AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Rhadamanthe Ferel'is

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Rhadamanthe Ferel'is   Mer 23 Jan 2013, 20:57


Registre Galactique des espèces

RHADAMANTHE FEREL'IS

Sexe : FEMININ (hein, Mel Suspect )
Race : Asari
Âge : 256 ans
Planète d'origine : Illium
Faction : Aucune pour le moment
Poste/grade : NA
Situation : Bonne
Parenté : Aucune intéressante


Histoire


En me penchant sur ma vie j'aurai tendance à dire que j'ai connu des hauts et des bas de manière complètement désordonné. Mes premières années furent tranquilles, calmes, sous la tutelle de parents aimant.Une vie simple, facile. En y repensant, j'ai toujours un petit sourire triste et nostalgique. Ma vie n'a pas connu dans un premier temps d’événements notable. Je passais le plus clair de mon temps à me trémousser dans toutes les boites de nuits de la galaxie et à m'amuser. L'avenir ne m’intéressait pas et encore moins le mien. Les études pouvaient attendre, la biotique aussi, j'avais le temps, mille ans de fun devant moi. Et puis un jour … un jour je me suis retrouvé à me faire approcher par un petit volus dans une soirée à la Citadelle. Celui-ci commença à me parler de carrière, de don, de caméra. Il était producteur de cinéma. Bien sûr je le voyais arriver de loin pensai-je, la petite boule asthmatique voulait sans doute me mettre dans son lit …. ou équivalent … ils font comment ceux là en fait ?? Mais peu m'importai, je pris la carte en souriant poliment et en l'oubliant aussitôt.

Pourtant deux jours plus tard je me présentait à l'adresse. Devant moi s'élevait un bâtiment portant une enseigne respectable et ô combien respectée. J'entrai un peu incrédule. La réception me guida, et plusieurs étages plus haut, un petit volus visiblement très heureux de me voir m’accueillit. Oh je n'étais pas rassurée pour autant. Je ne voulais certainement pas me retrouver en tant que pin up dans Fornax ou autre saloperies de ce genre, et encore moins que ce bonhomme profite de moi. La vitre derrière son bureau renvoyait mon reflet. Oui j'étais belle. Ce serait assez faux de dire que je n'en profitai pas honteusement parfois, mais je ne me voyais pas belle au point de mériter ce genre de coup de chance de la part du destin. Et pourtant. Entre des respirations sifflante, le volus m'expliqua qu'il avait peut-être un rôle pour moi. Un petit rôle. Déjà je me carrai mieux dans le fauteuil. Ça me paraissait moins fantaisiste. Un second rôle donc, dans un film à moyen budget. Pas de demande bizarre, un paie sympathique sans être mirobolante … j'acceptai. Il m'arrêta en me disant que ce serait au réalisateur de me faire un essai et de statuer sur mon cas.

Une semaine plus tard je rencontrai ledit réalisateur, un galarien surexcité mais inoffensif. En vingt minutes c'était plié j'étais embauchée. Dix-huit mois plus tard je pu voir un film avec pendant une petite vingtaine de minutes ma bouille à l'écran. J'avais pas plus d'une demi douzaine de phrases à dire. Je m'attendais à ce que ça s'arrête là, mais on me proposa de nouveau films. Pendant quatre années, je restais dans des seconds rôles. Puis ce fut l’ascension. Le public m'aimait. La caméra aussi il paraissait. Moi qui ne savait rien faire de mes dix doigts, j'arrivai à faire croire que je pouvais être n'importe quoi. C'était une sensation étrange. La vie s'accéléra. Les fêtes, les galas, les potins, la gloire en somme. Ça allait trop vite. Pendant un temps je devins une conne disons le carrément, persuadé que tout ce que je vivais était un du. Intouchable par le malheur et par les autres. Je faisais ce que je voulais. Je pris de la drogue, buvais à foison, fumais tout ce qui pouvait l'être, me consumais dans des fêtes stupides. Je rencontrai une jeune asari, étoile montante du cinéma. Je la voyais comme une jeunette qui débute du haut de mes fantastiques dix années de carrière. Niala était belle, jeune, douce. Plus mature que moi par plein d'aspect mais elle eut la stupidité de voir en moi une mentor et une amante.

