AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 L'As et le Joker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 161

MessageSujet: L'As et le Joker   Dim 24 Aoû 2014, 22:13
Intervention MJ : NonDate :  Août 2199 RP Tout public
Liam Walker ♦ Gregor W. Totmann ♦ Abel Sajko
L'As et le Joker


L'As et le Joker

Le voyage fut long, très long.
Casé entre un Galarien sous coke et un Volus plagiant Dark Vador (une saga phare du XXe siècle, bande d'incultes !), Liam dut faire preuve d'une grande patience pour ne pas repeindre les murs avec les tripes de ses voisins. D'habitude, il se serait retrouvé dans un transport bien plus confortable avec ses quartiers personnels, au bord d'un vaisseau de l'Alliance News Network, mais pour cette affectation, cela signifiait signer son arrêt de mort. La raison ne tient qu'en un seul mot : Oméga.
La Station des Systèmes Terminus était en effet allergique à toute provenance de l'espace concilien et les journalistes faisaient partie des cibles privilégiées des habitants du " Gros caillou " ; il fallait donc se fondre dans la masse et se faire le plus discret possible. En réalité, plusieurs raisons justifiaient sa venue sur l'astéroïde détenu par Aria T'Loak : d'abord professionnelles puisque le lieu était une source intarissable d'inspirations pour ses articles mais surtout personnelles puisqu'il devait y rencontrer un vieil ami, une vieille connaissance pour ses projets secrets...

Une fois la navette amarrée, Liam se précipita à l'extérieur afin de fuir cette prison moite et nauséabonde. La vue de la baie d'amarrage était impressionnante, à couper le souffle : telle une véritable fourmilière, marchands, mercenaires, prostituées, sans-abris ou colporteurs faisaient partie d'un tout, d'une vague humaine indénombrable et compacte. La contemplation du journaliste fut très vite interrompue par une brusque bousculade de la part de son ex-partenaire de voyage Krogan qui le mit à terre. Se relevant promptement tout en réajustant ses vêtements de fortune (ses costumes habituels lui ayant été fortement déconseillés : allez savoir pourquoi...), Liam plongea dans cette nuée aux milliers de visages.

Slalomant comme il le pouvait dans la foule, Liam était complètement emporté par celle-ci sans même savoir vraiment où il allait. Comme tout bon journaliste - quoi qu'il se demandait si parfois, il ne faisait pas un tout autre métier -, le bouclé zieuta, dévisagea les passants lorsqu'il en avait l'occasion et cette diversité le sidérait : il passait du simple civil, au mastodonte Krogan arborant fièrement l'armure Berserker en passant par des revendeurs – peu discrets – de sables rouges. Ce cosmopolitisme lui faisait d'ailleurs penser à la Citadelle mais la dure réalité de la Station lui éclata au visage : alors qu'il continuait son chemin à travers la foule, il put constater qu'un cercle s'était formé où des acclamations, des encouragements et des supplications se levèrent ; curieux de savoir l'origine de ce rassemblement, Liam se rapprocha pour constater qu'un pauvre vieillard se faisait battre par des mercenaires peu scrupuleux, juste pour le plaisir semblait-il... Ce triste spectacle était inacceptable mais Liam, seul, était impuissant et ne pouvait intervenir sans attirer toute l'attention.

Le journaliste ferma les yeux sur le triste spectacle qu'il venait d'assister pour se reconcentrer sur sa mission et après une brève reconnaissance des lieux, Liam arriva à l'objet de ses convoitises : l'AfterLife. En effet, d'après son enquête préalable et par le biais de ses informateurs sur la station, un échange allait se dérouler à proximité du célèbre bar, à l'abri des regards indiscrets ; l'identité des protagonistes était pour le moment inconnue à l'inverse du contenu de la transaction : il s'agissait d'armes biométriques dernier cri et si ces dernières se trouvaient entre de mauvaises mains, qui sait ce qui pourrait en découler ? Un second bombardement d'Oméga était à éviter et l'équilibre au sein de la station était déjà bien assez précaire pour l'envenimer davantage...
Préparé physiquement et mentalement pour la mission, Liam devait à tout prix éviter de se faire repérer et d'enclencher une fusillade dans la station, il prit donc de la hauteur et se posta sur le toit d'un immeuble voisin, son appareil photo en joue.

Son timing avait été quasiment parfait : cinq minutes après s'être posté en sécurité, la ruelle fut bloquée des deux côtés par deux groupes distincts ; puis une personne de chaque côté se dirigea au centre, une mallette à la main. L'un arborait une armure aux couleurs des Ravageurs tandis que l'autre était un butarien en tenue civile mais qui laissait paraître une importante fortune : il ne fallait pas s'appeler Sherlock Holmes pour comprendre que le butarien était le trafiquant d'armes tandis que l'autreTurien était l'acheteur ; mais la vraie question était de savoir s'il faisait ça au nom des Ravageurs ou faisait il cela dans le dos de son boss, une certaine Shoran. Liam fusilla la scène avec son appareil, prenant de multiples clichés qui seront tant de preuves pour son boulot. Toutefois, l'avenir de ces derniers était encore bien sombre : soit ils étaient rendus publics à tous, soit livrés aux autorités de l'Alliance ou du Conseil voire même à Aria T'loak s'il s'avérait que cette transaction se faisait au nez et à la barbe de la dirigeante d'Oméga. Mais pour le moment, le plus important était de s'en sortir vivant et la situation semblait se compliquer : la planque du photographe était compromise et deux gardes du corps grimpaient quatre par quatre l'escalier de secours qui menait directement au toit...

L'adrénaline monta d'un cran tandis que Liam explorait ses possibilités de fuite : l'escalier de secours étant déjà emprunté et la porte menant directement au sein de l'immeuble condamnée, il ne restait plus qu'à Liam de faire le grand saut pour arriver à l'immeuble adjacent. Prenant son élan et n'ayant plus vraiment le choix vu que ses poursuivants étaient arrivés sur le toit, l'ancien champion de gymnastique entama un sprint, se mit sur son pied d'appui pour se propulser dans les airs et arriver de l'autre côté, sans vraiment de difficultés avant d'emprunter l'escalier extérieur et atteindre une ruelle d'Oméga. Liam jeta un coup d'oeil en arrière pour constater que les Butariens étaient à ses trousses mais avaient perdu du temps, n'ayant pas voulu tenter le grand saut : ils avaient donc rebrousser chemin, laissant un peu de répit au traqué qui se cacha un peu plus loin.

Alors que le journaliste survolait la zone du regard, ses yeux croisèrent ceux d'une petite fille qui semblait étonnée de le voir dans cette position peu valorisante, accroupi derrière une benne à ordure. La gosse dégageait quelque chose d'étrange, difficilement identifiable : alors qu'elle devrait être apeurée de se retrouver dans un endroit pareil, elle semblait tout simplement détendue et captivée par le spectacle qu'elle voyait. Mais Liam n'avait pas de temps à perdre et sa seule présence allait révéler sa position à ses détracteurs.

« Eh petite ! Des méchantes personnes sont à mes trousses et j'ai besoin de toi : essaye de trouver de l'aide le plus rapidement possible, j'ai de l'argent ne t'inquiètes pas pour ça. Merde ils sont là : fais vite j'essaye de les retenir aussi vite que possible ! » . En disant cela, Liam ne comptait pas vraiment sur l'aide de la gamine mais il voulait surtout la tenir à l'écart de l'affrontement futur : il ne pourrait pas supporter avoir une mort d'enfant sur la conscience.

Le journaliste lança son appareil photo dans la benne à ordure avant de faire face aux Butariens qui venaient d'arriver. La garde haute, il défia du regard ses opposants qui semblaient prêt à en découdre : s'ils voulaient son appareil, Liam n'allait pas les laisser faire sans se défendre.

L'un des Butariens chargea, Liam était prêt à le réceptionner.










Spoiler:
 



Dernière édition par Liam Walker le Lun 06 Oct 2014, 22:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang : /
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2588-journal-du-masque-d-acier


Messages : 155

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Mer 27 Aoû 2014, 17:28
L'As et le Joker


Une fois par semaine, Gregor se rendait à la station d'amarrage la plus proche pour pouvoir récupérer une cargaison de médicaments. Aujourd'hui, il avait prit la route un peu plus tôt que d'habitude pour pouvoir traîner un peu dans les rues. Il aimait pouvoir prendre son temps. Toujours accompagné de Clara, faisait route en sifflotant, les mains dans le dos, ignorant complétement les gens autour de lui que dévisager - comme toujours - le duo insolite. Il aurait été pertinent de se demander si Gregor avait conscience des regards qui se portaient sur lui et sa fille les uns après les autres. Et pourrait penser que ce n'est pas le cas. Et pourtant ... C'était le cas. Tout comme sa fille d'ailleurs. Mais il n'en avait que faire. Peu lui importait le regard que les autres pouvaient lui porter. Au contraire, il prenait un malin plaisir à les déstabiliser par son apparence. Et il en était toujours fier.

Alors qu'il avait la tête en l'air, Gregor percuta un humain. Visiblement bien plus jeune que lui.

" Hey ! Regarde où tu vas gros con ! "


Gregor cessa de siffler, mais gardait toujours les mains dans le dos. Il ne semblait pas vraiment perturbé par l'intervention de l'humain dans le fil de ses pensées.

