AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Lleyton Benam - Agent "spécial" du SSC [100 %]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage RP
Faction : SSC
Rang : Superviseur
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2591-lleyton-benam-agent-specia
http://www.masseffect-reborn.fr/t4394-journal-du-superviseur-benam


Administrateur
Messages : 4403

MessageSujet: Lleyton Benam - Agent "spécial" du SSC [100 %]   Dim 20 Juil 2014, 20:27
Registre Galactique des espèces
LLEYTON BENAM

Informations primaires

Sexe : Masculin
Race : Humain
Âge : 38 ans
Faction : SSC
Poste / Grade : Superviseur
Parenté : Inconnue
Situation maritale : Célibataire
Planète d'origine : Terre


Histoire


✗ Rapport d'un agent du Courtier de l'Ombre - 2186


D'après les archives, Lleyton Benam est né sur Terre le 6 Mars 2161. Toutefois, il semble qu'il soit né orphelin : aucune famille connue n'a été recensée et sa mère est totalement introuvable. Étant donné sa situation, il a été recueillit par un orphelinat à Phoenix, dont il porte le nom aujourd'hui - il s'agissait du "James Benam Institute", où il vivra pendant quinze années de sa vie. Après cela, en 2176, il sera l'un des premiers volontaires (et l'un des rares) à rejoindre l'Académie Grissom. D'abord peu prometteur lors de sa première année, il commencera par la suite à maitriser ses pouvoirs biotiques avec brio. Et même si ses superviseurs émettent de nombreuses réserves quant à ses motivations et son avenir, il est engagé par l'Alliance au bout de quatre années d'entrainement intensif. Il fera ses classes sur le croiseur Stockholm de la 4ème flotte jusqu'en 2182 puis sera nommé et promu caporal sur le SSV Waterloo, sous les ordres du Capitaine Gates. Véritable vétéran, Gates sera un rude supérieur, qui enseigne "à l'ancienne". Mais Benam le considérera longtemps comme l'exemple à suivre et comme son mentor - une sorte de figure paternelle, en somme.
En 2183, le SSV Waterloo participe à la "Bataille de la Citadelle", contre Saren et Sovereign. Bien que sa contribution soit minime, le vaisseau et son équipage bénéficiera de la même récompense accordée au reste de la cinquième flotte. Mais déjà à cette époque, Gates était déjà l'un des premiers à affirmer tout haut que la menace a été éradiquée avec la mort du traitre turien et de ses "saletés de serviteurs Geths". En revanche, son second ne sera pas du même avis et les deux hommes entreront très vite en désaccord physique ; l'un clamant que Sovereign n'était qu'un annonciateur et l'autre que l'humanité doit relever la tête et non rester bloqué sur un mythe. Immédiatement, Benam sera rétrogradé et à la mort de Shepard, il quittera l'Alliance et rejoindra Cerberus, suite à une offre rapide de l'organisation pro-humaniste. Je vous joint ci-contre une conversation d'avant-guerre entre son ex-dirigeant, l'Homme-Trouble, et notre intéressé, que nous avons intercepté. Ce qui est étrange lorsque l'on connait les systèmes de protection de Cerberus. Était-ce une brèche volontaire ? A vous de juger :

"- Agent Benam, j'ai une mission des plus délicates qui requiert votre expertise minutieuse.
- Mon expertise minutieuse ? Est-ce que ça signifie que je vais encore devoir causer des dissidents politiques ?
- Votre dernière assignation a eu son lot de complication. Mais je parle ici d'un autre problème : Haestrom.
- Haestrom ?! Vous comptez m'envoyer à l'autre bout de la galaxie alors que les Moissonneurs sont sur le pied de guerre ?
- Je comprends votre scepticisme, mais le soleil d'Haestrom se meurt sans aucune raison valable. Les Quariens eux-mêmes ignorent de quoi il en est, tout comme nous. Et c'est très regrettable ; si les Moissonneurs nous attaquent sur un autre front, nous devons nous préparer.
- Sans vouloir vous vexer, c'est un problème qui pourra être résolu après l'annihilation des Moissonneurs. Car si on ne les affronte pas directement, tout ce que l'on pourra connaître d'Haestrom sera inutile...
- Croyez-bien que je suis le premier concerné, Benam. Mais je ne vous ai pas demander de tergiverser sur les ordres que je donne. Je vous ai recueilli après votre départ de l'Alliance afin que vous deveniez l'un de mes agents les plus efficaces, pas pour que vous contestiez mes décisions. Rappelez-vous de la dernière fois où c'est arrivé.
- Vous... marquez un point. Direction Haestrom alors. Et Shepard ?
- Shepard a choisi de combattre sur un autre front. Même s'il se voile la face, on ne peut pas lui en vouloir.
- J'espère qu'il ne se trompe pas. Benam, terminé."

