AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Taÿl Nezal Vas Adlëna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Taÿl Nezal Vas Adlëna   Ven 04 Juil 2014, 16:37



Registre Galactique des Espèces

Taÿl Nezal Vas Adlëna

Sexe : Mâle
Espèce : Quarien
Âge : 32 ans
Lieu de Naissance : Croiseur Keäyl
Faction : Sympathisant Rannochien
Grade : Ex-Pilote Patrouilleur de la Flotte Nomade
Métier : Freelance contrebandier/mercenaire
Parenté : Silväan Kirok Vas Keäyl (tombée au combat) et Xaïk Nezal Vas Qekbal (vivant)

Histoire



Née en 2168 sur le Keäyl, au sein de la Flotte Nomade, Taÿl Nezal Vas Adlëna appris dès sa jeune enfance à vivre et se débrouiller dans les conditions difficiles et habituelles Quariennes. Enfant turbulent et bagarreur, s'étant mis à dos plus d'une fois les voisins de chambré, les gardes de sécurité et même le capitaine du vaisseau en personne, il fut élevé tant bien que mal par ses deux parents : Silväan Kirok Vas Keäyl et Xaïk Nezal Vas Qekbal. Ces derniers allouant leur travail et la majorité de leur temps au soucis des autres eurent plutôt du mal à éduquer Taÿl selon les coutumes traditionnelles. Sa mère ayant été infirmière et son père opérateur mission dans un escadron de patrouilleur à l'époque, il fut très compliqué d'accorder du temps à leur fils. Celui-ci pris d'ailleurs l'habitude de sortir de chez lui lorsque que le cocon familial possédait un air de solitude... ce qui arrivait très souvent au sein de la petite famille de 3 individus.

Sans frère, ni sœur comme modèle, l'enfance de Taÿl ne tarda pas à se construire sur le séchage progressif des réunions éducatives Quariennes et autres rassemblement traditionnelles qui ne l'intéressaient guère. D'un caractère prononcé et têtu, bien que parfois habilement futé, il pris en plus la mauvaise habitude de se faire remarquer au sein de son croiseur natif. En manque de considération constante, il osa voler plusieurs fois des objets précieusement gardé dans les réserves du navire ou dans la réserve personnel du capitaine, ceci plus par défi que pour l'intérêt rapporté.
A l'âge de 15 ans, devenu un petit délinquant aux yeux du capitaine Näl, le fameux capitaine responsable du vaisseau, ce dernier dépêcha le père de Taÿl d'intervenir sous peine de l'exclusion de son fils par dessus bord. S'ensuivit d'une longue dispute entre les deux garçons de la famille débouchant sur l'acceptation forcé de la solution du père. Afin d'avoir à l’œil son fils, il le fit sortir plus tôt du cursus éducatif et le mis à travailler au sein de son escadron de patrouilleur en tant qu'agent de soutien technique.

Encore trop jeune et immature pour pouvoir passer le Pèlerinage, Taÿl s'intégra, évidemment forcé, à l'équipe de son père, sous les ordres du capitaine Dak, responsable du croiseur de guerre l'Adlëna. Malgré sa réticence il appris très rapidement à utiliser les outils techniques et se passionna pour la réparations et la maintenance des chasseurs. Sa réputation de réparateur et ses connaissances égalèrent au bout de quelques années celles de ses enseignants, rendant une certaine fierté à son père. Obtenant son statut de technicien supérieur à l'âge de 17 ans, il se fit connaître parmi l'un des plus jeune expert technique de la Flotte Nomade. Alors qu'on lui proposa un poste d'apprentissage pour devenir ingénieur à l'approche de son Pèlerinage, sur un vaisseau de recherche de la très réputé Amiral Xen, il refusa la proposition. Malgré sa passion pour la technologie, ses capacités exceptionnelles dans l'optimisation et l'augmentation de la performance des systèmes d'armements et autres systèmes énergétique ou électroniques, il pris la décision de devenir pilote de patrouilleur. Sa mère tenta de raisonner la conviction déterminé de Taÿl et son père n'y trouva rien à y redire, n'étant ni pour, ni contre. Cependant, le débat vint vite se stopper avec l'arrivé de la maturité de Taÿl. Le temps était enfin venu pour initier son voyage.


Le capitaine de l'Adlëna, qui connaissait bien le père du jeune Quarien autant que la réputation relativement changeante de celui-ci, accepta la demande de l'initié. Il lui promis aussi de lui offrir une place dans la formation au pilotage si son cadeau de retour était à la hauteur de sa requête : celle de servir patrouilleur pour l'Adlëna. C'est sur le champs que l'expert en technologie partis, motivé comme jamais. Et comme son père et sa mère lui déconseillèrent quelques endroits à éviter l'extérieur de la Flotte Nomade pour son périple, le téméraire s'y risque de passer en premier par ces destinations, rongé par une curiosité insatiable. Illium, Bekenstein, Carmala, Novéria, La Citadelle et ses secteurs les moins côtés, et même Tuchanka. Il explora un grand pan du monde civilisé galactique, mais c'est surtout sur Oméga où il finit par trouver enfin un travail et un objectif. Ainsi qu'un objet de valeur inestimable à ramener au capitaine : un chasseur asari Geissa AX_07 de dernière génération, gardé par un petit groupuscule mercenaire Turien dénommé Les Sangs-Noirs. Le seul problème étaient qu'ils étaient alliés... ou plutôt sous contrôle de la grande patronne du coin : Aria T'loak.