" Plait-il ? "


" T'as bien compris, le clown, refais jamais ça ! "


" Sinon quoi ? Tu vas te mettre à pleurer ? Oh ! Ou alors tu as l'intention de me tabasser c'est ça ? Hein j'ai raison ? Enfin, tu essayeras. Je ne peux garantir tes chances de réussite mon jeune ami ! Mais tu as toutes les chances de ton côté ma foi ! "


Gregor ricanait, fier de lui. Il n'était clairement pas intimidé par les manières du jeune homme. En revanche, leur dispute commençait à attirer les regards. Ce que Clara ne manqua pas de remarquer.

" Papa, y'a du monde. "

" Certes, certes ... Allons. J'imagine que nous avons perdus assez de temps avec cet imbécile ! Hihi ! "


" Oui, allons-y. "


Clara ouvrit la marche, en ignorant royalement l'humain, qui semblait ne plus rien comprendre à la situation. Gregor en fit de même.

" Hey mais ... "
L'humain prit de court, haussa les épaules furieux et reprit sa route.

Alors que Clara ouvrait la marche, elle tomba nez à nez avec un autre humain. La première chose qu'elle vit de lui, c'était sa coupe de cheveux pour le moins particulière.

" Eh petite ! Des méchantes personnes sont à mes trousses et j'ai besoin de toi : essaye de trouver de l'aide le plus rapidement possible, j'ai de l'argent ne t'inquiètes pas pour ça. Merde ils sont là : fais vite j'essaye de les retenir aussi vite que possible ! "


Clara observa et comprit la scène rapidement. Elle vit l'Humain jetait ce qui semblait être un appareil photos dans la benne la plus proche, tandis qu'un Butarien était prêt à se jeter sur lui. Visiblement les deux étaient prêts à en découdre. Le Butarien décocha alors un violent coup de poing à l'homme aux cheveux bouclés. Suffisamment puissant pour faire saigner le pauvre homme.

Au même instant, Gregor arriva dans la ruelle. Le Butarien, voyant qu'il n'était plus seul avec sa cible s'arrêta aussitôt et recula.

" Rah ! Mais qu'est-ce que ... "


" Oh ! Oh ! Oh ! "
Gregor visiblement surpris, et amusé, mit ses mains sur ses hanches et admira le spectacle qui se tenait devant lui.

Instinctivement, Clara se mit entre les deux hommes. Comme si elle était prête à réceptionner celui qui tenterait de forcer le passage. Le geste de la jeune fille eut pour effet de surprendre encore d'avantage le Butarien.

" Ta, ta, ta ! Ne te fit pas à la taille, ni  à son âge ! Tu serais surpris. "
Gregor continuait d'observé, amusé.

" Mais t'es qui toi bordel ?! Foutez le camp ! C'est pas après vous que j'en ai ! Je ferai comme si je vous avais pas vu ! "

Clara restait de marbre, elle n'était pas du tout intimidée. Gregor lui, pencha la tête sur le côté, et la secouait de manière négative.

" Tu te crois toujours en position de donner des ordres mon bonhomme ? Comme c'est amusant. Mais je respecte ton courage tu sais ! Même si cela m'amuse énormément ! "
Gregor ne prêtait aucune attention au blondinet pour le moment. Il enleva son chapeau, et fit la révérence.

" Docteur Gregor Wolfgang Totmann ! Pour vous servir ! Mais les imbéciles de ton espèce me connaissent sans doute mieux sous le surnom du " Masque d'Acier ". Mh, mh, mh. "


Gregor avait mauvaise réputation dans ce quartier d'Oméga, et c'est ce qui faisait qu'il n'était jamais ennuyé. Il aimait d'ailleurs beaucoup en jouer. En revanche, nul n'est capable de dire si les rumeurs à son sujets sont véridiques ... Ou pas.

Le Butarien lui, semblait en avoir entendu parler.

" Ah ! Je vois ... Et bien sache le dégéréné, que l'homme à côté de toi se mêle un peu trop de nos affaires. Donc si tu veux bien demander à ta gamine de foutre le camp ça m'arrangerait. On cautionne pas le meurtre d'enfants chez nous, mais la fin justifie les moyens. "


" Tu penses être à la hauteur ? Regarde-la dans les yeux, et dit moi que tu serais capable de passer sans difficultées. Sincèrement, la benne à côté de nous est déjà pleine, et j'ai un peu mal au dos aujourd'hui tu vois ! J'aimerai éviter d'avoir à balancer ton cadavre dedans ! Ca ferait tâche ! Hihihi ! "


Gregor avançait lentement, les mains dans le dos.

" Tu comptes te mettre sur ma route pour quelqu'un que tu ne connais pas ? Tu te fous de moi ? "


" Me mettre sur ta route ? Oh grand dieu non ! Je n'ai que faire de vos enfantillages ! En revanche, mettre le bordel ça me tente bien ! "

" Tsss ... Si on entend parler de cette histoire sur Oméga, ça va barder. "

Le Butarien s'adressa à l'Humain :

" On te retrouvera. Compte là-dessus. "


" Adiiiios ! Pensez à envoyer une carte postale ! "

Gregor faisait signe d'adieu avec ses mains, le Butarien rebroussa chemin, visiblement sur les nerfs. Clara elle, se tourna vers l'homme au cheveux bouclés, et le fixait maintenant du regard. Gregor se tourna également vers lui.

" Alors ... Qu'est-ce que tu fais là mon jeune ami ? "

Toujours amusé, Gregor gardait toujours ses mains dans le dos, son masque empêchant de lire toutes expressions sur son visage. Cependant, son "jeune ami" n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche qu'un deuxième Butarien ne tarda pas à pointer son nez.

" Hey ! Vous ! J'ai pas l'intention de faire demi tour sans ce fouteur de merde moi ! J'suis payé pour ça ! "











Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 161

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Dim 31 Aoû 2014, 12:50
L'As et le Joker


Se prendre une mandale d'un Butarien sous testostérone ne fait jamais, oh grand jamais du bien et Liam en faisait les frais. Ne pouvant pas encaisser la charge, l'impact du poing contre sa mâchoire le fit valdinguer contre la benne à ordure pour finir sa chute sur le sol. D'habitude, il aurait mieux supporter la douleur et le choc mais si l'on se replaçait dans le contexte, le journaliste avait très peu dormi sans compter le « jetlag » sans compter que son opposant était payé pour distribuer des tartes à qui le voulait.
Sonné, peinant à se relever et à reprendre ses esprits, Liam constata qu'il n'était plus seul avec ses deux potes Butariens ; cependant, il ne savait pas ce qui était le plus surprenant : le look extravagant de son prétendu « sauveur » ou bien qu'il soit de son côté ! Enfin, c'était vite dit : les intentions de ce dernier étant trop peu claires pour le moment...

La gamine qu'il avait croisé tout à l'heure le surprenait encore plus que son prétendu père ou du moins protecteur : elle semblait inflexible, imperturbable devant la montagne de muscles qui se dressait devant elle. Au contraire : un léger rictus se dessinait sur son visage, ses yeux pétillaient.

Le journaliste n'en revenait pas : le premier Butarien se défila dès que l'homme au haut de forme avait mentionné le « Masque d'acier » – son surnom aux premiers abords –. Puis au fur et à mesure qu'il tournait ce surnom dans sa tête, Liam se rappelait d'une vague histoire impliquant un Masque d'acier : une sombre histoire si ses souvenirs étaient bons mais rien n'était sûr et il préférait l'avoir à ses côtés que l'inverse ! Des recherches futures seront cependant à entreprendre concernant ce Gregor Totmann, c'était certain.

« Alors ... Qu'est-ce que tu fais là mon jeune ami ? » questionna le docteur.

Une question aussi facile que complexe : Gregor n'était qu'un inconnu à ses yeux bien qu'il lui ait sauvé la vie. Mais il était aisé de deviner qu'il était aussi imprévisible que fou, impulsif que dérangé mais surtout : dangereux. Oméga recelait des énergumènes passionnants mais il fallait parfois rester en retrait : la curiosité lui avait déjà coûté sa famille, allait-il risquer la sienne sans pouvoir satisfait son désir ardent de vengeance ?

Sa réflexion intérieure fut interrompue suite à l'arrivée du second Butarien qui lui ne semblait guère gêné par les rumeurs qui entouraient le fameux Joker et voulait en découdre avec le fouineur qui avait pris des clichés compromettant les affaires de son Boss.

« Hey ! Vous ! J'ai pas l'intention de faire demi tour sans ce fouteur de merde moi ! J'suis payé pour ça ! »

Le Butarien semblait bien sûr de lui et de ses capacités au combat : il était seul face à trois personnes (bon ok, plutôt deux et demi avec la gosse : quoi que …).

« Ce que je fais ? Tu viens d'avoir la réponse : fouteur de merde. » conclut le journaliste à l'attention de Grégor, tentant un sourire qui fut vite stoppé par la douleur à sa mâchoire.

Malheureusement, pendant cette courte discussion entre le docteur et Liam, le Butarien commençait à se manifester en pointant son Carnifex vers nos deux héros.

« Vous commencez à me les briser à m'ignorer, vous pensez que j'ai que ça à foutre à parler à un clown et à une lopette bouclée ? Maintenant tu vas vite me donner l'appareil ou je vais vite te refroidir, toi et ton pote au chapeau. » lança le garde du corps.

Faisant mine de vouloir calmer le jeu, Liam prit la parole distinctement.