Bien que je ne voulais pas l'admettre je tombais amoureuse de cette créature. Et je fis la chose la plus stupide de ma vie. Je la mis enceinte. Un vie grandit en elle, et nous étions insouciantes. Pourtant la réalité se rappela bien vite à nous sous la forme d'un coup de pied aux fesses d'une envergure cosmique. Notre enfant fut diagnostiqué Ardat Yakshi. Prit à la famille pour être prit en charge par les institutions, sans même que nous ayons pu lui donner un nom. À cette époque encore plus que maintenant, la honte de mettre au monde une telle chose était immense. La société asari toute entière nous jeta l’opprobre. On nous enterra en moins de temps qu'il fallait pour le dire. Trois mois plus tard nous étions au chômage, un an plus tard on nous avait presque oublié. Et six moins plus tard Niala se suicida. Je restai des mois dans un état presque catatonique. Ce coup sur la nuque était presque trop fort, trop soudain. Je ne m'y attendais vraiment pas. J'étais paumée. Je vivotais sur mes crédits d'avances, ceux qui me restaient malgré un train de vie bien trop grand. Finalement je dus me résoudre à trouver du boulot.

Je quittais la Citadelle, m'installant dans une planète asari reculée. Agressia. Un monde rude et oublié de la Déesse, où subsistait des colonies souterraines. Je pris un travaille de serveuse dans un bar. J'étais passé de la gloire à moins que rien il me semblait. Pourtant j'avais besoin de cet anonymat. Je pouvais passer du temps pour regarder en face ma vie. Je me rendais compte de ma stupidité, de ma superficialité aussi. Je pris sur moi de lire, de réfléchir, de découvrir. Je sortais toujours, faisais toujours la fête, mais je me passionnais maintenant pour la galaxie. La littérature, la musique, le cinéma, les arts en général m'appelaient. Mais je ne savais rien créer. L'arrivée des humains fut une chose étrange. De mon vivant, je n'avais pas connu l'arrivée d'une espèce dans le petit club concilien. Mais tout à coup, l'art et la pensée humaine arrivait. J'étais submergée de livre, de musiques, de films. Étonnement peut-être, pour tout calme et inintéressante que pouvait sembler ma vie, j'étais heureuse. Mais les choses changèrent de manière abruptes.

Oh cette fois ça ne concernait pas vraiment ma petite personne. Les moissonneurs arrivaient, et fauchaient les peuples et les planètes comme du blé. La vie changea. Les regards se faisaient plus sombre, les visages plus lourds, alors que planait sur nous l'attente d'une destruction imminente. Certaines planètes se faisaient annihiler, d'autres se faisaient moissonner. Quand des formes sombres apparurent dans le ciel, je ne savais quel destin prier à la Déesse. Ce fut une invasion. Nous nous défendîmes. Mais cette petite colonie n'était pas taillée pour la guerre. Pas d'armée, pas de chefs, rien qu'un besoin de vivres, et une peur panique de finir en horreur hurlante. Avant l'assaut des monstruosités, des rumeurs avaient circulé. À propos de la Terre, d'une grande armée et de la chance de vaincre cet ennemi insurmontable. Mais personne n'y croyait vraiment. C'était trop beau. Quoi que Shepard puisse être, on n'était pas dans un holofilm.