Taÿl voyait dans cette situation une opportunité d'obtenir ce qu'il voulait : il avait étudié et connaissait parfaitement la planque et le fonctionnement du gang des Sangs-Noirs. Après de long mois à gagner son gagne pain en tant que garagiste indépendant, cette connaissance du gang lui servit à convaincre de se faire « embaucher » par les Valkyries, un sérieux concurrent d'Aria sur la station. Son leader, bien qu'anonyme, mettait de plus en plus à mal la domination territoriale de la célèbre asari. C'était l'occasion en or de rapporter ce précieux chasseur à la Flotte Nomade.

Sur le papier, Taÿl ne s'occupait que des cargos et quelques vaisseaux de combat du gang, son cadeau d'entrée étant les informations à propos des Sangs-Noirs, il fut d'abord largement suspecté d'être un agent d'Aria. Cependant l'aide technique qu'il apportait au sein de l'équipe était tellement importante qu'il commença à se faire son petit nom sur les baies d'amarrages des Valkyries. Le jeune quarien ne manquait cependant jamais de se faire récrier par les remarques xénophobes constante des autres aliens. Cela l'avais endurcis sans qu'il ne s'en rende compte. Malgré ça, il se prit d'amitié avec un contrebandier qu'il côtoyait régulièrement et dont il s'occupait du vaisseau : un humain du nom de Kyle Bares. C'était quelqu'un de futé, d'incroyablement intelligent et qui ne faisait généralement confiance à personne. Au sein des Valkyries, bien qu'ayant une sale réputation c'était le membre le plus efficacement rentable de l'organisation. Cernant la forte personnalité de Taÿl il c'était d'abord montré distant, avant de le respecter progressivement, comprenant les capacités réelles du Pèlerin.

Kyle lui raconta toute son histoire de son monde d'origine jusqu'à Oméga : les attaques butariennes sur sa colonie pendant le Raid Skyllien, sa vie en tant qu'esclave sur Kentanak, la révolte puis sa fuite... Il appris aussi de lui les ficelles du métier de contrebandier : des tâches souvent simples... des situations toujours compliqués. Même si une partie de Taÿl admirait la vie difficile, l'audace et la réussite actuelle du hors-la-loi, une autre partie du quarien n'arrivait pas à supporter le manque de respect du revendeur, notamment lorsqu'il vendait de l'armement interdit à divers groupes xénophobe ou terroriste en toute connaissance. Même si il avait un caractère sacrément trempé, Taÿl sentait qu'il pouvait lui faire confiance et lui parla du chasseur des Sangs-Noirs et de son projet. Intéressé, Kyle lui promit d'aider le jeune voyageur dans son plan. Sa raison était simple, il avait eu quelques démêlé avec Aria par le passé et ce gang représentait un précieux atout pour elle.


Alors qu'entre-temps le passage de la Bataille de la Citadelle contre les Geths mis le feu à tout l'Extranet, Taÿl proposa à Kyle d’échafauder une ruse permettant de pointer du doigt les Sangs-Noirs comme un ennemie de la station entière. Le contrebandier, qui avait une certaine influence chez les Valkyries, convainc la direction de lui dépêcher une équipe des meilleurs hackeurs de la station, afin de corrompre les bases de données de la base des Sangs-Noirs. Bien qu'il ne puisse pas participer à la mission, Taÿl du attendre le retour de l'équipe d'infiltration dirigé par le contrebandier. Leur retour fut long mais ils avaient réussi leur coup... non sans avoir été repéré sur le chemin du retour. Kyle était le seul grièvement blessé de l'équipe et mourra quelques heures après son arrivé. Taÿl le regarda et appris ce qu'était véritablement la mort d'un coéquipier ce jour là.

Quelques jours après l'opération, la base des Sangs-Noirs fut réduit à néant par Aria, les Valkyries et pratiquement tous les autres organisations d'Oméga ennemies, qui se faisaient d'habitude constamment la guerre. Cette élan de mise à mort commun avait été motivé par la fausse information qui avait été introduite par l'équipe des Valkyries : le gang n'était en fait qu'une couverture d'un groupe de garde personnelles de Saren, et leur base d'opération n'était en fait qu'une ancienne cachette pour l'ancien Spectre Rénégat. Après la découverte de l'information, les pires criminels de la galaxie avait fait pacte ensemble, au sein d'un front commun, pour éviter la même catastrophe que ce qui s'était passé sur la Citadelle, les semaines auparavant. La dispute des miettes fut par contre beaucoup plus compliqué et une fois la base du gang et ses membres annihilé, la zone devint rapidement un no man's land. Assistant au combat qui faisait rage, à l'arrière du champs de bataille, Taÿl qui réparait les aéronefs décida de filer en douce avec l'un d'eux. Il se dirigea jusque dans le hangar, où ce qu'il en restait, de la base des Sangs-Noirs.

Sur place, il arriva à peine à proximité des chasseurs de l'ancien groupe Turien pour savoir qu'il risquait sûrement d'y rester. Son aéronef aux couleurs des Valkyries ne fit que remarquer l'attention sur lui : au bout de quelques secondes la navette avait déjà perdu son bouclier et ses principaux moteurs. Il atterri en trombe près des rampes de mise à feu du hangar, non sans écraser quelques mercenaires qui traînait là. Secoué mais toujours conscient, il réussit à trafiquer l'intérieur de l'aéronef et à faire redémarrer les systèmes d'alimentation : bien que la motorisation restait H.S, les boucliers et la tourelle principale du Mantis était de nouveau opérationnelle. Il réussit à abattre par surprise ceux qui l'avais pris pour cible et tout ceux qui continuait à tirer sur le vaisseau. A deux doigts de se faire submerger par le nombre de mercenaire en présence, un groupe de combat des Valkyries le sauva de peu des ennemies affaiblis. La zone étant sûr sur le moment, il sortis du Mantis puis réussit à trouver le chasseur en question dans une salle sécurisé et le remis en état de marche.