« Maintenant on se calme et personne va refroidir personne. Et tu sais pourquoi ? Premièrement parce que tu n'auras pas le temps de nous tuer tous les trois sans que l'un de nous réplique, et deuxièmement, si par miracle tu arrives à réaliser cet exploit, sache que tu te mettras sur le dos le groupe le plus dangereux d'Oméga : les Ravageurs. » menaça le journaliste.

« Je ne suis pas venu ici que pour ton Boss et crois moi : si Abel Sajko vient à apprendre que tu m'as tué, je te jure que tu aurais préféré mourir ici, à moisir dans cette benne à ordure. Alors ce que tu vas faire, c'est de baisser cette arme et prendre la première navette en partance d'Oméga si tu ne veux pas subir le courroux de ton patron. Sinon vas-y : tue moi. » finit il sur un air de défi.

Liam avait peur d'avoir fait une bêtise en sur-estimant l'intelligence du garde du corps. Peut être que ce dernier n'allait pas réaliser l'erreur qu'il allait faire en tuant un anonyme, pensant à un simple bluff mais après tout : c'est l'autre qui avait le flingue pointé sur lui et non l'inverse, il fallait tenter le coup.

Le Carnifex du Butarien commençait à trembloter pour être ensuite baissé.

« Oh et puis merde, j'vais pas risquer ma vie pour ce connard. » dit il avant de partir en direction de la baie d'amarrage.

Liam soupira de soulagement une fois que le Butarien était à une distance raisonnable : il n'allait pas finir criblé de balles dans une rue miteuse d'Oméga. Comme pour fêter une victoire, Liam mit une clope dans son bec, l'alluma pour ensuite se tourner vers son sauveur surprise.

« On peut dire que vous m'avez sauvé la mise et je vous en remercie, je m'appelle Liam : enchanté de faire votre connaissance » dit-il à l'égard du docteur et de la petite fille avant de reprendre tout en se tenant la mâchoire, « j'ai cru comprendre que vous êtes docteur ? Ca tombe bien, je pense avoir besoin de vos services. » finit-il, en tendant la main pour le saluer en bonne et due forme.









Spoiler:
 



Dernière édition par Liam Walker le Jeu 25 Sep 2014, 23:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang : /
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2588-journal-du-masque-d-acier


Messages : 155

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Dim 31 Aoû 2014, 20:43
L'As et le Joker


Gregor avait observé la scène, laissant faire son nouvel ami Humain, avec un sourire au moins aussi large que celui de son masque. Cet humain était donc une connaissance de Abel ? Voilà qui était intéressant pour quelqu'un qui ne semblait pas être du coin. Gregor connaissait bien Abel. Ce dernier venait régulièrement à la clinique pour se faire rafistoler. Le masque d'Acier n'était pas stupide, il savait que si il venait toujours à sa clinique, c'était également pour garder un oeil sur lui et être certain qu'il ne ferait pas trop de vague. Mais Gregor s'amusait toujours, alors il n'avait rien contre cette idée.

Clara fronça les sourcils lorsque le dénommé Liam tendit la main vers son Père pour la lui serrer. Puis elle le regarda, comme si elle attendait de voir la réaction de ce dernier pour agir.
Gregor attrapa alors la main de Liam et la serra vivement.

" Baaaah ! C'est rien ! Héhé ! Et puis ... Je m'amuuuuse voyez-vous ! Tout le plaisir est pour moi mon jeune ami ! "

Gregor lâcha la main de Liam, et Clara se détendit. Elle eut même un petit sourire à l'attention de l'homme aux cheveux bouclés, qu'elle regardait intensément. Comme si elle cherchait à lire ses intentions avant même qu'il ne les connaissent lui-même. Son regard n'avait rien de menaçant, juste celui d'une petite fille regardant quelqu'un avec curiosité.

Gregor remit ses mains dans son dos, et reprit l'air joyeux :

" Alors comme ça vous êtes une connaissance d'Abel ? Je le connais également ! Il passe souvent à la clinique, sans doute apprécie-t-il de me voir disséquer mes patients ... Mais nooooooooooooon je rigole ! Ah ah ah ! Oh allez, faites pas cette tête ! En tout cas, si je suis sûr d'une chose c'est que vous n'êtes pas du coin. "

Clara s'avança alors près de Liam, tendit une main, et du bout d'un doigt, toucha son ventre.

" C'est mou. " Dit-elle d'une voix monotone.

" Euh ... Bah ! Tu vois bien que c'est pas un soldat ! C'est un p'tit bidou à bière ça ! Hein ? AH AH AH ! "

Gregor éclata de rire, fier de sa blague. Clara elle, était imperturbable et continuait de regarder Liam. Elle sauta alors sur place et arracha la cigarette qu'il avait à la bouche. Elle la jeta au sol, et l'écrasa avec sa chaussure. Elle regarda de nouveau Liam, en penchant la tête de gauche à droite, toujours de marbre, mais avec un léger sourire aux lèvres.

" Comme dit toujours Papa : " la cigarette c'est mauvais pour la santé, si vous voulez crever y'a des tonnes d'autres moyens d'y parvenir que je serai parfaitement à même de vous faire découvrir ! " "

" Bouarf ! "

Gregor renifla et fit mine de verser quelques larmes derrière son masque.

" Je suis tellement fier d'elle si vous saviez ! "


Clara regarda alors son Père et eut un large sourire, comme si en le regardant son visage qu'elle gardait toujours de marbre avait totalement fondu.

Gregor reprit son sérieux. Du moins, autant que possible.

" BREF ! Vous avez besoin de soin, et si vous faire soigner par quelqu'un comme moi ne vous fait pas peur et bien ma foi ... En avant ! Nous aurons tout loisir de discuter une fois à la clinique pendant que je vous charcute le visage ... Hihihi ... C'était une blague encore hein ... Je précise ... Au cas où ... Enfin ... EN AVANT ! Vaudrait mieux pas rester ici trop longtemps. "

Sans attendre d'avantage, Clara ouvrit la marche et Gregor se remit à siffloter. Avant de se mettre en route vers la clinique il ajouta :

" Ah encore une chose ! On pourra appeler Abel de la clinique si vous le souhaiter. Héhéhé. "

Gregor disparut à l'angle du mur, puis réapparut juste après :

" Ah oui ! Tant que j'y pense, n'oubliez pas votre appareil photo dans la benne, ce serait dommage d'avoir risqué votre vie pour oublier ça dans ce coin paumé ! Ahahah ! "

Gregor avait une petite idée du contenu de l'appareil, en revanche ce qu'il ignorait encore, c'était le pourquoi de la présence de Liam sur Oméga. Il n'était pas du coin c'était certain, mais il ignorait encore son identité. Ce n'était pas un militaire, car si ça avait été le cas, il n'aurait fait qu'une bouchée de ces deux ahuris Butariens. De plus, comme l'avait fait remarqué Clara ... C'était mou. Ce n'était donc pas un soldat. L'hypothèse du photographe amateur avait de quoi faire sourire mais était complètement stupide. Un " Fouteur de merde ", peut-être un journaliste ? Ou quelque chose de semblable. A vrai dire, peut importait à Gregor de savoir tout ça, mais il aimait bien fouiner. Ca l'occupait.

Alors que Gregor et Clara se mirent en route lentement et d'un pas assuré vers la clinique, aucun d'eux ne se tourna vers Liam. Comme si ils savaient pertinemment que celui-ci allait les suivre. Le duo se faisant toujours autant remarqué dans les ruelles.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 161

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Mer 03 Sep 2014, 23:13
L'As et le Joker


Liam resta quelques instants en état de pure stupéfaction. Stupéfaction devant une telle extravagance, une telle folie de la part des deux énergumènes qui étaient venus à son secours : une chose était sûre, ils sortaient de l'ordinaire, tout droit sorti d'un conte de Lewis Caroll... D'ailleurs, ce Masque d'Acier lui faisait penser étrangement au Chapelier Fou d'Alice aux Pays des merveilles...
« Fou », c'était sûrement pour ça.

Les deux silhouettes commençaient à s'éloigner tout doucement à travers la ruelle, l'un sifflotant, l'autre gambadant joyeusement, innocemment. Un léger rictus se dessina sur les lèvres du journaliste lorsqu'il revit le mégot écrasé à même le sol : « si vous voulez crever y a des tonnes d'autres moyens d'y parvenir » disait-elle. Mais à son âge, et ne connaissant guère son passé, elle ne pouvait vraiment comprendre ce pêché mignon, cette addiction qui le rongeait depuis la mort de sa femme et de sa fille. En réalité, il s'en foutait que cela soit mauvais pour la santé (d'autant qu'avec les progrès de la médecine, le danger était infime voire nul), il s'était juste fait une raison : avec l'objectif qu'il s'était donné, il donnait peu cher de sa peau et cela l'étonnerait que ce soit le tabac qui vienne lui passer l'arme à gauche.

Puis il repensa à la complicité entre le Père et sa fille car même si cela n'avait pas été explicité par les deux protagonistes, Liam était certain du lien de sang qui les unissait (et même si le sang n'avait rien à voir là dedans, ils se comportaient comme tels) et cela lui fit un pincement de cœur : ce sentiment d'appartenance, de ne faire qu'un avec sa progéniture, « l'ex futur papa » ne le connaîtra jamais. Se rendant compte de son état nostalgique, Liam remit ses idées en place, alla récupérer son appareil dans la benne pour enfin rejoindre le duo qui se dirigeait visiblement vers leur chez-eux : la Clinique.