La communauté s'était regroupée autour d'un grand ensemble de bâtiments souterrains. Trente milles créatures conscientes, principalement des asaris, adultes et enfants confondus. Face à des horreurs. En moins d'une heure, un tiers des personnes étaient mortes. Les cris et les pleures emplissaient les pièces où nous nous retranchions. Nous étions brisées. Et je ne sais pas encore ce qui me prit aujourd'hui. Je me levais, élevant la voix. Je remontais le morale, prenait un fusil qui traînait au sol, haranguait les gens. Pour tenir, pour vivre. Je jouais un rôle. Je me présentais et tirait sur les ennemis. Oh je ne touchais pas, mais les gens qui me suivirent le faisaient bien mieux que moi. Je mentais disant que les rumeurs étaient vrai, je me démenais avec inutilité … pourtant les gens me croyaient. Leur yeux s'allumaient à mon passage, les regards se faisaient plus ferme, les cœurs plus solides. Je me demandais ce que je faisais, pourquoi ils ne voyaient pas clair en moi. J'étais la minable serveuse dans un bar minable. Ils le savaient pour beaucoup logiquement. C'était plus ou moins un de mes rôles que j'avais joué au cinéma que je reprenais honteusement. Et pourtant …

Pendant deux jours et deux nuits, nous tenions. Je ne dormais pas. Je courrai à gauche et à droite, surexcitée, donnant des ordres qu'ils auraient prit sans moi. Pourtant les gens aimaient ça. Et au fur et à mesure, je me mis à croire. À mes mensonges, à notre survie. Nous tenions. Grâce au courage des gens qui m'entouraient. C'était des braises chaudes sur lesquelles je ne faisais que souffler mais à leur yeux c'était moi qui les faisait tenir, en dehors de tout bon sens. Un puis d'un coup … d'un coup une vague rouge nous traversa. Les monstres tombèrent. Et un silence terrible se fit. Je sorti une tête timide dehors. Des formes monstrueuses inanimée partout. Je m'avançais incrédule. Je donnais un petit coup de pied léger à une brute. Alors un gigantesque moissonneur tomba s'écrasant comme une coquille vide au loin, à la surface, faisant trembler la terre. Après un silence les gens sortirent en m'acclamant. J'avais envie de pleurer, de dormir, mais ils ne m'en donnèrent pas l'occasion. Les gens m’agrippèrent, me soulevèrent. Portée au nues à nouveau. Catapultée à tort sauveuse de notre petite communauté. J'en pleurai, la honte se mélangeant avec la fatigue et une fierté que je haïssais.

Les dix années qui suivirent furent folles. On m'acclamait où que j'allais, me demandant mon aide ou mon avis pour la reconstruction. Je mentais encore. Je jouais mon rôle, celle de la personne qui sait quoi faire. Je prenais garde à ne pas prendre de décision que la simple logique dépassait. On me donna un genre de poste administratif. J’empêchais tant bien que mal leur volonté de dresser une plaque à mon nom. Enfin je compris qu'il fallait arrêter. Ils vinrent un jour vers moi, me proposant de prendre en charge la colonie. C'était trop. Je mentais pour aider. Parce que j'aimais ces gens. Mais je ne méritais pas tout ça. Discrètement je parti. Recommencer ailleurs, tel était mon but. Aider et ne plus mentir. Apprendre la biotique, les armes, comment réellement toucher le cœur des gens avec mes mots. Aider la galaxie. C'était ce que je voulais. La question c'était comment ? Qui aurait besoin d'une ancienne actrice qui pour le moment n'était bonne qu'à imiter ? Mais pourtant, consciente de ma propre candeur, je n'avais aucune hésitation.




Apparence


Rhadamanthe est très belle. C'est un fait, inutile de tourner autour du pot. Un visage finement dessiné, des yeux mauves et une bouche sensuelle. Son corps est sinueux et gracieux. Elle se déplace avec une grâce consommée. Bref sur l'apparence c’est nickel. Pourtant, on pourra se dire que ce beau maintien manque d'une réelle musculature, que ces mains fines sont celle d'une personne qui n'a jamais vraiment travaillé. Elle est belle comme une fleur mais vous pourriez vous dire qu'il manque quelque chose pour la rendre vraiment exceptionnelle, inoubliable. La diction est parfaite comme on peut s'y attendre d'une actrice, sa voix étant modulable parfaitement. Elle peut passer d'un ton glaciale à une voix chaude de gorge facilement. Pas de blessure sur ce corps, pas de tatouage.