✗ Compte-rendu d'une vidéo extraite sur un soldat de Cerberus - 2187


Il fait noir. Aucune image n'apparaît. Juste un son : celui d'une voix grave et autoritaire, qui ordonne à ses hommes de "sécuriser le périmètre". On entend alors un grésillement ; sûrement l'agent de Cerberus qui règle son casque. Enfin, une lumière aveuglante jaillit de nulle part puis une image, d'abord floue, se manifeste. Il faut attendre quelques secondes avant qu'elle ne devienne réellement net. Le décor est apocalyptique : le ciel est grisâtre et nuageux, comme à la veille d'une tempête et une navette aux couleurs blanches et oranges trône fièrement sur de nombreux débris. Au loin, on peut entrevoir des buildings enflammés et un faisceau lumineux - pas facilement distinctif, mais visible. Soudain, les grésillements reprennent et on change d'environnement : l'agent parle à un de ses collègues. Ou plutôt une de ses collègues. Il ne cite pas son nom et se contente juste de lui parler de ce qu'ils viennent faire ici : avant l'attaque de la base principale, les troupes déployées dans les autres secteurs ont été priés de rejoindre la Terre au plus vite et d'attendre les ordres de l'Homme-Trouble. L'agent demande ensuite d'où son interlocutrice provient, mais ils sont interrompus par des cris et cette dernière par voir ce qu'il s'y trame. L'agent observe le paysage vide avec le viseur de son fusil, puis tourne la tête avant de finir par s'asseoir.
Quelques minutes plus tard, un nouveau protagoniste fait son entrée. Il porte une armure totalement noire et d'une seule emblème - celle de Cerberus. Il a les cheveux courts et clairs et son visage a l'air tourmenté par les batailles, notamment à cause de la cicatrice qui orne sa joue gauche. Il est calme, silencieux et ne semble s'intéresser qu'à l'homme penché sur ses plans, en train de configuré furieusement son omni-tech. Quand il se rend compte de qui est derrière lui, il se retourne et pousse un soupir.

- Vous devez être l'Agent Benam, s'exclame t-il. L'Homme-Trouble nous a prévenu de votre arrivée. Mes hommes sont déjà en place : on va lancer une contre-offensive ici et ici (il pointe ce qui semble être une carte). Vous, vous allez nous prêter main forte avec l'Atlas. Ça empêchera l'Alliance d'av... Ah, allô ? Je vous reçois cinq sur cinq chef. On a le feu vert ? Bien compris !

Le commandant de Cerberus se retourne, mais avant qu'il n'ait pu faire quoi que ce soit, deux coups de feu retentissent. Le commandant tombe à terre, pendant que le "traitre" envoie une frappe biotique sur deux autres soldats. La caméra tourne dans tout les sens - sans doute que l'agent est affolé. Il n'a pas non plus le temps de réagir. Sa compère est revenu et lui loge une lame bien placé. On entend l'agent toussé et il s'écroule, sans pouvoir riposter. La caméra est dirigée vers Benam. Ce dernier s'est accroupi près du corps du commandant. Il active son omni-tech, configure quelque chose puis on entend une voix, sans trop bien comprendre de quoi il s'agit.

- Ici Lleyton Benam, clame t-il. A toutes les unités : les ordres ont changé. Prêtez main-forte aux soldats de l'Alliance. Je répète : prêtez main-forte aux soldats de l'Alliance.

Il semble que la voix derrière le micro de l'omni-tool proteste. Il ne doit pas saisir toute la situation. Benam reste tout de même calme et attend que son subordonné finisse, tout en s'approchant de la caméra intégrée et donc de l'agent.

- L'Homme-Trouble a été... démis de ses fonctions, affirme t-il. Maintenant, faites ce que je dis.