Ne voulant pas déranger mais aussi pour ne pas être dérangé, Liam les suivit tranquillement à une distance raisonnable, entendant à peine hormis quelques fous rires ponctuels du Masque d'Acier. Pianotant sur un clavier virtuel, Liam fouilla dans les archives de l'A.N.N à la recherche d'un certain Gregor Wolfgang Totmann avec les dossiers de police affiliés : même s'il était peu probable de rencontrer un homme au casier vierge sur Oméga, le journaliste voulait évaluer le taux de dangerosité de son nouveau médecin …
La recherche fut peu fructueuse, le docteur semblait être étranger à la justice de l'Alliance ; néanmoins, il avait fait l'objet d'une enquête dans une série de meurtres sanglants sur Eden Prime : l'investigation en question n'ayant jamais été résolue.

A creuser.

Liam rejoignit le duo loufoque pour finir le trajet, il voulait connaître un peu plus ses sauveurs à titre personnel et professionnel (il était gagnant à 100%), accordant un sourire à la jeune fille qui le fixa de nouveau depuis son retour, il s'adressa par la suite à son père même s'il ne savait pas s'il le regardait réellement ou bien qu'il était dans son Monde.

« Pardonnez mon indiscrétion mais une question me revient toujours à chaque fois que je vous vois, vous et Clara : comment avez vous atterrit sur Oméga ? Et surtout, comment faites vous pour y survivre ? Parce que moi j'en suis vraisemblablement encore incapable ! » finit-il en riant.









Spoiler:
 



Dernière édition par Liam Walker le Jeu 25 Sep 2014, 23:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant
Rang : /
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2588-journal-du-masque-d-acier


Messages : 155

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Jeu 04 Sep 2014, 19:13
L'As et le Joker


Tout le long du trajet, le dénommé Liam était resté à distance de Gregor et Clara, comme si il avait peur d'être une gêne. Si Gregor lui n'y avait prêté aucune attention particulière apparente, Clara elle, avait jetée des coups d'oeil régulier en arrière dans sa direction, décochant un rapide sourire dès qu'elle croisait son regard.
Une fois à la clinique, Liam décida d'engager la conversation. Il cherchait vraisemblablement à en apprendre plus sur eux. Cependant il n'était pas dans les intérêts de Gregor de trop lui en révéler sans en savoir plus sur lui.

Gregor ricana :

" Héhé ! Ce n'est rien mon ami ! Je comprends que ce genre de questions vous brûlent les lèvres rien qu'à nous voir ! Mais bon ... Disons que nous nous sommes retrouvés ici sur un concours de circonstances ! Héhéhé ! "

Pour la première fois depuis leur rencontre, Gregor semblait reprendre un semblant de sérieux dans sa voix :

" Si quelqu'un voulait vous enlever votre seule raison de vivre, que seriez-vous prêt à faire Liam ? Pour ma part, j'ai toujours eu la réponse à cette question. C'est la raison de ma présence ici ! C'est tout ce que vous avez besoin de savoir dans l'immédiat. "

Gregor soupira, pendant quelques secondes, on aurait pu le croire nostalgique. Clara avait cessée de fixer Liam pour regarder son Père. Ce dernier se rapprocha de sa fille et tapota doucement sur sa tête.

" Et oui ... La vie vous joue de drôle de tour parfois n'est-ce pas ? "

Clara le regarda avec un sourire, puis il reprit sur un ton enjoué :

" Enfin ! Ma vie n'est pas plus intéressante qu'une autre ! Je ne suis qu'un simple mortel qui tente de se faire une place dans l'univers hihi ! La clé de la survie mon cher, c'est la peur. Je suis persuadé que vous comprendrez un jour de quoi je veux parler. En revanche vous me semblez être simplement de passage sur cette station non ? Vous aviez dit connaître Abel n'est-ce pas ? Intéressant ! On pourrait peut-être l'appeler. Ma foi si vous avez quelque chose à lui dire, vous ne devriez pas être ennuyé ici ! Et puis on va mettre un peu de médigel sur les bobo du Môsieur ! Héhé ! Enfin bref ! Entrons ! "


Gregor invita Liam à entrer d'un geste. A l'accueil, Vet le Galarien - l'assistant de Gregor - s'étonna de les voir revenir plus nombreux.

" Oh oh ! Ca sent les ennuis ou ... ? "


" Mais non voyons ! Je me suis fait un ami sur la route ! Je l'ai croisé en train de jouer au photographe avec des Butariens ! Visiblement ils ont pas aimés ! AH AH AH ! Ah ... Ahem. Bien, bien, bien ... En avant vers la salle de tortu... Rah mais non je rigole ! Encore. Oui j'aime les blagues. "

Le Galarien ne chercha pas d'avantage. Il savait que poser des questions auxquelles Gregor n'avait pas l'intention de répondre serait une perte de temps. Il haussa les épaules, l'air indifférent et reprit la lecture d'un dossier qu'il avait dans les mains.

Sans attendre, Gregor se mit en route un peu plus loin dans la clinique vers se qui ressemblait à une salle d'opération. De taille relativement réduite, la pièce était éclairée par une simple lumière au plafond. L'éclairage était donc plutôt faible. A l'intérieur, tout un tas d'outils à usage divers posés sur différents meubles ... La plupart étaient destinés à un usage médical mais pas tous. Au centre de la pièce, une table d'opération, et un tabouret tout proche.
Gregor entra dans la pièce, et alla taper d'une main sur la table d'opération en regardant Liam.

" Allez, assis ! On appellera Abel en même temps si nécessaire, peut-être qu'il a une plaie ou deux lui aussi Ahah ! "

Clara elle, entra également dans la pièce, toujours sur les talons de son Père, et alla s'asseoir dans un coin à même le sol, traçant des cercles sur le sol avec ses doigts, fixant Liam du regard.









Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 161

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Mar 09 Sep 2014, 16:43
L'As et le Joker


Citadelle – il y a une semaine...

« Putain, j'y suis presque... » marmonna Liam en crachant un nuage de fumée.

Les yeux explosés, la barbe de trois jours – voire même plutôt cinq – et le café dans les veines, le journaliste était dans un bien piteux état et paradoxalement, il ne paraissait pas abattu ni éreinté par la fatigue. Non, on pouvait déceler de la volonté, de l'obstination, une force qui surpasse le sommeil et les petits problèmes de la vie ; Liam était bien au-dessus de tout ça à ce moment bien précis, dans ce sous-sol secret, son jardin intime : l'endroit où se déroulait une véritable chasse à l'Homme à travers la Galaxie. Malgré tout, la tâche était largement à la hauteur de ses attentes : le Courtier de l'Ombre nettoyait ses traces à chaque passage, triait sur le volet ses agents les plus fidèles et utilisait des pions jetables pour faire les sales besognes. Mais l'acharnement du journaliste commençait à porter ses fruits, il pouvait le sentir au fin fond de ses tripes et il était sur une piste qui pouvait le mener à l'assassin de sa femme ou au pire, s'en rapprocher. Le seul soucis étant qu'il manquait d'informations, d'indices ou d'éléments pour pouvoir assembler l'intégralité du puzzle et ces dites informations, il n'avait aucune idée de comment il allait les obtenir. Effectivement malgré son accès privilégié à la base de données de l'A.N.N., il était évident qu'il fasse ses recherches au nez et à la barbe de ses supérieurs – notamment l'increvable Diana Allers – et quand bien même cet obstacle enjambé, nul doute que ses réponses ne se trouvaient guère là-bas. Il fallait donc faire appel à d'autres connaissances, à des indic', des sources officieuses qui puissent apporter des éléments de réponse concrets et solides.

Puis d'un coup, tout était limpide et l'australien réalisa que c'était le moment de renouer le contact avec une ancienne connaissance : Abel Sajko, son beau-frère. Remontant l'escalier deux par deux, Liam décida de prendre le temps de se décontracter et de réfléchir à toute cette histoire : pour ce faire, il fallait qu'il se prépare un petit remontant. Cela  faisait des années qu'il n'avait pas revu cet homme et bien qu'ils avaient entretenu – dans le passé – une relation amicale et cordiale, il ne pouvait imaginer à quel point Abel avait pu changé suite à l'annonce de la mort de sa sœur et depuis, il n'avait pas eu de nouvelles de lui à l'exception de certains rapports mentionnant son appartenance à un groupe influent d'Oméga : les Ravageurs.

Liam se rappelait comme si c'était hier des derniers mots qu'Abel lui ait adressés, à l'enterrement de Lena.
Leur Lena.

« Ecoute, Liam. C'est dur, je sais. T'as l'impression d'avoir tout perdu. Tu voudras ptete oublier tout ce qui est en rapport avec Lena, mais... Si jamais t'as besoin d'un coup de main, tiens. Tu fais partie de la famille, même sans elle. Même sans eux. Donc fais pas de conneries. Et te bousille pas. C'est pas ce qu'elle aurait voulu. »

Apparemment, le journaliste n'avait pas vraiment écouté les conseils de son beau-frère et il avait raison sur un point : il avait tout perdu ce jour là, ne trouvant plus aucunes saveurs à la vie. Abel lui avait confié à ce moment là un numéro à contacter « au cas où » et il allait enfin l'utiliser, pour Lena.