Après plusieurs heures de combats acharné à se disputer le territoire des Sangs-Noirs, les Valkyries essoufflés évacuèrent et regagnèrent leur base principale en pillant derrière eux tout ce qui était récupérable. Malgré la désobéissance de Taÿl et la perte du Mantis, le gang, en ayant pris l'avantage dans le hangar des Sangs-Noirs grâce à son intervention inattendu, avait gagné de quoi largement s'offrir 10 aéronef de même envergure, en plus des navettes, aéronefs et chasseurs récupérés. Cependant la joie des Valkyries et leur reconnaissance envers le Quarien fut de courte durée quand Aria furieuse découvrit le subterfuge des hackeurs du gang des Valkyries et qu'elle décida elle-même de récupérer ce qu'elle considérait lui appartenant. Même si leur gang avait gagné du matériel et des fonds, elle n'avait eu pas le temps de renouveler les hommes perdus lors de leur dernière attaque. Le petit gang ne fit pas long feux face aux forces de la reine d'Oméga. Taÿl profita de la confusion, suite à l'attaque massive d'Aria sur leur QG, pour voler le chasseur asari aux Valkyries et filer en douce de la station criminelle.


Le Pèlerin fit route pour rejoindre la Flotte Nomade mettant fin à sa quête après un an d'absence. Il fit cadeau de son chasseur au capitaine de l'Adlëna, qui impressionné par le présent ramené du Pélerinage du jeune technicien, tenu sa promesse en lui offrant une place dans la formation au pilotage des patrouilleurs de la Flotte. Après plusieurs années d'enseignement et de pilotage, il sortit de son groupe avec sa formation en main : en plus de connaître tous les aspects technique de son chasseur il était devenu un excellent pilote en peu de temps. Il rejoignit la patrouille de son père, honoré de voir son fils devenir à ses yeux l'un des meilleurs Quariens de toute la Flotte. C'était d'ailleurs l'un des seul pilote à réparer et entretenir lui même son chasseur de patrouille, son passé de technicien supérieur lui ayant offert cette avantage.
Participant aux missions de reconnaissances et de sécurité, au sein de l'escadron Vacile, il évolua pendant plus de deux ans aux côtés de son père et de l'Adlëna, attaquant et détruisant nombre de Geth. Pendant ces deux années, il trouva l'amour sur le vaisseau qu'il servait : une jeune technicienne du nom de Silen, qui s'occupait de son chasseur quand il n'en avait pas lui-même le temps. Comme lui, elle possédait un caractère particulièrement trempé, mais possédait un fond particulièrement attachant et rempli de compassion. Ils prirent le temps de se connaître, de connaître respectivement leur famille avant de se décider à s'unir ensemble, pour le reste de leur vie. Les parents des deux futurs conjoints étaient aussi sur la même longueur d'ondes et le petit groupe familial devint rapidement soudés en plus d'être amis. Le capitaine de l'Adlëna, toujours au courant de ce qui se passait sur son vaisseau, donna au futur père de famille un cadeau inestimable : le chasseur que Täyl lui avait remis lors de son Pèlerinage. Honoré par l'attention que lui portait son capitaine, il accepta de retrouver le fameux chasseur asari qu'il avait réussi a dérober lors de son passage sur Oméga. Il le retapa, en plus des améliorations déjà faite par quelques mains habiles Quariennes et le nomma le Gryphus. Quelques semaines après, alors que le pilote expert en technologie ne pouvait pas rêver d'un meilleur métier, d'un meilleur chasseur et d'une meilleur vie avec Silen, l'invasion Moissonneur débuta.

Profitant de la confusion galactique et des dernières découvertes de l'Amiral Xen, la direction de l'Amirauté rassembla la Flotte Nomade afin de reprendre le monde d'origine Quarien : Rannoch. Après de nombreux débats au sein de la communauté nomade, la décision fut tout de même appliqué et la guerre lancé contre les Geths, alors que la galaxie combattait, sans eux, une menace bien plus grande. Taÿl, même militaire, était partisan des décisions de l'Amiral Tali et de l'Amiral Korris. Même armé jusqu'aux dents, même préparé du mieux qu'ils pouvaient, l'attaque de Rannoch en plein territoire Geth signait leur arrêt de mort.