Il finit en logeant deux balles dans la tête de son ex-allié, concluant ainsi la vidéo. Si cette vidéo dit vrai, alors Lleyton Benam est sans conteste à l'origine du changement de camp des dernières forces de Cerberus lors de la Bataille de Londres. Il a sauvé de nombreuses vies ce jour-là et donc, je crois sincèrement qu'il peut réintégrer l'Alliance. Mais Gates, faites attention. Il a servi l'ennemi pendant plus de deux ans... Qui sait ce qu'il pourrait faire.

✗ Rapport classifié « Opération Citadelle » - Contre-Amiral Edon Gates - 2191


(...) L'Opération Citadelle a beau avoir été un succès, je m'accorde le loisir d'émettre des réserves quant aux actions du Lieutenant Lleyton Benam. Si je n'ai rien à redire quant à sa docilité, il fait état que son désir de ne rien dire sur son entrevue avec le chef des terroristes est surprenant. En effet, comme précisé plus tôt, il a été le premier à rentrer en contact avec le dénommé "Sarkass". Il a souhaité négocier une reddition de son propre biais, en se mettant lui-même en danger et sous la coupe de ces rebelles vortchas. Et il en est ressorti vivant... ainsi que Sarkass. Or, je connais très bien le Lieutenant Benam. Je l'ai formé. Il était tout à fait apte, même seul, d'abattre nos ennemis sur le champ. Il lui suffisait d'une distraction et d'une arme. Mais il n'en a rien fait, préférant la négoce au combat. Et nous ne serons jamais ce qu'il s'est passé là-bas, ni ce qui c'est réellement dit. Le Lieutenant Benam s'en tient à une version et je respecte ça mais le retard qu'il s'est permis de prendre sur la mission a provoqué de nombreux dégâts, pour nos forces comme pour la Citadelle (...).

Pour en revenir au Lieutenant, je sais qu'il ne peut être tenu responsable de ces malversations terroristes et de leurs suites. Comme je sais que ses actes envers les réfugiés et ses coéquipiers doivent être reconnus et en tant que tel, j'appuierai son affectation permanente au SSV Midway. Néanmoins, je me réserve le privilège de lui faire passer des tests et d'ouvrir une enquête si mes soupçons s'avèrent vrais. Malgré le fait qu'il ait fait partie de Cerberus, il est revenu sous mes recommandations, appuyée par l'aide étonnante qu'il nous a fourni en convaincant certaines forces ennemies de se joindre à nous. A l'heure actuelle, c'est grâce à ça qu'il n'est pas emprisonné sur Terre. Et c'est ma responsabilité s'il devient un danger pour l'Alliance.

✗ « Dossier d'enquête sur le Lieutenant-Commandant L. Benam » - Cpt E. Torres, Eden Prime - 2198


Eden Prime fut un fiasco sans nom. J'étais en faction là-bas depuis maintenant deux années, après SECRET DÉFENSE et je me trouvais, comme chaque Samedi, au spatioport pour venir contrôler nos armes, tourelles et vaisseaux. Ce jour-là, précisément, le Lieutenant-Commandant Lleyton Benam était apparu à bord de son SSV Midway après avoir effectué une patrouille au sein du Secteur Exodus. Il m'a dès lors affirmé que son mécanicien avait mal estimé le carburant nécessaire à cette patrouille et qu'un accrochage avec un véhicule pirate avait légèrement endommagé ses moteurs. Il a donc demandé l'expresse permission au Colonel de pouvoir se poser pour effectuer des réparations. Une permission accordée. Pour ma part, je n'ai été prévenu de son arrivée que lorsque je l'ai aperçu au milieu de son équipage, à qui il a daigné accorder une pause bien méritée. Malgré mes contrôles à effectuer, je me suis octroyé le droit d'aller lui dire bonjour. Il discutait, par ailleurs, avec le Colonel. Ce n'est que quelques minutes plus tard que j'ai été prévenu par omni-tool que plusieurs de nos caméras étaient endommagées et que les tourelles ne répondaient plus. Les choses ont commencé à empirer à partir de là (...).