Caractère


Rhadamanthe est une personne qu'on pourrait qualifier de bonne. Elle souhaite aider, est pleine de bonne volonté. Mais elle a un mélange de réalisme sur sa personne et de dépréciation qui la pousse et la tire vers le bas en même temps. Elle se sait une coquille vide en un sens, n'ayant à ses yeux rien accomplit par ses propres talents. Elle veut se construire en un sens, comme une enfant de 250 ans qui a stagné dans l'adolescence trop longtemps. Malgré ses effort, la personnalité capricieuse qu'elle a eu n'est jamais loin derrière. Elle pourrait facilement retomber dans tout ses travers et redevenir une fêtarde se dissolvant dans des excès sans fin. Savoir ce qu'elle pense et ce qu'elle est réellement sera toujours complexe pour la personne en face. Car parfois il est plus facile de se cacher derrière un masque habilement créé que d'affronter nue le regard des autres et leur jugement.



Complément d'informations (facultatif)


Signe(s) distinctif(s) : Aucun
Relations avec les autres : Amicale en théorie
Des liens prédéfinis Aucun



Dernière édition par Rhadamanthe Ferel'is le Jeu 24 Jan 2013, 01:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   Mer 23 Jan 2013, 21:09
MILO serait peut être de retour ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Indépendant / Black Horse Foods
Rang : Mercenaire / PDG
Voir le profil de l'utilisateur


Administrateur
Messages : 486
Crédits : Gifs : gmacht-rpc

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   Jeu 24 Jan 2013, 13:50
Qui voilà Héhé


Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   Jeu 24 Jan 2013, 15:31
Harkin : Va y avoir un MILO, mais ce sera le concept de Kelly là, ce n'est pas exactement la même chose que le mouvement anarchisant d'avant, c'est plus un truc communautaire et libertaire.

http://www.masseffect-reborn.fr/t1451-reseau-independant-du-milo

De même si elle s'appelle Rhadamanthe, ce n'est pas le même animal X)

Lley : Ouep, je ressors la vieille peau en pas vieille peau :p
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   Jeu 24 Jan 2013, 17:52
Cet avatar ! Je l'ai déjà croisé ! Une Asari pas gentille même... Je crois !

Re-bienvenue What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Service de Sécurité Concilien
Rang : Superviseur
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.fr/t2559-tricia-pearson-agente-du-s
http://www.masseffect-reborn.fr/t2753-tricia-pearson-journal-de-bord#33954


Pro de la gachette
Messages : 5193
Crédits : Tricia

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   Jeu 24 Jan 2013, 18:17
Je ne comprends pas ta remarque sur le sexe des asaris voyons :Troll:
Re-bienvenue Rhada Suspect


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage RP
Faction : Conseil
Rang : Haut-Veilleur
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.masseffect-reborn.net/t867-keedan-braha-n-base-de-donnees-personnelle


L'Âme et le Maître des Codex
Messages : 954

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   Jeu 24 Jan 2013, 18:25
Re bienvenue Rhada Redman



    - L'ombre est omniprésente. Ne pas la voir ne signifie pas qu'elle n'est pas sur toi -
    Titres honorifiques:
     
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   Jeu 24 Jan 2013, 22:25
Merci merci, pour me souhaiter ma re-rebienvenue, je suis touché Meunion

Pour dire aussi que la fiche est prête pour la validation, j'ai rien marqué nul par pour dire que c'était bon, désolé Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   Ven 25 Jan 2013, 13:57
Maître Grenouille hein ? Suspect

Bah pour la peine je valide, que ça te serve de leçon.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rhadamanthe Ferel'is   
Revenir en haut Aller en bas
 

Rhadamanthe Ferel'is

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Reborn :: Anciennes fiches-