Cependant, la première vague offensive fut dévastatrice contre leur ennemies de toujours. Taÿl n'avait jamais autant détruit de frégate et chasseurs Geth de toute sa vie qu'à ce moment là. C'était presque trop facile pour lui et il considérait cela comme un mauvais pressentiment. La suite lui donna raison lorsqu'en orbite de Rannoch les Geths lancèrent la contre-offensive... dévastatrice contre la Flotte Nomade. Ayant eu l'ordre de protéger un sauvetage d'un vaisseau civil par l'Adlëna, son père aussi lui ordonna expressément de se rendre à la position du Keyäl, son vaisseau natif, pour le protéger. Sa mère était à bord et des croiseurs Geth avaient réussi à isoler le vaisseau-colonie avec d'autres vaisseaux civils désorganisés . Il désobéit difficilement à son père considérant que Silen était sur l'Adlëna et se devait d'être protégé à tout prix. Ce fut donc aussi la première fois qu'il vit son père désobéir à un ordre direct du capitaine, pour aller au secours, seul du Keyäl. De son côté, pris rapidement en tenaille par la myriade d'escadrilles Geth, l'escadron Vacile sans son moniteur principale ne fit pas long feux. La retraite vers l'étoile de Tikun fut très compliqué : en plus de la perte de plus de la moitié de son escadron, le Keyäl fut réduit à l'état d'épave avec le reste des frégates civiles Quariennes. L'Adlëna avait subis de gros dégâts mais tenait encore avec un bout la Flotte Nomade présente.

Le désespoir gagna rapidement les rangs lorsque qu'après son retour sur son vaisseau l'Amiral Raan fit demi-tour pour aller sauver le reste du gros de la Flotte Nomade, pris au piège en orbite de Rannoch par un énorme cuirassé Geth. Endommagé, à court de puissance de feu et d'hommes, le groupe réussit tout de même avec l'énergie du désespoir à ouvrir une brèche dans le périmètre de la flotte Geth. Plusieurs minutes après, l'intervention furtive de Shepard donna l'avantage aux Quariens, qui purent regrouper la flotte un peu plus loin de Rannoch après la destruction du cuirassé.

Environ une demi-journée s'était passé, avant l'assaut final contre la flotte entière des Geths. Les forces s'étaient réorganisé et défendait leur position des Geths, non loin de leur planète natale. Alors que l'héroïque commandant Shepard donnait l'assaut afin de libérer les Geths du contrôle Moissonneur, Taÿl rejoignit le rang avec des pilotes survivant et formèrent un escadron provisoire : l'escadron Harem. Bien qu'à 21 ans, restant le plus jeune pilote, on le désigna comme le leader du nouveau groupe d'attaque. Le combat fut beaucoup plus ordonné que le premier assaut Quarien, mais aussi beaucoup plus mortelle. Les deux flottes se faisaient face et se tiraient dessus, campés sur la défensive, pendant que les escadrilles tentaient d'intercepter les missiles sans tenter de foncer sur l'ennemie. Pour ainsi dire, les pertes furent négligeables comparé aux confrontations précédentes, et la Flotte Nomade fut sauvé avec l'Adlëna et Silen. Le combat avait été en effet stoppé par Shepard et les Geths était devenu inoffensifs contre leur créateur. Un pacte de cessez-le-feu avait été rapidement instauré et les Quariens furent autorisés de rejoindre la planète. Les synthétiques, qui eux ne connaissait pas le sentiment de vengeance, aidèrent en grande majorité les volontaires Quariens qui acceptait leur approche.

Après une victoire amer sur Rannoch, Taÿl, son père et Silen, qui avait elle perdu toute sa famille dans le conflit, ne purent s'offrir le luxe de prendre du repos. Bien que tous ayant de la rengaine contre les Geths qu'ils avaient combattus, ils durent mettre difficilement leur envie de vengeance de côté et la détourner contre les Moissonneurs. Taÿl compris que la faute était la leur, que l'Amirauté était la véritable cause de la mort de sa mère, mais son père ne le vit pas ainsi, gardant toujours cette haine enfermé contre leurs nouveaux alliés inattendu. Pour le pilote du Gryphus leur amiraux auraient des comptes à rendre après cette guerre. Quoiqu'il en soit, tous comprirent avec l'arrivé de Shepard et son intervention, que la nécessité primordiale pour le moment était la destruction des Moissonneurs.


Avant la très connu Bataille de la Terre, l'escadron Harem fut déployé sur l'enfer de Palaven avec une grande partie de la Flotte lourde quarienne. Bien que les Moissonneurs reprenaient peu à peu l'avantage en usant l'alliance krogano-Turienne, les renforts Geth et Quariens déclenchèrent la surprise chez les secourus comme chez les assaillants. Pendant une semaine, le front Moissonneur fut mis à mal comme jamais, permettant l'évacuation de nombreuses forces militaires et civiles ainsi que le sauvetage de nombreuses flottilles Turiennes dispersés entre Ménaé et Palaven. Alors que la flotte Geth coupait l’approvisionnement des ressources Moissonneurs en direction de la planète Turienne, la flotte Quarienne débarquait les Marines de la Flotte Nomade et apportait un soutien précieux à la flotte Turienne, prenant le temps de réorganiser l'immense armada.


L'escadron Harem brilla les premiers jours en assistant les troupes de aux sol et couvrant les débarquement Quariens. Puis elle prit un élan héroïque en prenant au piège deux Moissonneurs sur la face caché de Ménaé, soutenu par les escadrilles de chasseurs Turiens et la flotte quario-Turienne. La destruction extrêmement difficile des deux monstres métallique par la puissance de feu terrestre et spatiale avait redonné espoir en la bataille. Mais les Moissonneurs étaient patient. Bien que leur flotte, dispersés au fil de l'invasion, étaient harcelés en permanence par les trois flottes Geth, Turienne et quarienne, leurs pertes se comptait sur le bout des doigts. Ils prirent donc le temps de se regrouper pour contre-attaquer en masse et briser le blocus de la coalition allié. Les choses se compliquèrent très vite lorsque de nouveaux Moissonneurs arrivèrent en orbite de Palaven. Les flottes Turiennes se firent tailler en pièce, obligeant ceux-ci à reculer et abandonner leur position défensif autour de la planète et de la lune. Le débarquement Moissonneur, bien qu'attendu par les défenseurs, redonna l'avantage à la conquête planétaire, de nouveaux en progression.

