, les bras le long du corps, que la discussion prenne fin. A peine le Krogan eut-il mis le pied dans son appartement que la demi-douzaine des représentants du SSC stoppa net leurs palabres. Visiblement fort agacés, les quatre Turiens et les deux Humains sortirent en trombe de l’habitat et disparurent très bientôt à la vue de Krusk qui les avait suivis du regard dans le couloir.

« -Que leur avez-vous donc baragouiné pour qu’ils s’entrégorgent puis s’éclipsent de la sorte ?, demanda Krusk d’un air amusé. »

« -Oh, pas grand-chose. Nous avons suivi vos recommandations. Nous les avons accueillis sous un faux semblant de coopération et de sincérité afin d’attendre votre retour. Pour qu’ils puissent vous sermonner et vous demander de rédiger un mot d’excuse, j’imagine. »

« -Et alors ? »

« -On a fait mine de reconnaître deux Humains comme deux potes. Les Turiens n’ont pas apprécié et ont commencé à les accuser de collaboration. Vous connaissez les Turiens, toujours prompts à faire les moralisateurs et à imposer leur vision de la discipline. Les Humains ont commencé à bafouiller, ce qui a énervé davantage les quatre têtes de noeuds. On a alors tenté de calmer le jeu, avec l’hypocrisie que vous pouvez deviner. Et puis vous êtes arrivé. »

Krusk dodelina de la tête, plutôt satisfait de ses deux « petits ». Il n’avait jamais porté dans son cœur cette institution qui par plusieurs fois avait démontré sa totale incompétence dans l’exercice de sa mission, à savoir assurer la sécurité d’une station de toute première importance. Bandes de gros nazes, pensa-t-il.
-
-
-
Feat. (Caitlyn Carter)
Code by Tricia Pearson





HRP:
 


Si vous avez compris tout ce que je viens de vous dire, c'est que j'ai dû faire une erreur quelque part.
-Fiche Krusk-

Un jour comme les autres. C7929d12


Un jour comme les autres. 15010509115911408112852410
Un jour comme les autres. 15010509120211408112852419
ça vous la coupe, hein? Bah moi aussi figurez-vous.
Contenu sponsorisé

Un jour comme les autres. Empty
MessageSujet: Re: Un jour comme les autres.   Un jour comme les autres. Icon_minitime
 

Un jour comme les autres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Voie Lactée [RP] :: L'espace de l'Alliance interstellaire :: Bulle locale :: Citadelle :: Ambassades Stellaires :: Ambassade Humaine-