Le regard triste et nostalgique de Liam balayait désormais l'appartement vide, dénué de personnalité et de décorations pour s'arrêter respectivement sur un reportage à la télévision sur des restes de tyrannosaure retrouvés au Costa Rica puis sur Truffe, son chat.

« Désolé toi, je t'ai complètement oublié ces derniers jours ... » s'excusa platement le maître indigne.

Son chat était sa seule vraie compagnie sur la Citadelle hormis les relations professionnelles ou bien celles éphémères et ce dernier semblait être contrarié de ne pas avoir été chouchouté comme à son habitude. Mais la bouderie fit vite place à la tendresse et le chat se frottait désormais contre les jambes de son maître avant de s'installer sur les genoux de ce dernier. Café à la main, clope au bec,  Liam rédigeait désormais un bref mail à Abel Sajko dont le contenu était le suivant :

« Cela fait longtemps Abel, la dernière fois qu'on s'est parlé, tu m'as dis que si j'avais besoin de ton aide, je pouvais te contacter à ce numéro. Le moment est venu, mon ami, mon frère.
Liam Walker ».


Le message était envoyé, Liam partit se préparer pour un long voyage qu'il n'oubliera pas de sitôt...

Clinique Totmann – Maintenant...

« Allez, assis ! On appellera Abel en même temps si nécessaire, peut-être qu'il a une plaie ou deux lui aussi Ahah ! »  lança brusquement Gregor alors qu'il partit chercher ses outils de travail.

Le blessé s'exécuta docilement, s'asseyant sur la table d'opération tout en regardant ce que préparait le docteur : non pas qu'il ne lui faisait pas confiance mais... son imprévisibilité le gênait et le blondinet ne voulait pas finir charcuté de partout pour une simple mâchoire pétée. Se tenant d'ailleurs sa dite mâchoire meurtrie, le journaliste lui répondit en faisant un signe de la main, gage de protestation :

« Ce n'est pas la peine d'appeler Abel, j'ai de quoi le contacter et nous nous sommes fixés un rendez-vous sur la Station déjà, il doit s'occuper de quelques affaires avant tout et ça serait dommage de le déranger pour rien. »

Regardant successivement Clara et Gregor, un sincère sourire se dessina sur les lèvres du blondinet alors qu'il reprit d'un ton plus solennel, plus grave.

« Vous savez à propos de ce que vous avez dit tout à l'heure, concernant la perte de votre raison de vivre... Sans pour autant vouloir passer pour Caliméro, je comprends parfaitement ce que vous voulez dire vu que j'ai vécu la même chose. », il réfléchit calmement puis inspira un bon coup : « Ma femme a été assassinée il y a des années de cela et je m'en suis remis difficilement. Très difficilement. » Voyant que la petite Clara regardait Liam avec des yeux attristés et pleins de compassions, le journaliste décida de changer de sujet pour ne pas plomber l'ambiance.

« Mais arrêtons de parler de moi et de mon passé, après tout je ne suis qu'un simple étranger à vos yeux qui a besoin d'un peu de Médigel ! Aïe... » finit-il, la douleur reprenant de plus belle.

Suivant les instructions du Masque d'Acier, Liam se laissa faire – il n'avait de toute manière, pas vraiment le choix – tandis que le Doc' s'occupait de lui, appliquant une dose conséquente de Médigel afin de remettre sur pieds le journaliste blessé. Le contact froid de la substance sur la mâchoire de l'australien eut un effet quasi-jouissif et il avait l'intime sensation que son pauvre corps se remettait parfaitement de l'uppercut qu'il s'était mangé. Les Butariens étaient des brutes sans cervelles et ils pouvaient être fort utiles pour faire les sales boulots : mais après tout, ces marginaux de la Galaxie avaient la vie dure notamment suite à l'explosion du relais cosmodésique il y a des années de cela. "La dure loi de la survie" se lança t'il intérieurement.

Se sentant un peu mieux, Liam n'était même plus obligé de se tenir la bouche et reprit de plus belle, donnant des informations sur sa venue comme pour le remercier des soins alors prodigués.

« Je vous remercie vraiment de ce que vous avez fait, ma mâchoire me faisait un mal de chien et je sais pas si j'aurais pu avoir l'air sérieux devant quiconque avec cette tronche défigurée. Quoiqu'il en soit, merci et dites moi votre prix, c'est bien normal après tout. » conclut il accompagné d'un rire sincère à l'égard du père et de la fille.

Avant de répondre, le journaliste sortit son petit bijou, celui qui était à l'origine de sa petite mise à tabac : l'appareil photo.

« Vous voyez, je fouine de temps à autres pour des organismes indépendants, vous pouvez me voir comme une sorte de détective privé. Et les clichés que j'étais en train de prendre concernait un trafic d'armes biométriques illégales. Vous me direz que nous sommes sur Oméga mais d'après mes sources, la grande Aria T'Loak et ses Ravageurs ne sont pas au courant, du moins c'est ce que je me disais après avoir vu l'acheteur de ces armes... » il pointa du doigt l'un des Ravageurs aperçut tantôt. « Le problème, c'est que je soupçonne ce Turien de conclure ce marché dans le dos de son propre gang et c'est là que cela devient intéressant ! Il faut que je creuse plus en profondeur mais je pense tenir quelque chose ! Au fait, inutile de dire que je risque beaucoup en vous montrant ces clichés mais vous venez de me sauver la vie, je vous dois bien ça non ? »

Il ne s'était même pas rendu compte – tellement absorbé par son explication – qu'il était maintenant debout, faisant de grands mouvements spontanés comme pour ajouter une autre dimension à son discours, tel un maître de conférence et il réalisa d'ailleurs son « cirque » en remarquant le regard rieur de la petite Clara.

« Si vous avez des informations concernant cet homme ou celui là... », il pointa respectivement le Butarien en costard et le Turien « … faites moi signe si l'envie vous en dit, de toute façon je parlerais à Abel de tout ceci dans les jours à venir. » conclut-il en lui laissant un numéro de portable sur lequel le Doc' ne pouvait guère connaître son identité ou son affiliation à l'A.N.N : on n'était jamais trop prudent sur Oméga et même si le Doc' lui avait sauvé la vie, cela ne voulait pas dire qu'il allait tout lui dire sans crier gare.

Puis soudain, un frisson parcourut l'échine de Liam après avoir entendu une voix qu'il reconnaîtrait entre mille, une voix rauque pleine d'assurance avec un léger accent slave, le même que celui de sa douce.

« Salut Vet. Doc' Maboul est dans le coin ou faut que j'repasse plus tard ? »

Abel Sajko.








Spoiler:
 



Dernière édition par Liam Walker le Lun 15 Sep 2014, 20:33, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageurs
Rang : Homme fidèle à Shoran, s'occupe des jobs les moins ragoûtants
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2733-journal-de-bord-abel-sajko


Maître du jeu
Messages : 1416
Crédits : Eden Memories

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Sam 13 Sep 2014, 14:15



L'As et le Joker

"...Doc', c'est vraiment pas l'pied..."


- Salut, Abel, lança Ryan d'une voix quelque peu cassée en voyant s'approcher le Ravageur.
- 'Lu, Ryan. La forme ?
- J'ai attrapé une salop... Il se ravisa en voyant le regard sévère que lui lançait le blondinet. Il ne tolérait pas vraiment les écarts de langage de sa part, donc il faisait attention. Au moins quand le Terrien se trouvait dans les environs. J'ai attrapé quelque chose en trainant dans les bas quartiers, l'autre jour.
- T'y étais durant la vague épidémique ?
- On m'a demandé de rendre un... Service. Je pouvais pas refuser. T'as vu un peu ce qu'on m'a offert ?

Le gosse attrapa son haut propre comme un sou neuf du bout des doigts par le col, l'agitant, fier comme un paon. Clairement, ça le changeait des haillons qu'il portait habituellement. Ce n'était pas non plus le luxe, mais pour lui qui avait toujours vécu avec trois fois rien, ça sonnait tout comme. Abel s'installa à ses côtes, conservant une petite distance de sécurité pour ne pas choper ce qu'il avait directement, et lui tendit un sac qui semblait bien plein. Le gamin, un regard brillant, s'en empara sans plus de ménagement et fouilla dedans.

- DES DONUTS ? Il se tourna vers Abel, la salive aux lèvres. Où t'as trouvé ça ?
- Pour que t'ailles baver devant le vendeur alors que t'as pas un rond ? Tu rêves. Contente-toi de ce que je t'ai filé.

Le Ravageur coinça une roulée entre ses lèvres et l'alluma, inspirant un premier nuage de fumée en se raclant la gorge. Il observa silencieusement Ryan continuer à fouiller le contenu du sac. Probablement que quelques années plus tôt, l'enthousiasme du gosse l'aurait amusé assez pour le faire sourire. Mais plus maintenant. Ryan était un orphelin depuis 2197, quand la Station avait été secouée de part en part. Il n'en parlait pas des masses, mais son père s'était fait tuer dans un bombardement. Il n'avait pas épilogué et n'avait jamais parlé de sa mère. A vrai dire, ça suffisait au Terrien. Il lui apportait régulièrement de quoi manger, boire, s'habiller et parfois même lui donnait un plan pour trouver où crécher. Ryan aurait pu s'en passer, il était malin. Mais après tout, pourquoi se priver d'une telle aide ? En échange, il rendait régulièrement de petits services au Ravageur. Qui se méfierait d'un gosse qui semblait dévasté par Oméga ? C'était moins vrai pour les habitants de la Station, qui commençaient à connaitre le petit et à s'en méfier, mais pour les étrangers, en revanche... Ryan était en quelque sorte l'un de ses meilleurs agents pour repérer une cible.