La rébellion menée par les civils et les mercenaires avait été si surprenante qu'aucun de nous n'a pu réagir promptement. Nous nous sommes défendus comme nous le pouvions et prendre la décision de s'enfuir avec un Mako pour regagner une base extérieure était une décision spontanée. Nous n'avons pas eu la chance de tous nous en sortir. La plupart des gardes affectés à la résidence du Gouverneur ont perdu la vie, de même pour les soldats postés au spatioport qui ont été les premiers à tomber. Ceux du "Palais" - le nom par lequel était désigné le centre administratif de l'Alliance - ont réussi à tenir l'endroit comme il pouvait mais l'explosion a soufflé la plupart des équipes présentes. Le Lieutenant-Commandant Benam avait, lui, pris la décision de passer par les constructions souterraines qui avaient été réaménagées pour faire office de sortie d'urgence, avant l'attaque de Saren en 2186. Le Caporal Allen et lui les ont exploré de manière à regagner le Palais. De mon côté, je devais reprendre le SSV Midway aux côtés de l'Artilleur Laito afin de posséder une force de frappe plus importante. Le plan était d'attirer l'attention des mercenaires et déjouer les défenses, qu'ils avaient brièvement réussi à contrôler, de manière à ce que les deux infiltrés puissent mettre fin à l'assaut. Nous pensions logiquement qu'il s'agissait réellement d'une insurrection et que même avec l'aide de quelques expérimentés, ils seraient vite déstabilisés. Mais nous avions tort. Le Midway a été abattu alors qu'il volait vers le Palais. Nous nous sommes fais capturer et nous avons été conduits jusqu'au repère qu'ils avaient établis au cœur même de la résidence personnelle du gouverneur et de sa famille, retenus en otage. Et c'est là que j'ai vu leur chef, "Machiavel", provoquer l'explosion du Palais. Sous mes yeux impuissants (...).

Au total, nous avons du rester là-bas plusieurs heures. L'homme qui nous retenait avait réussi à couper les communications, déviant les appels de détresse et maintenant la population sous son joug. Même si l'Alliance réagissait vite, il aurait fallu quelques jours avant qu'ils ne puissent débarquer et faire le ménage. Si le Lieutenant-Commandant Benam n'avait pas débarqué aux côtés d'une équipe de survivants pour l'arrêter, dieu seul sait ce qu'il serait advenu de nous ou de la colonie. La rébellion était réelle mais ce "Machiavel" a usé de ces faiblesses pour mettre les civils à genoux. Il n'avait aucun intérêt, aucune revendication. Il voulait se contenter d'attendre la cavalerie et de faire tout sauter. Tel que je l'ai affirmé, plusieurs bombes avaient été disposées partout dans la colonie principale. L'arrogance de ce terroriste aura néanmoins eu raison de lui puisqu'il pensait réellement qu'il n'y aurait plus personne pour s'opposer à lui. De fait, je maintiens ma version des faits. Les évènements se sont déroulés tels quels : le chef mercenaire et ses hommes ont été avertis de la présence d'ennemis au sein de la résidence et à l'instant au Machiavel a voulu exécuter le gouverneur et sa femme, le Lieutenant-Commandant Benam a forcé la porte de la pièce et a semé la confusion. Il a abattu les quelques ennemis qui se trouvaient là et a provoqué la suite de leur leader. Il a vérifié si nous allions bien, nous a détaché et est parti à sa poursuite. L'Artilleur Laito avait moins subis que moi donc elle l'a suivie immédiatement. J'ai profité de l'avance qu'ils avaient pour prendre une arme sur l'un des corps jonchant la salle et pour pouvoir les rejoindre. Au moment où je suis parti, le gouverneur et sa femme étaient encore vivants et j'ai aperçu des soldats alliés qui arrivaient non-loin de là.

Je suis donc aller retrouver ce Machiavel. Lorsque je suis arrivé sur place, le Lieutenant-Commandant le combattait, tandis que l'Artilleur Laito était par terre, en se tenant le ventre. Mon premier réflexe a été de l'aider. J'ai constaté qu'elle avait deux blessures par balles et en appuyant sur ses plaies, j'ai pu observer la fin de la scène : le Lieutenant-Commandant a désarmé son adversaire, lui a infligé un coup sévère dans la mâchoire et l'a poussé par-dessus le toit avec une projection biotique. Il est ensuite retourné vers nous... Et l'Artilleur Laito est morte dans nos bras...