Le replis général des flottes et des troupes encore en état de combattre avait été donc ordonné par le Primarque, donnant suite à une évacuation chaotique. Taÿl, dans ce qu'il considérait comme une bataille bien plus mortelle et détestable que celle de Rannoch, perdu de nombreux hommes en combattant aux côtés des pilotes Turiens. « Prenez un pilote Turien et demandez le de se jeter seul contre un Moissonneur. Il le fera. Demandez lui de battre en retraite avec le reste de ses gars. Il se jettera contre le Moissonneur. » disait Taÿl régulièrement pour citer l'audace Turienne qu'il considérait parfois trop proche du suicide. Ensemble ils apportaient tout de même le plus de frappes terrestre et de temps afin d'évacuer toutes les troupes vers les vaisseaux d'évacuations. Le Gryphus fut plus d'une fois touché et plus d'une fois réparé très efficacement par Silen et Taÿl. Se voyant régulièrement sur l'Adlëna, savant que l'heure final approchait, ils profitèrent une dernière fois de leur nuit...

L'évacuation de toutes les troupes et vaisseaux possibles avait été effectué, mais malgré ça tout le monde savait que des groupes isolés n'avaient pas pu être sauvés. La résistance acharné de ces derniers survivants n'avait pas fait hésité plusieurs fois le gros de la flotte d'évacuation à faire demi-tour. Taÿl avait autant de remord que ses confrères Turiens à laisser ce champs de bataille, là où lui aussi il y avait laissé ses hommes. Son père, qui était sous ses ordres et heureux rescapé de ce second massacre, vint cependant le soutenir moralement. Tout deux comprenait que ce replis permettrait d'assurer la victoire de l'ultime bataille. Un lourd tribu que de laisser Palaven aux Moissonneurs... mais un tribut encore plus lourd que de laisser la totalité de la flotte Turienne se faire détruire. Sans l'intervention korgane et celle de Rannoch c'était ce qui aurait put se passer et Taÿl, qui le savait, repris confiance en se disant que ce n'était pas encore terminé. Silen et lui s'apportait mutuellement leur soutien moral. Son amour pour elle lui redonna du courage avant chaque combat. C'était son unique façon de vivre, de s'accrocher a survivre dans le chaos de la bataille.


Caché pendant trois jours dans une nébuleuse opaque d'un système d'un secteur inconnu, faisant tout leur possible afin de remettre la flotte en état de combattre, caché aux yeux des Moissonneurs, un signal de ralliement fut capté. Le gros de la flotte Turienne et les deux petites flottes Geth et Quarienne se mirent en position de combat puis partir vers le système Helios, la Terre. L'Amiral Hackett, véritable organisateur du ralliement galactique, diffusa un discours à toutes les flottes alliés. Un discours court mais un discours que Taÿl sentit passer au plus profond de son être et qui, comme les rescapés Krogans et les Turiens proche de lui dans le hangar de l'Adlëna, redonna une furieuse et inébranlable motivation que seul les organiques pouvait connaître : l'espoir. Une heure suffit pour que les plus grosses flottes de la galaxie, Asari, Turienne, Quarienne, Geth, humaine, parmi tant d'autres, sortirent ensemble du relais Charon.

Shepard et le Normandy était le fer de lance de cette immense armada qui comptait se jeter sur les Moissonneurs. L'Adlëna et le reste de la flotte quarienne déployé sur Palaven se regroupa avec le reste de la Flotte lourde, et ce fut pareille aussi avec la flotte Turienne qui se regroupa autour du cuirassé du Primarque, les Geth de leur propre cuirassé principale ; ayant été nommé récemment Légion sur les senseurs d'identification en l'honneur du Geth qui avait rendu la liberté à son peuple. Détail subtil que remarqua Taÿl lorsqu'il embarqua dans son chasseur et qui le fit sourire intérieurement.


Alors que la flotte Épée tira deux salves destructrice en cascade, le signal du lancement de l'escadron Harem fut lancé. Des pilotes Turiens d'escadrons survivant, qui avait eu l'autorisation de rester dans l'escadron Harem après Palaven, accompagnèrent les pilotes Quariens dans la manœuvre. Taÿl n'avait jamais vu autant d'escadrilles alliés de toute sa vie, ni autant de vaisseaux. Quand il passa devant le Normandy, Shepard lança l'ordre général d'attaque. Les premières escadrilles humaines de Trident firent le premier assaut sur les Occulus ennemies. Peu de temps après tout devint confus. Des chasseurs qu'ils ne reconnaissait pas couvrait leur flanc, suivis des Turiens qui appuyèrent la percée humaine devant eux. Taÿl détourna son regard un instant sur l'étendu de la flotte Moissonneur et compris qu'il s'agirait sûrement de son dernier combat. L'escadron Harem s'élança avec les derniers groupes de combat Quariens et Geth juste au moment où les deux armada venaient de s'entrechoquer. L'espace d'un instant, le vide obscur de la galaxie s'illumina comme un millier de brasier.