- Alors ?
- Alors quoi ? grogna Ryan, un donuts déjà en bouche.
- T'as vu des gars qui ressemblent aux photos que je t'ai donné la dernière fois ?
- Mouaaais.

Abel lança un regard désespéré au gamin.

- C'est quoi le problème ?
- J'ai un peu de fièvre et pas de couverture.
- D'accord, D'ACCORD. Je t'amènerai une couette et des médocs. Ryan lui servit une moue mécontente. Après. Tu sais bien que j't'amène toujours ce que je te promets.
- Tu mets pas longtemps, hein ?

Le Ravageur soupira.

- T'es au courant de ce que je suis ?
- Le grand méchant loup qui est censé faire peur à tout le monde ?
- Fais gaffe à ce que je te morde pas.

Il ne pensait pas vraiment ce qu'il disait, mais les gosses pouvaient trop rapidement prendre confiance en eux. Et tous les Ravageurs ne se montreraient pas aussi sympathiques avec lui que pouvait l'être Abel. Qu'il continue à se méfier était une bonne chose. Ryan lui servit un large sourire, un gâteau encore coincé entre les dents.

- J'ai vu le blond là. Tu m'as dit qu'il était journaliste, c'est bien ça ?
- Possible.
- Je l'ai suivi, il avait un super gros appareil photo ! Il avait l'air trop cool !
- Où ?
- A côté de l'Afterlife. Tu vois, l'immeuble avec l'enseigne verte ?
- Une idée de ce qu'il foutait là-dedans ?
- J'suis sûr que tu trouveras ! T'es Abel Sajko après tout !

La remarque parvint à arracher un faible sourire au mercenaire, qui se leva en secouant les cheveux du gamin. Pas trop gras, aujourd'hui. Il avait dû prendre une douche récemment. En rapport avec son service peut-être ?

- Au fait ! Le Ravageur se retourna pour l'écouter. Quand je suis parti, tes copains arrivaient.

Abel eut un froncement de sourcils. Ses copains ? Ca devait être d'autres Ravageurs et si Ryan lui faisait la remarque, c'était qu'ils n'y allaient pas pour se détendre. Posant une main sur ses armes comme pour se remémorer qu'elles étaient bien là et se rassurer, il accéléra la cadence en direction de l'indication du gamin.

----------------------------------------------------------------

- Salut Vet. Doc' Maboul est dans le coin ou faut que j'repasse plus tard ?

Le Galarien l'observa avec ses grands yeux noirs, constatant que le Ravageur n'était -pour une fois- pas blessé. Ou alors, il camouflait sa blessure. Il avait bien conscience qu'il marchait sur des oeufs avec cet Humain, et que le moindre faux pas pouvait lui coûter la vie.
Du moins, c'était ce que disait sa réputation. Mais il bossait avec Grogor W. Totmann après tout.

- Le docteur est occupé avec un autre patient.
- Y a encore des patients qui s'amènent ici ? s'étonna faussement le Terrien en s'allumant une nouvelle cigarette.
- La clinique est toujours ouverte, comme vous pouvez le constater.
- Il est avec un blondinet, c'est ça ? Et me dis pas que le secret médical existe sur Oméga.

Le Galarien sembla réfléchir quelques secondes avant de hocher la tête.

- Bien, bien. J'me permets. Joignant l'acte à la parole, il s'engagea dans le couloir, pour voir la trogne de la fille Totmann dépasser de la salle d'opération. Il suffit d'un regard pour qu'Abel comprenne ce qu'elle allait faire. Tu touches à ma clope, et je te chatouille à mort. Sérieusement.

Le regard de la petite sembla pétiller.

- Je suis pas chatouilleuse.
- Si c'est vrai, c'est que t'as jamais eu à faire à un vrai chatouilleur. T'es sûre de vouloir tenter ta chance ?

Abel se força à étirer ses lèvres dans un simulacre de sourire, passant devant la petite sans la quitter des yeux. Elle était assez maligne pour lui retirer son morceau de nicotine dans un simple moment d'inattention. Sans gêne pour le pauvre patient qui était déjà soigné, il s'engagea dans la salle.

- Salut, Doc', lança-t-il en le saluant d'un mouvement de tête. Il balança un regard dans toute la pièce, recrachant un nuage de fumée. Tu sais, y a un jour, faudrait vraiment que tu penses à rendre cet endroit un peu plus... Chaleureux. J'ai l'impression d'être dans un endroit où je fais mon taff, là. Il désigna Clara du menton. Pourquoi tu mettrais pas des dessins de la p'tite tiens ?

C'était mignon, en principe, nan ? Abel se tourna alors vers son beau-frère, le détaillant de haut en bas quelques instants. Il n'avait pas l'air relativement trop amoché. Que ce soit par la beigne du Butarien que par les dernières années, après la mort de Lena. Le Ravageur se demanda alors seulement ce qu'il avait pu devenir. Est-ce qu'il s'était remarié ? Est-ce qu'il avait reconstitué une famille ? Il devait avouer qu'il n'en savait foutrement rien. Ca faisait bien trop longtemps et il n'avait pas eu un seul contact avec le journaliste. Du moins, jusqu'à la semaine dernière.

- J'constate que j'ai bien fait d'expédier tout ce que j'avais à faire. Un vrai aimant à emmerdes. Il secoua la tête, comme exaspéré, avant de s'approcher lentement de Boucles d'Or. Ca faisait longtemps, Liam. Il lui tendit la main, en ne quittant pas son regard. Il sut que son beau-frère était en train de comparer ce dont il se souvenait du mercenaire à aujourd'hui. Quand il l'empoigna, Abel lui tapota sur l'épaule de son autre main. Vu son regard, ses doutes s'envolèrent. Cet imbécile était toujours autant amoureux de Lena. Et toujours aussi blessé. C'était flagrant. J'suis tombé sur un Butarien un peu flippé en route. Il agissait vraiment bizarrement. Ca vous dit quelque chose, tous les deux ?

Il entendit Clara se racler la gorge et haussa un sourcil.

- Oups, mes excuses. Tous les trois.

Abel l'avait croisé en se dirigeant vers l'Afterlife et l'autre avait semblé terrorisé. Il n'avait pas pris la fuite, mais l'envie qu'il avait eu de le faire avait été assez... Evidente. Sur le moment, le blondinet n'avait rien dit, mais il avait bien enregistré le faciès du type, sa façon de se vêtir, et cetera. Si jamais ils venaient à lui apprendre quelque chose de pas très légal, même pour Oméga, probablement qu'il avertirait les autres Ravageurs pour qu'ils surveillent les différents moyens de s'échapper de la Station. Si 'lon pouvait craindre les autorités de l'espace concilien, il fallait encore plus se méfier de la justice des Systèmes Terminus. Elle avait pour attribut d'être aussi expéditive qu'arbitraire, et mieux valait ne pas en faire les frais.




Feat. Liam Walker, Gregor W. Totmann et Abel Sajko







Feat. Liam Walker, Gregor W. Totmann et Abel Sajko







Feat. Liam Walker, Gregor W. Totmann et Abel Sajko



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 161

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Dim 21 Sep 2014, 09:49
L'As et le Joker


Sale journée.

Si Liam avait su ce qu'il allait se prendre aujourd'hui, pas sûr qu'il se serait levé ! La mise à tabac qu'il avait subi par son beau-frère avait été violente, emplie de rage mais sincère. La première pèche qu'il s'était mangée était sans commune mesure, plus hargneuse, plus puissante que celle qu'il s'était prise contre le Butarien tout à l'heure : la douleur aiguë à sa mâchoire fut relancée mais c'était sans compter sur la pluie de coups qui s'était abattue par la suite. Estomac, foie, côtes : Abel s'était déchaîné, connaissant chaque point sensible de l'anatomie humaine, sûrement appris lors de ses longues années passées sur Oméga, à faire le sale boulot des dirigeants de la Station. Tentant de se protéger comme il pouvait, l'australien était spectateur de sa raclée, impuissant face à l'exultation de rage de son beau-frère : il ne l'avait jamais connu comme ça, aussi enragé et il réalisa à tel point il n'avait pas été le seul à souffrir autant du décès de sa femme.

Malgré tout, la rage, la hargne qui se ressentaient à travers chaque coup du Ravageur effaçaient un à un les doutes de Liam : Abel était la personne idéale pour pouvoir l'aider – s'il se calmait, et s'il le pardonnait – dans sa quête de vengeance et il avait cru comprendre, entre deux tatanes que toutes ces années, Abel avait également entrepris cette traque à l'assassin ; et une fois calmé (s'il se calmait un jour), il pourrait peut-être l'aidé. Mais ça, évidemment, c'était pas gagné.

Alors que le pauvre Liam subissait le courroux du mercenaire, sentant qu'il pouvait mourir ici sans avoir réussi à venger sa sœur, quelqu'un vint à sa rescousse : Gregor Totmann (encore). Plus pour « préserver » sa clinique que pour réellement sauver son récent patient, le Masque d'Acier arriva miraculeusement à stopper le Ravageur berserker qui s'écroula très rapidement après administration d'un tranquillisant (il fallait au moins une dose de cheval pour stopper le bestiau !).