Mais je le répète : le gouverneur et sa femme étaient encore en vie quand je les ai quitté. Et en aucun cas il n'a eu le temps de les assassiner. Personne n'a compris ce qu'il s'était passé mais ils étaient bel et bien en vie et c'est quand nous sommes retournés dans la chambre que nous avons constaté leur mort. Alors, en conclusion : ces accusations sont honteuses. Le Lieutenant-Commandant Benam n'est responsable de rien. Il était sur les lieux par hasard et sans lui, ni la colonie ni moi ne seraient debout à l'heure actuelle. De plus, il a perdu deux coéquipiers. Deux amis. Il ne mérite en aucun cas ce traitement.

✗ Entretien avec le Contre-Amiral Edon Gates - 2198


SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Amiral Gates, je vous en prie, asseyez-vous. Cela vous ennuie t-il si j'enregistre la conversation ?
ADM. EDON GATES : Hm. Non, aucunement.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Parfait. J'ignore si vous avez déjà entendu parler de moi.
ADM. EDON GATES : Non, navré. J'ai juste reçu une convocation du Service de Sécurité Concilien ce qui est, pour le moins, plutôt rare...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : En effet. Je vais aller droit au but : si vous êtes là aujourd'hui, c'est pour parler de l'un de vos hommes, le Lieutenant-Commandant Lleyton Benam.
ADM. EDON GATES : Benam ? J'ignorais que vous enquêtiez sur lui.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Inutile de gaspiller votre salive. J'ai lu l'ensemble des rapports concernant le Lieutenant-Commandant ainsi que les rapports de la Citadelle, d'Eden Prime et de Rannoch.
ADM. EDON GATES : Pardon ?! Rannoch est tenu secret défen...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Calmez-vous. J'étais chargé de l'enquête sur Rannoch, après le passage houleux de l'Alliance. C'est à partir de là que je me suis intéressé à votre homme.
ADM. EDON GATES : Qu'a t-il fait ? Nous menons déjà une enquête interne, si vous avez des arguments pour appuyer notre thèse, je vous en serai...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Ce n'est pas de ça qu'il s'agit. Mais j'aurai plusieurs questions. Vous allez devoir y répondre.
ADM. EDON GATES : Je n'ai aucune obligation...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Au contraire. L'Amirauté m'a autorisé à mener une enquête à votre égard. Alors restez assis, restez sage et répondez au question.
*silence*
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Bien. Pourquoi menez-vous une enquête sur Lleyton Benam ?
ADM. EDON GATES : Je... J'ai... Nous avons eu des soupçons dès la Citadelle et...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Non. Vous avez émis des réserves car c'était sa plus grande affectation suite à son retour dans l'Alliance. Une Alliance qu'il avait trahi pour renflouer les rangs de Cerberus. Vos doutes étaient raisonnables. Mais ils ne proviennent pas de là.
ADM. EDON GATES : Si, enfin...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Pourquoi menez-vous une enquête sur Lleyton Benam ? Est-ce à cause de Rannoch ?
ADM. EDON GATES : Et bien, la mission sur Rannoch s'est soldé par la mort de la sœur d'une Spectre et de notre témoin clé. Et le rapport mettait en cause une erreur du commandant Benam...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Donc il représentait un danger ?
ADM. EDON GATES : Un danger... Non... Pour tout vous dire, je le soupçonnais d'être mêlé à des assassinats sous couvert de ses missions.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Si c'est le cas, pourquoi ne pas l'arrêter tout de suite ?
ADM. EDON GATES : Je n'avais que des preuves circonstancielles. Je l'ai donc affecté à une patrouille régulière de nos colonies.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Hm... Ce qui l'a conduit sur Eden Prime.
ADM. EDON GATES : Et sur Eden Prime, rebelote ! Le gouverneur et sa femme ont été retrouvés morts dans des circonstances étranges.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Et c'est là que vous avez décidé de mener une enquête officielle.
ADM. EDON GATES : Oui. Il y avait trop d'évènements morbides à son actif, je ne pouvais plus laisser passer ça.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Et le verdict va bientôt être rendu. Je subodore qu'il sera négatif pour le commandant.