Des heures durant, après le débarquement de Marteau, l'escadron Harem avait déjà perdu la moitié de ses effectifs. Épée était en déroute mais innovait constamment leur attaque afin que les Moissonneurs retiennent leur attention sur eux et non sur les troupes au sol. Alors que l'ultime assaut terrestre avait miraculeusement réussi, Taÿl, son père et le seul pilote Turien survivant de Harem s’encourageait et se soutenait de toute leur force contre le nombre d'escadrons ennemies qui ne cessait pas de se réduire. Esquivant de peu un tir d'un cuirassé Moissonneur, Taÿl identifia l'Adlëna et quelques vaisseaux Geth engager de front un Moissonneur. Taÿl, sachant que Silen était à bord, tira de bord pour essayer de détourner l'attention de l'énorme tueur métallique. Bien que puisant toute l'énergie du vaisseau dans ses tirs pour que le Moissonneur change de cible, le chasseur ne fit qu'érafler le bouclier de sa cible. C'était trop tard. Le Moissonneur prit le temps de détruire un à un les croiseurs qui lui faisait face... ce qui fit perdre à Taÿl son sang-froid.

Agissant de la même manière que ce qu'il disait sur les turiens, le jeune pilote fonça sur le Moissonneur de front, en se mettant bien en joug. Cible tentante pour son adversaire, celui-ci tira deux salves d'énergie principales sur le petit vaisseau. Il les esquiva de peu en faisant un tonneau, avant de virer furieusement entre les systèmes de défenses laser, semblable au système Gardia des navires conventionnelles conciliens. Son bouclier fut touché et son cockpit endommagé. Bien qu'étant absolument inoffensif contre une cible mille fois plus grande que lui, il fit tout ce qui était possible pour la rendre furieuse et attirer son attention. Xaïk, son père, et Narius, le pilote Turien, vinrent l'aider après s'être débarrassé d'un groupe d'Occulus qui les pourchassaient. A trois ils permirent de distraire le Moissonneur assez longtemps avant que deux escorteurs du Creuset, des cuirassé humains, dont le vaisseau de Hackett, le Kilimandjaro, démolirent le Moissonneur en tirant plusieurs salves. Le Creuset put passer puis s’amarra quelques minutes plus tard à la Citadelle en mouvement.

Une dizaine minute encore acharné passa, Taÿl voyait progressivement son chasseur perdre toute son énergie dû à la brèche dans son poste de pilotage. Fort heureusement pour lui et pour le reste de l'escadron, le Creuset s'apprêta à tirer et l'ordre d'évacuation général avait été déclenché. Sans prendre la peine de chercher à trouver un vaisseau quarien, il atterrit en trombe sur le vaisseau le plus proche de leur position, un croiseur de l'Alliance, qui passa en saut SLM quelques secondes plus tard. C'était fini... enfin fini.


Peu de temps après la bataille de la Terre, peu de temps après la fin de la Grande Guerre, Taÿl et son père rejoignirent Rannoch. Juste avant leur départ, avec Narius, l'escadron Harem fut cependant décorés par la Hiérarchie Turienne et l'Amirauté Quarienne pour leur rôle héroïque sur Palaven. Ceci n'empêcha pas la grave dépression de Taÿl dut à la disparition de Silen mais aussi des valeureux pilotes mort sous ses ordres. Son père, lui aussi ne put réprimer sa tristesse : sa femme était morte dans le Keyäl et il avait perdu la plupart de ses amis dans cette maudite guerre. Après avoir honoré leur mémoire du mieux qu'ils purent, le père et son fils reconstruisit un foyer sur Rannoch, tel que leur épouse respective aurait voulu qu'il soit. Narius contactait régulièrement les deux Quariens pour prendre de leur nouvelles, bien que dans une situation semblable, il savait que l'espèce Quarienne était particulièrement sensible par la mort de proches. Le Turien, même si moralement plus solide, cherchait aussi une forme de réconfort en parlant avec ses anciens coéquipiers. Xaïk et Taÿl purent avoir une permission du service militaire fortuite pour des héros de guerre. Ajouté à cela de leur état mental encore atteint par une certaine forme de dépression, de l'alcoolisme chez le père de Taÿl, ils purent récupérer le temps d'une année de repos.

Puis vint le temps de la reconstruction des grandes villes Rannochienne... et de la cohabitation avec les Geths. Xaïk ne supportait pas l'idée d'une tel « alliance » avec les synthétiques. Noyé encore plus dans l'alcool que la tristesse, il se disputait régulièrement avec Taÿl. Il lui reprochait de n'avoir pas sauvé sa mère lors de la bataille de Rannoch, l'insultant même jusqu'à disant qu'il n'a même pas été capable de sauver Silen non plus. Taÿl le pris particulièrement mal, et lui et on géniteur se battait souvent dans leur baraquement improvisé. Le pilote du célèbre Gryphus réussit directement à s'arranger avec l'Amiral Raan pour mettre un terme à la carrière militaire de son père et de le faire suivre pour son état de santé. Alors que son père était dans un état de débauche déplorable, Taÿl, bien que devenu beaucoup plus empathique que la personne qu'il était autrefois, tenta de reprendre sa carrière de patrouilleurs, non plus de la Flotte Nomade, mais de Rannoch après la sédentarisation Quarienne. Cependant, bien qu'il réussit à remettre son Geissa AX_07 sur pied, il n'arriva plus à se concentrer lors des missions de patrouille et eu de terribles angoisses pendant le pilotage de son chasseur avec le reste de son nouvelle escadron. Bien qu'on lui proposa un autre chasseur, il refusa catégoriquement, réessayant chaque jour de se contrôler lorsque la violence des combats passés resurgissaient subitement dans ses souvenirs.