Une fois le calvaire stoppé, Abel fut installé sur la table d'opérations tandis que Clara se dirigeait vers la " gueule cassée " : « Tout va bien allez, il faut juste faire confiance à Papa. Je sais que c'est pas facile, mais vous avez pas vraiment le choix. » disait-elle.

Liam lâcha un rire faible qu'il stoppa net, sa mâchoire le faisant souffrir atrocement. Sans lui répondre, encore sous le choc de ce qu'il venait de se passer, le journaliste se leva péniblement vers la table d'opérations, le regard vide, pour asséner un coup dénué de force sur le plastron d'Abel. Les jambes faibles et tremblantes, il s'écroula à genoux près de la dite table et les yeux embués de larmes, il répéta plusieurs fois un simple et sincère : « Désolé, désolé... »

Le docteur souleva l'australien abattu, ce dernier se rendit compte de la force étonnante de son sauveur et comprit comment il avait été capable de maîtriser son berserker de beau-frère ; Liam posa tant bien que mal sa main sur l'épaule du doc' et lâcha dans un soupir un remerciement franc puis il répondit à l'interrogation du médecin difficilement, tout en tenant sa mâchoire meurtrie.

« Je n'ai eu que ce que je mérite Gregor : si vous pouvez juste faire quelque chose pour ma mâchoire, cela sera amplement suffisant, le strict nécessaire pour ne pas souffrir le martyr quand je parle. » conclut-il en regardant le docteur, tel un chien battu.

Puis il fouilla rapidement dans ses poches et en sortit une clope, suppliant du regard le docteur. Les mains encore tremblantes, traumatisées par cette mise à tabac violente, il peinait à l'allumer et regarda ensuite la jeune fille qui arborait le même regard inquisiteur de la dernière fois.

« Me l'enlève pas de la bouche cette fois, s'il te plaît : j'en ai besoin. » dit il en tentant un sourire qui au final s'avérait plus pathétique qu'il ne l'avait espéré.

Sale journée.









Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageurs
Rang : Homme fidèle à Shoran, s'occupe des jobs les moins ragoûtants
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2733-journal-de-bord-abel-sajko


Maître du jeu
Messages : 1416
Crédits : Eden Memories

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Ven 26 Sep 2014, 23:56



L'As et le Joker

"...Doc', c'est vraiment pas l'pied..."


- Rmplf.

La lumière. Trop forte. Eteignez-la. Eteignez-la, bon sang ! Qui pouvait bien voir avec autant de lumière ? C'était complètement débile. Et ça faisait mal aux yeux. Et à la tête. Débile. Parfaitement débile. Eteins-la. Attrape-la. Tu ne l'atteins pas ? Alors lève-toi. Bouge-toi. Eteins-la. Tu ne tiens pas debout ? Appuie-toi sur ta table de nuit. Tu n'as plus d'appartement. Plus de chez toi. Tu es un Ravageur. Tu ne possèdes plus rien. Sinon, la haine, la violence et l'envie de vengeance. Une vengeance inassouvie, depuis tant d'années. Une vengeance qui grossit. Une tumeur mentale. Un cancer de toi. Ton esprit pourrit, dégénéré, rongé par cette affliction. Comment t'en es arrivé là ? La perte de ta soeur ?
Vraiment ?
Comment as-tu vécu sur Oméga, jusqu'à présent ? Toujours en étant un saint ? En faisant attention aux contrats ?
Vraiment ?
Tu es pourri. Tu es malade. Tu es mauvais. Tu as du sang sur les mains.
Tu es vivant.
Et ta soeur est morte.
Qui l'a tué ?

- Qui l'a tué ?

Abel avait marmonné, la tête toujours dans les nuages. Et comme un interrupteur illuminant son esprit assombri, il émergea enfin. Son avant-bras sur le meuble, complètement appuyé dessus pour pouvoir tenir debout, il prit une longue inspiration. Ses jambes refusaient de prendre un tonus suffisant pour supporter son poids. Où était-il ? Il avait mal au torse. Il avait mal à la tête. La lumière restait trop forte à son goût, mais ses yeux semblaient s'y être habitués. Cette odeur de désinfectant mêlée à celle du médigel... La clinique de Doc' Maboul.

- Totmann ?

En prononçant le nom, il repensa à Clara. La petite Clara, qui n'avait pas eu peur de s'approcher de lui alors qu'il avait pété les plombs. La petite Clara, à qui il aurait bien arraché la tête. Et l'effet de cette simple pensée lui arracha un puissant frisson, nécessitant une nouvelle et tremblante inspiration. Comment avait-il pu avoir envie d'une chose pareille ? Il n'aimait pas ça. Il n'aimait pas ça...
Ou bien, essayait-il juste de s'en convaincre ?
Abel secoua la tête, s'infligeant une violente migraine en même temps. Qu'est-ce qui lui prenait ? C'était quoi, ce genre de pensées ? Et puis, qu'est-ce qu'il foutait dans la clinique ? Il en vint à se souvenir de Liam. Liam et ses révélations. Toujours aussi douloureuses. Toujours aussi affreuses. En se les remémorant, la rage du mercenaire revint, comme un animal rugissant, dangereux, mettant à mal le déroulement abrupt de ses pensées. Ses mâchoires se serrèrent. Son poing se ferma. Et il tapa dans le meuble. Le choc résonna contre l'armure, le secouant sans provoquer de douleur.

- Doc'... parvint-il à grogner entre ses dents. Si t'as un truc, une tisane magique, une bouteille de ryncol, n'importe quoi pour m'assommer, j'dis pas non là. Sinon, je vais recommencer.

Le Ravageur devait faire appel à toute sa concentration pour ne pas se laisser emporter par un second tsunami de fureur. Il n'arrivait tout simplement pas à digérer. Toutes ces années... Et Liam savait... Il frappa une nouvelle fois le meuble contre lequel il était appuyé, dans une vaine tentative d'exulter toute cette colère en lui. Le produit d'années passées à ressasser, à entretenir cette envie de vengeance aveugle sans trouver de cible, cette envie de vengeance qui l'avait changé plus qu'il ne pouvait l'admettre.

- Pourquoi... Pourquoi maintenant, Liam ? POURQUOI SEULEMENT.... Nouvelle inspiration en joignant ses paupières. Pourquoi seulement maintenant ? Je... J'ai...

Il frissonna à nouveau. Il n'avait même pas envie d'une clope. Il se sentait juste fatigué. Extrêmement fatigué. Comme rarement il l'avait été dans toute sa vie. Sûrement un cocktail détonnant du coup que venait de prendre son esprit combiné aux effets de la morphine.

- Qu'est-ce que tu veux ?
- Liam est gentil, tu sais. Abel pencha la tête, de toute évidence surpris, observant la petite Clara dos au meuble sur sa gauche. Même s'il est débile comme toi, parce qu'il fume. Il peut pas se défendre contre toi. Du coup, t'es méchant avec lui.

Abel pouffa. Puis rit. Puis explosa de rire, en se laissant glisser au sol. Cette petite... Aussi frappée que Doc' Maboul !

- J'suis méchant, ouais... Faut croire que je suis comme ça... parvint-il à articuler entre deux éclats de rire.

Des éclats de rire aux échos de mélancolie.




Feat. Liam Walker, Gregor W. Totmann et Abel Sajko







Feat. Liam Walker, Gregor W. Totmann et Abel Sajko



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Alliance
Rang :
Voir le profil de l'utilisateur


Membre
Messages : 161

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Lun 06 Oct 2014, 22:07
L'As et le Joker


La situation avait été tendue, très tendue. Liam se réjouissait de la présence et de la performance de son allié médecin car sans lui, nul doute qu'à l'heure actuelle, des bouts de cervelle auraient épousé les bottes renforcées de son mercenaire de beau-frère. Sa colère fut inouïe et c'était avec une dose conséquente de tranquillisants qu'il pût être contrôlé, apaisé.

Remerciant (pour la énième fois) Gregor, Liam avala la pilule sans questionnement : cela l'étonnait grandement, lui qui ne faisait confiance habituellement à personne, le journaliste se disait qu'avec toutes les opportunités qui s'étaient offertes au médecin, ce n'était pas maintenant qu'il allait lui faire une crasse quelconque pour servir ses sombres desseins... Quoique.

Raclant sa gorge une fois le médicament administré, l'australien sentait la petite pilule fondre dans son estomac effectuant son travail curatif sur l'ensemble de son métabolisme. Il sentit qu'il reprenait des forces et que la barre dans sa tête s'estompait progressivement. Mais c'est lorsque les effets euphorisants apparurent que l'humain réalisa qu'il s'agissait d'une drogue ou quelque chose qui s'en rapprochait.
Mais au final : il en avait bien besoin vu son état déplorable.

Prenant avec plaisir le verre proposé par Totmann, Liam commençait à faire tourner le liquide sur les parois de son verre : les odeurs qu'il inhumait alors lui fit le plus grand bien, lui rappelant ses douces soirées en compagnie de sa Lena, dans une vie lointaine faite de douceur et de sérénité. Revoir Abel fut plus dur qu'il ne l'avait imaginé aussi bien physiquement (cela ne faisait aucun doute) mais surtout moralement : il ne pouvait s'empêcher de penser à son ancienne vie, à sa compagne, à son rêve éveillé ; le poids de la culpabilité et des regrets se faisait de plus en plus pesant sur les épaules du blondinet.