ADM. EDON GATES : Malheureusement... Aucune preuve ne prouve qu'il y est directement lié. Mais comme je l'ai dis, ça fait trop d'évènements... Ajouté à son passé, c'est trop lourd.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Mais si vous saviez parfaitement comment cela allait se passer, pourquoi avoir exigé la réparation immédiate du SSV Midway et avoir laissé Benam continuer ses patrouilles ? Il pourrait tenter de s'enfuir ou que sais-je.
ADM. EDON GATES : Mais... Je le connais depuis tout gosse et...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Et quoi ? Vous le surveillez depuis qu'il est revenu dans le corps de l'Alliance et émettez des pressions à son égard, allant jusqu'à bloquer ses promotions ou distinctions. Et depuis presque deux ans, vous le soupçonnez d'être mêlé à plusieurs assassinats sans avoir de preuve tangible et vous comptez torpiller sa carrière pour ça. Et vous voulez me faire croire que dans un élan de gentillesse, vous avez bravé votre rôle et vos obligations ?
ADM. EDON GATES : Vous ne comprenez pas.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Si, je comprends. Je comprends parfaitement. Ce n'est pas un acte de gentillesse. C'est du remord.
*silence*
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Cela fait des années que je traque Machiavel et son réseau, Gates.
ADM. EDON GATES : Machiavel ? Mais, c'est...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Celui qui vous graisse la patte. J'ai eu du mal à déterrer les comptes mais je les ai trouvé.
*on entend quelque chose s'écraser sur le bureau*
ADM. EDON GATES : Non, non, non, non...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Tout est dans le datapad. Machiavel ne laissait aucune trace. Pas de faiblesse. Excepté un Amiral qui s'engouffre de plus en plus dans le mensonge. Alors, c'est quoi l'histoire ? C'est votre ami d'enfance ? Votre maitre-chanteur ? Votre amant peut-être ?
ADM. EDON GATES : Ce n'est pas ce que vous croyez...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : C'est exactement ce que je crois. Vous avez trahi ceux qui vous tenaient en estime et tout ce en quoi vous croyiez pour un peu d'argent de poche, parce que vous êtes vil et avide.
ADM. EDON GATES : NON, C'EST FAUX ! Ce n'était pas comme ça, au début !
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Ah ?
*une porte s'ouvre*
ADM. EDON GATES : C'était juste des informations... Vous savez, on en arrive tous là à un moment... On a tous nos dettes à payer.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : De cette façon ?
ADM. EDON GATES : Je... Il m'a dis que c'était un agent du Courtier de l'Ombre. Et qu'une équipe de l'Alliance passant quelque part pouvait l'aider à obtenir plus aisément des informations. Ensuite, il me reversait une partie de sa prime et quelques informations avec.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Sérieusement ? Et vous n'avez rien vu venir ?
ADM. EDON GATES : Je n'ai compris qu'après Rannoch.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Alors vous avez éloigner Benam de tout ça. Et pourquoi ne pas avoir simplement avoué ?
ADM. EDON GATES : Mon nom aurait été sali. Et j'étais trop fier. Alors j'ai essayé de l'arrêter moi-même. Mais il l'a su.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Et Eden Prime était une représaille.
ADM. EDON GATES : J'ignorais qu'il était capable de ça.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Vous savez quel était votre problème, Gates ? C'était votre rôle de réagir. Et vous auriez du le faire quand il était temps. Désormais, vous savez comment ça marche. L'Alliance ne veut pas d'histoire. Eden Prime ne sera qu'une vague rebellion qui a mal tournée. Quant à vous, vous serez oublié. Messieurs, emmenez-le.
*un bruit de menottes retentit*
ADM. EDON GATES : Ne dites rien à Benam ou à ma famille... Je ne veux pas qu'ils souf..
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Taisez-vous ! Si vous teniez à ce que personne ne souffre, vous auriez du penser aux innocents qui ont perdu la vie par votre faute. Vous étiez censé les protéger et vous avez leur sang sur les mains. Vous y penserez chaque seconde, chaque heure, chaque jour lorsque vous croupirez dans une prison d'un coin perdu de la Galaxie. Et lorsque vous ne serez plus rien, vous pourrez regretter vos actes et votre égoïsme. Maintenant, hors de ma vue.
*un silence de plusieurs secondes s'installe*
ADM. EDON GATES : Au moins, Machiavel est mort. Lui ne fera plus de mal à personne.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Son corps n'a jamais été retrouvé. Jamais.