Jugé par la suite inapte au vol par les psychologues militaires, son statut et son dossier lui permirent d'avoir un excellent poste de second capitaine d'un croiseur de la flotte Quarienne. Il quitta tout de même la vie militaire définitivement, ne voyant pas sa vie autrement qu'en vol, commandes en main. Il demanda une ultime requête qu'on lui accorda avec difficulté : emporter le Gryphus comme souvenir et présent des années de services qu'il avait sacrifié pour sauver des vies. « Vies mises volontairement en danger par l'Amirauté quand vous aviez décidé de sauter sur les Geth sans demander notre avis. » précisa-t-il dans sa demande. Bien que mal vu par certain Amiraux, sa demande exceptionnelle fut accepté et son départ fut salué avec le respect du code d'honneur Quarien.


Après cela, plus rien ne le retenait sur Rannoch, hormis des souvenirs de proches perdu et son père alcoolique qui hantaient sa vie. Il l'abandonna sans lui dire d'adieux, le laissant croupir dans son centre médical d'assistance morale avec les nombreux Geths que Xaïk haïssait tant. Il imaginait déjà la scène imaginé d'ici : « Rannoch Local News : Aujourd'hui, un double meurtre de Geth d'assistantes médical a eu lieu dans un centre médical d'aide psychologique. L'ancien militaire Xaïk Nezal... ». Il eu un sourire farouche rien qu'ayant cette idée lui passant dans la tête. Taÿl n'était pas mauvais au fond, juste de temps en temps, sa nature espiègle d'autrefois refaisait surface. Il respectait son père plus que tout au monde, mais ne respectait plus le Quarien alcoolique qu'il était devenu.

Remémorant ses souvenirs de voyages lors de son Pélerinage, il prit tout les crédits qu'on lui avait attribué et se volatilisa en direction de Palaven, aller voir un vieil ami. Arrivé sur la planète, il pris contact avec Narius et les deux anciens coéquipiers se retrouvèrent chez lui. De son côté, le turien avait refait sa vie. Toujours militaire, surclassé dans la Hiérarchie à la tête d'une frégate, il avait enfin fondé une famille, un foyer, des gens et une nouvelle Palaven à défendre. Taÿl lui raconta l'histoire de son père et son histoire après la guerre, ce qui ne manqua pas de surprendre le turien. Ayant eu des cas similaires que Taÿl sous ses ordres, même bien longtemps après le conflit, Narius conseilla au jeune Quarien de faire dans le long-courrier ou du courtage privé. L'idée retenu l'attention de l'ancien chef de l'escadron Harem, qui expliqua que le problème était plus un problème de pilotage que le métier en lui même ; malgré sa sortit du son contexte militaire, le pilote ressentait toujours des angoisses lorsqu'il volait avec le Gryphus. En effet le trajet pour Palaven fut beaucoup plus difficile qu'il ne l'aurait prévu. Narius lui proposa d'acheter un autre vaisseau, ce que Taÿl refuse catégoriquement, au départ. Après que son collègue turien insista à plusieurs reprises, Taÿl finit par accepter « d'essayer » autre chose. Narius, qui connaissait parfaitement le type de pilotage que préconisait Taÿl à ses adversaires, avait déjà un vaisseau en tête.

Le lendemain, ils se rendirent ensemble chez un fabricant de racer de course : Vekara Sport. Narius lui proposa d'essayer le Siliusis I-LM2, une navette d'interception à caractère militaire, aux performances très semblable à celui d'un chasseur de combat. Il le fit, non sans broncher... et il n'eu aucune angoisse durant la durée du vol d'essaie. Très septique, il dut reconnaître que la navette l'épata, tout autant dans sa conception élangante, sa résistance, sa furtivité et son potentiel de combat. Le parfait joujou pour les bons mercenaires, mais aussi une arme terrible entre de mauvaises mains. Narius s'arrangea avec la direction de l'insdustrie turienne pour baisser le prix coutêux de la navette pour son ami. Taÿl acheta le modèle et le renomma, le Silen, comme le nom de sa femme décédé. Ne sachant quoi faire du Gryphus, il fut sur le point de le revendre mais Narius intervenu en lui proposant de le garder précieusement dans son hangar personnelle, jusqu'à ce que Taÿl puisse de nouveau essayer de le piloter un jour. Pour le capitaine Turien, ce vaisseau était devenu un emblème de la défense acharné de Palaven contre les Moissonneurs. Rien que de s'imaginer le montrer à ses enfants, sa femme et ses amis, tout en racontant les actes héroïques de cette semaine de bataille violente, le remplissait de joie. Taÿl, qui faisait totalement confiance à Narius, le remercia du fond du cœur et le Turien fit de même, heureux et honoré de pouvoir garder le Gryphus. Taÿl rassembla ses affaires, n'oubliant l'aide inestimable de Narius envers lui, il se firent les adieux et l'ancien pilote Quarien commença alors sa vie de vagabond. Du « Freelance » comme il préfèrait se dire à lui-même.