Cela ne s'arrangeait pas en assistant aux petites scénettes entre Clara et son père, leur relation fusionnelle était puissante, naturelle, sincère et ces petits moments de complicité mirent du baume au cœur meurtri du terrien. Ces moments, Liam ne les rencontrerait peut être jamais : il avait bien souvent pensé à changer de vie, à passer à autre chose avec une autre mais il ne le pouvait tout simplement pas, du moins pour le moment. Sa seule obstination, son unique but dans la vie était de venger la mort de sa femme et c'est qu'après avoir réaliser l'irréalisable qu'il pourrait enfin se reconstruire.

Alors qu'il allait porter à ses lèvres son verre, Liam fut stoppé dans son élan par la petite remarque de Gregor qui le fit sourire : dans l'état actuel des choses, l'hôte de ces lieux ne pouvait profiter de la liqueur et c'est par politesse que l'australien reposa son verre sur le côté. Le côté journaliste de Liam refit surface, tout comme sa curiosité insatiable : qu'est ce qui se cachait donc sous le masque de Gregor ? Tout était possible, tout était envisageable et son imagination débordante état à contribution mais le mystère restait plein... Paradoxalement, il semblait plus connaître le Docteur que son beau-frère qui lui, pour le coup, avait changé du tout au tout : la vie l'avait détruit et les actes de Liam et ses conséquences avaient anéantis le peu d'humanité qui lui restait, ou du moins qui semblait rester. Au fond, Liam voyait dans cette expulsion de rage tout l'amour qu'il avait eu pour sa sœur et au final, il comprenait parfaitement le comportement de son bourreau même s'il ne le cautionnait pas.

Retournant à la réalité, Liam regardait son beau-frère qui semblait prêt à repartir en coup de sang tandis que  le docteur servait de médiateur entre les deux hommes. Il décida alors de prendre la parole après avoir éteint ce qu'il restait de sa cigarette.

« La réponse, tu l'as connais Abel. Je sais très bien à quel point Léna comptait pour toi et je ne voulais pas t'infliger ce que j'ai du subir. Je ne voulais tout simplement pas t'embarquer avec moi dans cette histoire, j'avais déjà un Sajko de trop sur la conscience. Je me sentais et je me sens toujours coupable mais ce qui a changé aujourd'hui, c'est que je me suis résigné à l'évidence : maintenant, je dois avancer et pour avancer, je dois retrouver le Courtier de l'Ombre. »

Ses deux interlocuteurs restaient silencieux, attendant la suite de ses propos. Il jeta un coup d'oeil à Gregor qui n'aurait pas du être là mais après tout : s'il pouvait encore parler en ce moment, c'était grâce à lui.

« C'est inutile de te demander pardon et même si cela a sûrement peu d'importance pour toi, je ne te blâme pas pour ce que tu viens de faire et pour être honnête, j'aurais agi de la même manière. » continua t'il en se tenant toujours la mâchoire qui le lançait par intermittence.

« Je n'ai cessé de traquer le Courtier et la tâche est à la hauteur de mes attentes, il doit sûrement déjà être au courant de mon entreprise et si je ne suis pas déjà mort, c'est sûrement parce qu'il en a décidé : peut être que ça l'amuse, peut être se sent-il bien plus invulnérable qu'il y a des années de cela. Son Réseau s'est fortifié mais des brèches, des opportunités se présenteront toujours. »

Il posa un ton, regardant successivement les deux hommes en face de lui. Ses yeux étaient de nouveau animés par une flamme intense, un mélange d'excitation, d'obstination voire de folie.

« Et très prochainement, une opportunité unique se présente à nous. Cette opportunité s'appelle Liam Harwick, le célèbre évadé de Vancouver. Harwick est un contrebandier, un hors la loi qui a réussi à s'échapper lors de son procès et d'après certaines rumeurs et par simple logique, il se serait rendu à Oméga pour éviter les radars de l'Alliance. Il a sûrement changé d'identité ou du moins fait profil bas à l'heure actuelle. Soyons clairs, je me fous de Harwick et je le considère tout simplement comme un appât. » lança t'il et sentant ses interlocuteurs interrogateurs, il expliqua plus en détail ses recherches.

« D'après des sources – qui ne tiennent qu'à moi – et qui sont le fruit de mes longues recherches, il semblerait que Harwick soit intéressé par le Courtier. Même si je n'en connais pas les raisons, il ne fait nul doute que c'est en rapport avec sa volonté de disparaître au nez et à la barbe de la justice concilienne. Cela est certes mince, mais c'est tout ce que j'ai et je place tous mes espoirs dans cette '' mission '' : on retrouve Harwick, on s'en sert pour appâter le Courtier et on lui fait cracher tout ce qu'il sait. »

Liam regardait maintenant fixement Abel, il n'arrivait pas à déterminer ses pensées, il semblait fermé.

« C'est pour ça que j'ai besoin de toi Abel, tu es la seule personne de confiance qui pourrait m'aider. »





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Ravageurs
Rang : Homme fidèle à Shoran, s'occupe des jobs les moins ragoûtants
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2733-journal-de-bord-abel-sajko


Maître du jeu
Messages : 1416
Crédits : Eden Memories

MessageSujet: Re: L'As et le Joker   Mar 21 Oct 2014, 23:16



L'As et le Joker

"...Doc', c'est vraiment pas l'pied..."


Abel écouta silencieusement chacun de ses interlocuteurs, son éclat de rire s'étant calmé très rapidement. Ces révélations l'avaient épuisé autant qu'un face à face contre un Krogan au corps à corps. Autant dire, une véritable partie de plaisir. Bon le produit du Doc' avait probablement quelque chose à voir avec son état amorphe assez prononcé. Probablement qu'il aurait qualifié d'un mot savant, pour décrire cet effet secondaire, s'amusant de l'ignorance de son interlocuteur. Mais l'Humain s'en tapait pas mal. Son regard restait braqué sur le whisky alors qu'ils parlaient, l'un exposant son point de vue sur la scène tandis que l'autre déballait son sac. Assez ironique. Le Ravageur avait torturé des années durant toutes sortes d'individus sans jamais obtenir de réponses. Et c'était son beau-frère qui débarquait comme une fleur et qui lui balançait tout ça. Fermant les paupières, il réfléchit à la proposition de Liam qui était probablement la piste la plus solide que n'avait eu le mercenaire depuis la mort de Lena. Il inspira à fond en terminant son verre, observant toujours le sol sans prendre le temps de répondre. Comme un automate, il parvint à trouver la force pour se relever, tout de même un peu vacillant. Il s'avança lentement en direction de Gregor et posa sa main sur son épaule, fixant un point que lui seul voyait d'un regard vague dans un premier temps.

- C'est un bon whisky. Très bon. Abel détailla le masque au sourire jovial. Totmann souriait-il, là-dessous ? Merci, Doc'. Tu sais que j'oublierai pas.

Le Ravageur mettait un point d'honneur à honorer ses dettes. Doc' Maboul le savait. Le Terrien se tourna ensuite vers le journaliste à la mâchoire douloureuse. Sa rage envers lui semblait décroitre, mais il avait encore sacrément envie de lui envoyer un bourre-pif.

- Liam Harwick, hein ? Il marqua une pause en fronçant les sourcils. S'il est sur Oméga, je devrais pouvoir le retrouver. Et s'il est lié au Courtier d'une façon ou d'une autre... Alors je vais t'aider. Il secoua la tête en soupirant. J'espère juste que tu nous envoies pas sur une fausse piste. Shoran ne devrait pas nous poser de soucis, j'ai son feu vert sur tout ce qui touche de près ou de loin à Lena. C'est pour ça que je... Il haussa les épaules. Fais ce que je fais. Mais j'ai pas envie de me faire de faux espoirs.

Son regard se porta sur Totmann. Il le soupçonnait d'écouter d'une oreille plus attentive qu'il n'y paraissait ce qui se racontait. Abel était presque sûr que c'était le genre d'histoires qui boostait son envie de commettre des folies.

- J'vais faire des recherches sur Harwick. Faire circuler sa photo parmi mes contacts, essayer de trouver sous quelle identité il s'est réfugié dans la station. S'il est resté ne serait-ce que quelques jours, tu peux être sûr que je vais le retrouver. Se passant la main sur le visage, il tenta de chasser cette sensation de fatigue agaçante qui rendait ses traits lourds. Et du coup, qu'est-ce que tu comptes faire, Liam ? Rester sur Oméga, le temps que tout cela se fasse ? Nouveau haussement d'épaules. J'peux te trouver un endroit où crécher, si tu veux. Mais si tu commences à foutre la merde, compte pas sur moi pour t'en sortir.

Le Ravageur se tourna alors vers le docteur.

- Sur ce, j'pense qu'on va pas t'embêter plus longtemps, Doc'. T'auras qu'à envoyer la facture au QG. Et j'oublierai pas les donuts la prochaine fois. Pour service rendu à retrouver une Asari disparue depuis bien longtemps. Et j'te paierai un whisky, un vrai, pas l'espèce de pisse qu'on nous sert à l'Au-Delà la prochaine fois. A charge de revanche. Ses yeux semblèrent briller d'un éclat nouveau, l'espace d'une seconde. Et cette fois, tu seras bien obligé de le boire.

Et donc, d'enlever son masque.




Feat. Liam Walker, Gregor W. Totmann et Abel Sajko