✗ Extrait d'un entretien avec Lleyton Benam - 2198

*une porte s'ouvre*
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Oui ?
LLEYTON BENAM : Superviseur Thymoris ?
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : C'est moi.
LLEYTON BENAM : Je me présente : je suis le Lieutenant-Commandant Lleyton Benam.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Je sais qui vous êtes, commandant. Que me voulez-vous ?
LLEYTON BENAM : Et bien, j'étais en passage sur la Citadelle car mon vaisseau, le SSV Midway, a été rappelé ici. On m'a appris que l'enquête n'avait rien donné et que mon nom a été lavé. Et j'ai aussi appris que c'était en partie à vous que je le dois.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Je vous remercie. Autre chose ?
LLEYTON BENAM : Si je ne vous dérange pas, j'aurai justement une question... Machiavel. Qui était-ce ? Pour qui travaillait-il ?
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Un assassin qui travaillait pour le plus offrant. Pourquoi cela vous intéresse t-il ?
LLEYTON BENAM : Il parait que je l'ai tué. C'est juste que... Enfin, je ne vais pas tergiverser plus longtemps. Je vous souhaite une bonne journée.
*silence et bruit de pas*
LLEYTON BENAM : En fait. Je n'ai toujours pas compris quel intérêt il avait à attaquer Eden Prime.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Vous pensez que ce n'était pas un simple assassin ?
LLEYTON BENAM : Il n'avait pas un comportement d'assassin. Il me rappelait...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Cerberus ?
LLEYTON BENAM : Oui. Ca peut paraître fou mais...
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Cerberus est mort, commandant. Avec l'Homme-Trouble. Nous le savons tous.
LLEYTON BENAM : Oh.
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Mais la Galaxie n'est pas en manque d'organisations secrètes malfamées. Et si je vous disais que, justement, vous n'avez peut-être pas tort. Peut-être qu'il y a anguille sous roche, comme vous dites, vous les humains.
LLEYTON BENAM : Je crois que dans le fond, ça dépasse mon accréditation.
*un rire est émis par la turienne*
SUPERVISEUR MORYN THYMORIS : Et bien, si ce n'est que ça, vous pouvez toujours nous rejoindre...



Apparence


✗ Évaluation des aptitudes - 2198

Dossier n°67 ▬ Patient : Lleyton Benam ▬ Docteur : Silas Helevan

Le Lieutenant-Commandant Lleyton Benam est un humain, masculin, doté d'une taille moyenne (1.85m) et d'une masse équivalente (86kg). Physiquement, il n'a pas de distinction particulière : cheveux châtains, yeux bruns tirant sur l'émeraude, pas de cicatrices visibles, pas d'anomalie enregistrée. Il est, en apparence, ce qu'il y a de plus normal. Il est à noter qu'il possédait néanmoins une griffure à la joue gauche qui a été chirurgicalement ôtée - cela se trouve dans son suivi médical fourni par l'Alliance et aussi, plus important, qu'il est atteint du "situs inversus", ce qui signifie que ses organes n'ont pas leur placement habituel et sont donc inversés.

Je lis dans son suivi qu'il a également à son actif plusieurs blessures osseuses et musculaires ainsi que diverses séquelles suite aux combats qu'il a enduré. J'ai en effet constaté une faiblesse au niveau de l'omoplate gauche ainsi qu'une légère luxation de la rotule de même côté. Les côtes K6 et K7 qui représentaient une surveillance annuelle ont l'air de s'être remises de leur traumatisme. Toutefois, des cicatrices, certainement créées par des impacts de balles, sont présentes sur le long de son abdomen. Il en possède exactement six. J'ai aussi remarqué la présence d'une légère incision près de l'oreille droite. Son passé mentionne son actif au sein de Cerberus. Je suppose donc qu'il fut l'un des premiers à tester le dispositif endoctrinant de l'organisation terroriste. Heureusement, ce dernier était inefficace et je ne constate aucune conséquence lié à ce dernier, qui semble avoir été ôté il y a plus de dix ans. Pas par l'Alliance, en tout cas. Bref, c'est tout ce qui est à signalé quant aux diverses lésions du patient.