Pendant les années qui suivirent, il travailla comme courtier privé comme lui avait conseillé Narius. Cependant, malgré la demande de travail qui n'en finissait pas, la paie était misérable et Taÿl s'ennuyait presque durant ces livraisons. Il était en manque d'action en plus de difficilement rentrer dans ses frais. Un jour, il repensa à ce qu'il avais appris pendant son Pélerinage et sur Oméga. Se rappelant des histoires et des conseils du contrebandier humain Kyle, au sein des Valkyries, il se mit alors au contrebandage de marchandises et se fit rapidement de l'argent. De plus, il avait beau être un ancien militaire, considéré comme un ancien héros de guerre, la vie de hors-la-loi le stimulait comme jamais. Il ne se sentait jamais à l'abri d'une arrestation, ou d'une attaque de pirate : il avait toujours de quoi s'occuper et ne manqua pas de frôler quelques situations dangereuses. Les Systèmes Terminus et la Travée de l'Attique étaient devenu ses zones de prédilection pour ça.

Par la suite, étant discrètement renommé au sein du marché noir, il diversifia ses activités en fonction de se qu'il savait faire : récupération de matériel technologique, réparation et revente, mercenariat dans la protection privé ou l'attaque de convois d'esclavagistes, fournisseur d'armements... Tout ce qui était à la limite raisonnable et moins scrupuleux que ce que Kyle faisait. Cependant, il n'hésitait pas à piéger certains groupes d'extrémistes, d'esclavagistes et autres organisations à caractère terroriste, qu'il considérait « comme des fils de putes de renom », en leur filant des marchandises défectueuses ou piégés en explosifs pour les cas les plus extrêmes. Ces manœuvres lui ont valut de se faire pas mal d'ennemies mais aussi un grand nombre d'alliés au sein des hors-la-loi et même de l'espace concilien.

Bien que considéré comme un criminelle de premier ordre, toujours à l'heure actuelle, il prend toutes les précautions nécessaires afin qu'on ne le trouve pas. Rebuté de faire ce choix, mais n'y voyant pas d'autre solution, il dut envoyer récemment une demande d'aide au Courtier de l'Ombre en échange de ses services. Restant sur sa planque de Gorvug ; en attendant patiemment la réponse du Courtier le plus dangereux de la galaxie ; il en avait fait, au cours de ces deux dernières années, à la fois son atelier, son hangar et sa zone principale de récupération technologique sur l'ancienne déchetterie planétaire. L'endroit parfait pour un vagabond freelance comme lui.



Apparence


La tenu de Taÿl passe souvent inaperçu dans les endroits où la concentration de population est dense. Muni d'une capuche et d'un foulard, il évite ainsi que ne l'ont reconnaissance de loin qu'il s'agisse d'un Quarien et de près qu'il ne s'agisse de sa combinaison et son casque spécifique qui le démasquerait sur son identité. Sa combinaison est d'ailleurs beaucoup plus adapté au pilotage et à l'exploration d'exoplanètes que pour le combat. Cependant, la configuration avancée de Taÿl sur sa propre combinaison a permis de réduire ce défaut au maximum en cas de coup dur. Il est également muni de grenades et autres gadgets dans ses nombreuses poches, souvent cachés derrière des bandes de tissus carbonée, toujours prêt à un quelconque affrontement dans les endroits où il se rend. Hormis ces quelques détails qui le caractérise, il ressemble à la plupart des vagabonds et pèlerin Quariens qui errent seul dans la galaxie, ce qui favorise encore mieux son envie de discrétion.



Caractère


D'un premier abord têtu et effronté, Taÿl utilise relativement ses deux traits de sa personnalité pour cacher son esprit ouvert et lucide, toujours curieux de la moindre information à prendre. S'étant beaucoup assagi et endurcis en même temps sur Oméga lors de son Pèlerinage, ayant appris à cacher ses émotions aux yeux de ses interlocuteurs, il se montre calme et discret en public mais est totalement confiant en ses capacités, voire à la limite de la vantardise lorsque l'on vient l'aborder. Malgré cela, il connaît parfaitement ses limites et préfère être sur-estimé que sous-estimé afin d'éviter les problèmes durant ses voyages d'affaires. Bien que régulièrement solitaire, il convainc relativement bien les autres de la qualité de ses produits ou de ses capacités à en garder une en toute sécurité. Cela lui sert plutôt bien quand il négocie avec des marchands volus méfiants ou qu'on le contacte pour un contrat spéciale.
Même si il a le sens des affaires plutôt pragmatique, un côté plus responsable et protecteur de sa personnalité peut sembler ressortir, notamment lorsqu'il revend des marchandises parfois dangereuses ou détériorés : il préfère cibler des marchands sans scrupules, riches et qui ne respectent pas les règles du marché galactique, comme lui, que de vendre à d'honnêtes marchand gagnant leur vie comme ils peuvent.



Complément d'informations


Signe(s) distinctif(s) : Aucun hormis sa tenu de vagabond
Relations avec les autres : Aucune



Dernière édition par Taÿl Nezal Vas Adlëna le Mer 09 Juil 2014, 01:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Courtier de l'Ombre
Rang : Chasseur de Prime
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2550-krelek-aelos
http://www.masseffect-reborn.fr/t1449-journal-de-bord-krelek-aelos


Messages : 676
Crédits : Moi-même

MessageSujet: Re: Taÿl Nezal Vas Adlëna   Mar 08 Juil 2014, 13:07
Mouais, bof bof. Tout ce texte qui pourraît être simplement être résumé par : "mon perso est un aspirateur lol" Trollface

Non allez, je déconne mon cher Syneos, ton personnage est cool Fishman








Revenir en haut Aller en bas
 

Taÿl Nezal Vas Adlëna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Anciennes fiches-