Son test d'aptitudes, lui, est plus que positif. Il possède d'excellents réflexes et fait preuve d'une force étonnante. Ses divers entrainements reçus avec l'Alliance comme avec Cerberus n'ont permis qu'à renforcer un potentiel ayant atteint son maximum, je dirais. Aussi, il répond parfaitement à son implant L4 et maitrise sa biotique avec une aisance que l'on reconnait des anciens élèves de Grissom. Sur un plan apparent, physique et physiologique, je n'ai donc rien à redire des capacités de Lleyton Benam.




Caractère


✗ Évaluation psychologique - 2199

Dossier n°67 ▬ Patient : Lleyton Benam ▬ Docteur : Chloé Michel

J'ai rencontré l'Agent Benam à trois reprises. Avant sa phase de test, pendant sa phase de test et après sa phase de test. Mes premières impressions ont été qu'il paraissait déterminé, fiable et loyal à sa cause. J'avais aussi remarqué sa propension à perdre son calme quand les émotions venaient à le submerger, ce qui pouvait nuire à son travail et le conduire à un désir de vengeance inutile. Il n'avait en revanche pas l'arrogance et l'ambition que la majorité des candidats ont au moment du premier suivi psychologique. Son caractère pouvait s'apparentait à un mot : professionnel.

Au cours de nos entretiens, j'ai appris à mieux le connaître. J'ai pris plus ample connaissance de son dossier général afin de me faire une idée de l'homme en particulier. J'ai ainsi pu apprendre qu'il était passé par divers environnements plus ou moins accueillants. J'ai aussi lu les divers rapports de missions. Il fait état qu'il a subit plusieurs traumatismes et je comprends mieux sa discrétion. Mais il ne fait aucun doute que ce sont ses actions à l'époque de Cerberus - dont il parle le moins - qui mesurent ce manque de confidence qu'il entretient avec moi comme avec les autres. C'est ce sentiment de culpabilité qui fait de lui l'homme qu'il est réellement. Il cherche à se réparer pour les fautes qu'il a commise et pour les morts qu'il a engendré - celles du Caporal Allen et de l'Artilleur Laito, particulièrement. Ce n'est donc pas le vengeance qui pourrait l'alimenter mais la fatalité qu'un jour, il devrait se sacrifier pour payer ses dettes. C'est un sentiment fréquent que l'on observe chez les soldats, ce qui conduit en général à un acharnement de leur part ou à l'inverse, à une dépression dont ils se relèvent rarement.

Si je devais m'arrêter là, je ne reconduirais pas l'essai de cet agent. Or, j'ai observé d'autres caractéristiques chez lui qui me conduisent à une autre conclusion : il a un caractère fort et autoritaire. S'il n'est pas fait pour conduire une armée, il est en revanche tout à fait capable de diriger une équipe et de faire preuve de rationalité comme de clairvoyance s'il le faut. Ce sont des qualités indéniables qui le différencient des autres. Et de fait, je ne peux remettre en cause ni sa détermination, ni sa loyauté, ni sa fiabilité. Mes premières observations étaient fondées et je resterai là-dessus, recommandant l'accession définitive de l'Agent Benam au poste de superviseur.




Compléments

Signe(s) distinctif(s) : Aucun, en particulier.
Relations avec les autres : Discrètes.
Des liens prédéfinis ? Qu'avec des PNJs.


Hors Personnage

Célébrité sur l'avatar (seulement si besoin) : Jensen Ackles
Comment avez-vous connu le forum ? Devinez.
Est-ce un double compte ? Non.
Des remarques ?  8) 










Dernière édition par Lleyton Benam le Mar 22 Juil 2014, 12:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Courtier de l'Ombre
Rang : Maître Courtier
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2599-base-de-donnees-du-courtier-de-l-ombre


Messages : 361

MessageSujet: Re: Lleyton Benam - Agent "spécial" du SSC [100 %]   Dim 20 Juil 2014, 20:47
J'apprécie tout particulièrement l'historique et ce que ça soulève. Redman


L'esprit ne pourrait pas vivre sans se rallier aux fictions de la logique.
Revenir en haut Aller en bas
 

Lleyton Benam - Agent "spécial" du SSC [100 %]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Hall du Personnage :: Présentation des Membres :: Fiches Validées-